Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

AVERTISSEMENT.

Le succès qu'a obtenu la première édition de cet ouvrage, épuisée en moins de trois ans, nous a encouragés à en publier une seconde, que nous avons augmentée d'un grand nombre de nouveaux articles et de nouvelles observations, fruits de nos recherches particulières et des secours de plusieurs personnes versées dans la science bibliographique : ainsi nous avons lieu d'espérer que cette nouvelle édition ne sera pas moins bien accueillie des amateurs et des libraires.

Si l'on nous demandait compte des améliorations dont nous venons de parler, nous dirions que notre travail sur les premières éditions, nommées Princeps, a été poussé jusqu'à la plus scrupuleuse exactitude, comme les lecteurs pourront s'en convaincre par les notes que nous avons cru devoir y joindre, et au moyen desquelles on pourra, sans beaucoup de peine, les collationner.

Les titres des ouvrages, souvent mal rendus dans quelques Bibliographies, ont été l'objet de notre attention. Pour éviter toute méprise, nous en avons levé le plus grand nombre sur les ouvrages mêmes; peine que ne se donnent pas toujours certains libraires chargés des ventes publiques; mais ce n'est

[ocr errors][ocr errors]

point une simple nomenclature de titres, quelqu'exacte qu'elle soit, que nous avons prétendu ériger en livre. Ces titres et les dates sont la partie de notre ouvrage que nous regardons comme la moins intéressante. Nous attachons un tout autre degré d'utilité aux notes bibliographiques, littéraires et critiques, que des amateurs ou nos soins nous ont procurées.

La plupart des bibliographes qui ont écrit avant nous ne se sont attachés qu'aux éditions les plus célèbres ou les plus rares des livres dont ils ont fait la description; mais il est d'autres éditions de ces mêmes livres, qui, sans être fameuses ou rares, sont pourtant recommandables par leur correction et par leur utilité, sur-tout si ces livres sont de nature à être de temps en temps consultés : aussi avons-nous cru faire plaisir aux amateurs de la langue italienne, en leur remettant sous les yeux le catalogue des éditions des livres italiens adoptés par l'Académie de la Crusca, dans son Dictionnaire. Ces éditions, singulièrement recherchées en Italie, s'y vendent très-cher; et c'est pour la première fois qu'une Bibliographie française est enrichie d'un semblable travail.

Les curieux nous sauront gré d'avoir indiqué les éditions dont il existe des exemplaires imprimés sur vélin, et du zèle que nous avons mis à les découvrir et à les faire connaître.

Il existe dans les bibliothèques un grand nombre de collections dont on avait négligé jusqu'ici de donner le détail au public; ce qui souvent donnait lieu à la confusion et à l'arbitraire dans le choix des ouvrages qui doivent y entrer. Nous avions déja remédié à cet inconvénient dans notre précédente édition, en publiant une liste détaillée des parties qui composent ces différentes collections. Nous avons perfectionné ce travail, et nous pouvons assurer que, d'après nos recherches, les amateurs peuvent en toute confiance s'en rapporter à notre exactitude.

[ocr errors]

Ainsi on trouvera rassemblés les classiques latins ad usum Delphini, in-4°.; ceux qui ont été enrichis des notes de plusieurs savants, et connus sous la dénomination de Diversorum, aussi in-4°. Cette collection, qui est assez nombreuse et fort belle, manquait aux Bibliographies, soit françaises, soit étrangères. Quant aux Variorum, comme plusieurs bibliographes font entrer dans leur collection un grand nombre de classiques grecs et latins împrimés ailleurs qu'en Hollande, et que d'autres persistent à ne reconnaître pour vrais Variorum que ceux de Hollande, nous avons désigné ceux-ci par une étoile (*), sans prétendre nous immiscer dans cette querelle bibliographique. Les amateurs des livres imprimés chez les Aldes pourront en toute sûreté faire leur choix dans notre liste, qui a été formée d'après le catalogue raisonné de M. Renouard, et d'après celui qui a paru à Florence sous le titre de Série des Editions Aldines.

Le même zèle et les mêmes soins avec lesquels nous avons rédigé les collections précédentes, ont présidé à celles que nous avons déja publiées ou que nous publions pour la première fois, telles que celles des Elzevirs, des Tonson, des Cominus, des Baskerville, des Barbou, des Didot, des Stéréotypes, etc.

Pour guider les amateurs dans leurs acquisitions, nous avons joint des prix approximatifs aux articles de notre Dictionnaire. Quoique ces prix aient été fixés d'après l'état comparé des adjudications qui ont eu lieu dans les ventes les plus célèbres depuis quarante ans jusqu'à ce jour, nous ne prétendons pas les donner comme une règle certaine à laquelle les amateurs et les libraires doivent se conformer. On sait fort bien qu'en fait d'objets rares ou de pure curiosité, il serait ridicule de vouloir établir une valeur précise et in

variable. Plus un livre est rare, plus il est sujet à varier dans son prix; car ce prix dépend du caprice des amateurs, de leur concurrence, de la condition et de la conservation du livre, et de plusieurs autres circonstances que les bibliophiles savent si bien apprécier: mais comme entre le plus haut et le plus bas prix il s'en trouve un moyen qui approche plus ou moins de l'un ou de l'autre, c'est à ce prix que nous nous sommes surtout attachés, et c'est ce prix que nous avons indiqué avec le plus d'exactitude qu'il nous a été possible de le faire.

On sera sans doute étonné de la baisse qu'ont subie depuis quelques années les prix d'un grand nombre d'ouvrages utiles, dans les arts et dans les sciences principalement, tels que ceux qui ont pour objet les mathématiques, la physique, la chimie, la médecine, l'histoire naturelle, la botanique, que les grands noms de leurs auteurs, tels que Tournefort, Linné, Nollet, Bezout, Brisson, Buffon, etc., n'ont pu sauver d'un discrédit absolu, quoique leur prix élevé ait été invariable pendant près d'un demi-siècle. On n'ignore point que les progrès faits par la science depuis vingt ans, ont dû faire baisser le prix de certains ouvrages, en proportion de la faveur que quelques autres ont obtenue. Mais pourquoi ceux qui sont encore utiles, toujours bons à consulter, et dont l'exécution typographique répond à l'importance des matières qu'ils contiennent, pourquoi sont-ils frappés de l'anathême lancé contre les livres, ou inutiles ou mal faits? Pourquoi sont-ils tombés, dans une sorte de mépris, et les noms de leurs auteurs brillent-ils encore de tout l'éclat de leur première illustration?

Ne craignons point d'attribuer cette étrange révolution certains savants de nos jours, qui, sous le prétexte du perfec tionnement de la science et des nouvelles découvertes, vou draient voir anéantir tous les livres qui ont rapport à la science

« PreviousContinue »