Biographie universelle, ancienne et moderne, ou Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes: Aa-Al

Front Cover
Joseph Fr. Michaud, Louis Gabriel Michaud
Michaud, 1811 - Biography
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 29 - J'en connais un, un seul, j'en conviens; mais c'est beaucoup encore, et, pour comble de bonheur, c'est dans mon pays qu'il existe. L'oserai-je nommer ici, lui dont la véritable gloire est d'avoir su rester peu connu ? Savant et modeste Abauzit, que votre sublime simplicité pardonne à mon cœur un zèle qui n'a point votre nom pour objet ! Non, ce n'est pas vous que je veux faire...
Page 254 - Cependant, on peut observer que les reproches d'avarice et de cupidité que celui-ci se permet n'étaient nullement applicables à Adrien , dont la générosité et le désintéressement étaient avoués par tout le monde.
Page 204 - M. Addison est le premier Anglais qui ait fait une tragédie raisonnable. Je le plaindrais s'il n'y avait mis que de la raison. Sa tragédie de Caton est écrite d'un bout à l'autre avec cette élégance mâle et énergique dont Corneille le premier donna chez nous de si beaux exemples dans son style inégal.
Page 401 - ... et força l'empereur à se retirer jusqu'à Cologne , où il le contraignit à faire la paix. Albert se porta ensuite contre les Hongrois , pour les obliger à recevoir un roi de sa maison, et de la main du pape. Il pénétra en Bohême pour y attaquer...
Page 231 - Rodolphe sur la paix publique. 11 voyageait fréquemment pour juger par lui-même de l'état de l'Empire. Ses premières fautes ne vinrent peut-être que de la disproportion qui existait entre sa situation et ses moyens. Faible, il appela au secours de sa faiblesse la duplicité et l'injustice. Engagé dans cette route , il ne put s'arrêter ; il alla d'erreurs en erreurs, de crimes en crimes ; il en fut sévèrement puni...
Page 473 - ... des bœufs , tout ce que les anciens en ont pensé , tout ce qu'on a imaginé de leurs vertus, de leur caractère, de leur courage , toutes les choses auxquelles on a voulu les employer, tous les contes que les bonnes femmes en ont faits , tous les miracles qu'on leur a fait faire dans certaines religions , tous les sujets de superstition . qu'ils ont fournis ,; toutes les comparaisons que les .poètes.
Page 230 - Thuringe se déclara pour les princes dépouillés. Adolphe se vit engagé dans une guerre qui dura cinq ans; il ne parvint jamais à soumettre les peuples, qu'il prétendait avoir achetés; et, contraint de tolérer les excès de ses troupes , qui ne le servaient qu'à regret et dont il fallait vaincre la répugnance par le pillage , il acheva de s'aliéner tous ses partisans.
Page 455 - Étant encore enfant lorsque Clinias fut tué à la bataille de Coronée , il eut pour tuteurs Ariphron et Périclès, fils d'Agariste , sœur de Mégaclès , son aïeul maternel. Il fut élevé dans la maison de Périclès, qui, entièrement livré aux affaires publiques, n'eut peut-être pas tous les loisirs qu'exigeait l'éducation de son pupille.
Page 62 - ... habilement de quelques légers avantages. Battu souvent , quelquefois vainqueur, toujours grand et redouté, il soutint long-temps la guerre contre les rois de Léon et les comtes de Castille , qui lui enlevèrent la ville de Madrid , alors peu considérable.
Page 503 - C'est ainsi qu'il fit ses conquêtes : voyons comment il les conserva. 11 résista à ceux qui voulaient qu'il traitât les Grecs comme maîtres et les Perses comme esclaves : il ne songea qu'à unir les deux nations, et à faire perdre les distinctions du peuple conquérant et du peuple vaincu : il abandonna après la conquête tous les préjugés qui lui...

Bibliographic information