Histoire de la philosophie moderne, depuis la renaissance des letters jusqu'á Kant: précédéc d'un abrégé de la philosophie ancienne, depuis Thalès jusqu'au XIV, siècle, Volume 6

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 265 - On peut dire en un sens de la métaphysique que tout le monde la sait ou personne, ou pour parler plus exactement, que tout le monde ignore celle que tout le monde ne peut savoir.
Page 265 - Le mépris qu'on a pour les arts mécaniques semble avoir influé jusqu'à un certain point sur leurs ' inventeurs mêmes. Les noms de ces bienfaiteurs du genre humain sont presque tous inconnus, tandis que l'histoire de ses destructeurs, c'est-à-dire des conquérants, n'est ignorée de personne.
Page 265 - On peut en général donner le nom d'Art à tout système de connaissances qu'il est permis de réduire à des règles positives, invariables et indépendantes du caprice ou de l'opinion, et il serait permis de dire en ce sens, que plusieurs de nos sciences sont des arts, étant envisagées par leur côté pratique. Mais comme il ya des règles pour les opérations de l'esprit ou de l'âme, il y en a aussi pour celles du corps, c'est-à-dire pour celles qui bornées aux corps extérieurs, n'ont besoin...
Page 273 - Nous avons trois moyens principaux : l'observation de la nature, la réflexion et l'expérience. L'observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l'expérience vérifie le résultat de la combinaison. Il faut que l'observation de la nature soit assidue, que la réflexion soit profonde, et que l'expérience soit exacte. On voit rarement ces moyens réunis. Aussi les génies créateurs ne sont-ils pas communs.
Page 265 - ... ces êtres en eux-mêmes. Que nous importe au fond de pénétrer dans l'essence des corps, pourvu que la matière étant supposée telle que nous la concevons, nous puissions déduire des propriétés que nous y regardons comme primitives, les autres propriétés secondaires que nous apercevons en elle, et que le système général des phénomènes, toujours uniforme et continu, ne nous présente nulle part de contradiction?
Page 265 - ... quand nous n'aurions pas d'idée nette, ni peut-être même d'idée juste de sa nature, l'expérience journalière nous démontre que cet assemblage d'êtres, quel qu'il soit, que nous appelons matière, est par lui-même incapable d'action, de vouloir, de sentiment et de pensée. C'en est assez pour conclure que cet assemblage d'êtres ne forme point en nous le principe pensant. Le sage se borne à cette vérité incontestable, sans chercher à rendre raison de la plupart des phénomènes qui...
Page 275 - Heureux le philosophe systématique à qui la nature aura donné , comme autrefois à Epicure , à Lucrèce , à Aristote , à Platon , une imagination forte , une. grande éloquence, l'art de présenter ses idées sous des images frappantes et sublimes...
Page 268 - L'impression est le juge naturel du premier moment, la discussion l'est du second. Dans les personnes qui joignent à la finesse et à la promptitude du tact , la netteté et la justesse de l'esprit , le second juge ne fera pour l'ordinaire que confirmer les arrêts rendus par le premier. Mais, dira-t-on, comme...
Page 265 - A l'égard des opérations libres de l'esprit, elles ont été le partage de ceux qui se sont crus sur ce point les plus favorisés de la nature. Cependant l'avantage que les arts libéraux ont sur les arts mécaniques, par le travail que les premiers exigent de l'esprit, et...
Page 270 - Je vous dis qu'il n'ya point de Dieu; que la « création est une chimère ; que l'éternité dumonde « n'est pas plus incommode que l'éternité d'un es«prit; que, parce que je ne conçois pas comment « le mouvement a pu engendrer cet univers , qu'il « a si bien la vertu de conserver, il est ridicule de « lever cette difficulté par l'existence supposée d'un «être que je ne conçois pas davantage; que, si les « merveilles qui brillent dans l'ordre physique dé« cèlent quelque intelligence,...

Bibliographic information