Histoire de la réforme, de la Ligue, et du règne de Henri IV, Volume 5

Front Cover
L. Hauman et comp., 1834 - Europe
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 224 - Je n'en puis plus; il faut que je me mette au lict ; comme de ce pas elle fit, n'en releva, et décéda au chasteau de Blois, âgée de soixante-onze ans, et portoit bien l'âge pour une femme pleine et grasse comme elle estoit ; elle mangeoit et se nourrissoit bien, et n'appréhendoit pas les affaires. » Toute l'histoire dont j'ai recueilli les débris est dominée par la grande figure de Catherine de Médicis , et ceux qui ont suivi avec quelque attention l'immense série des événements de cette...
Page 120 - Cette tenue des états est un remède pour guérir , avec les bons conseils des sujets et la sainte résolution du prince, les maladies que le long espace de temps et la négligente observation des ordonnances du royaume y ont laissé prendre pied...
Page 23 - Hérésie , pleine de feux artificiels dont elle fut toute bruslée; et sur le portail de l'hostel de ville , un tableau où étoit representé le Roy séant sur son throsne, et tenant sur ses genoux un crucifix, sur lequel mettoient la main les trois Etats. Au bas du tableau étoit écrit : Relligio nobis divina hœc fœdera sanxit.
Page 153 - II n'ya aucun de vous qui ne soit obligé » de reeonnoître combien est grand l'honneur » qu'il a reçu de moi, ayant fait choix de vos » personnes sur toute la noblesse de mon » royaume pour confier la mienne à...
Page 40 - Le duc de Guise était trop habile politique pour rendre à tout jamais impossible l'alliance de l'Angleterre, en exposant son représentant aux haines populaires; il députa donc vers lui M. de Brissac « pour lui offrir une sauvegarde et le prier de ne se point estonner et de ne bouger, avec assurance de le bien conserver.
Page 256 - Ce teigneux est toujours coiffé à la turque d'un turban, lequel on ne lui a jamais vu ôter, même en communiant; et quand ce malheureux hypocrite faisoit semblant d'aller contre les reistres, il avoit un habit d'Allemand fourré et des crochets d'argent, qui signifioient la bonne intelligence et accord qui étoient entre lui et ces diables noirs empistolés.
Page 171 - Henry de Guise et monseigneur le cardinal, son illustre frère. » A minuit, les échevins assemblés au bureau de la ville se hâtèrent d'écrire à la famille de Guise, pour lui communiquer le funèbre message. Ils disaient au duc de Lorraine : « Monseigneur, vous entendrez par la despesche de M. d'Aumale , le malheureux acte commis en la personne de monseigneur de Guise, ainsi que nous l'avons appris par deux courriers présentement arrivés. Cette nouvelle nous a resduits en telle perplexité...
Page 259 - mais chef trop gros et trop capricieux, tu as besoin d'une saignée pour te « guérir, ainsi que toute la France, de la frénésie que tu lui communiques! « Encore quelques jours, et on ne verra ni tes maisons ni les murailles, « mais seulement le lieu où tu auras été.
Page 158 - Beaulieu , l'un de ses secrétaires d'Etat, de visiter ce qu'il auroit sur lui. Il trouve autour du bras une petite clef attachée à un chaînon d'or , et dedans la pochette des chausses il s'y trouva une petite bourse où il y avoit...
Page 266 - ... son damnable dessein, faisant glisser le Cousteau , de façon que ce ne sera rien , s'il plaist à Dieu , espérant que dedans peu de jours il me donnera ma première santé.

Bibliographic information