Biographie nouvelle des contemporains: ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers; précédée d'un tableau par ordre chronologique des époques célèbres et des événemens remarquables, tant en France qu'à l'étranger, depuis 1787 jusqu'à ce jour, et d'une table alphabétique des assemblées législatives, à partir de l'assemblée constituante jusqu'aux dernières chambres des pairs et des députés, Volume 9

Front Cover
Librairie historique, 1823 - Biography
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 467 - ... bien nous tirer, et non pas de nous estropier. » On arrête les heures ; on convient des faits : Grangeneuve va faire son testament, ordonne quelques affaires domestiques sans affectation , et ne manque pas au rendez-vous donné. Chabot n'y paraissait point encore; l'heure arrivée , il n'était pas venu. Grangeneuve en conclut qu'il a abandonné l'idée du partage ; mais croyant à l'exécution pour lui, il part ; il prend le chemin convenu, le parcourt à petits pas, ne rencontre personne...
Page 375 - ... occasion une nouvelle preuve de votre entier dévouement pour moi. Ma confiance en vous est sans bornes; vous trouverez toujours en moi du caractère et du courage; mais l'intérêt de mon fils est le seul qui me guide et quelque bonheur que j'eusse éprouvé à être hors d'ici, je ne peux consentir à me séparer de lui.
Page 74 - Il sépare , il mesure par la pensée les matériaux invisibles dont se forment ces étonnans édifices ; il les soumet à des lois invariables ; il prévoit par le calcul les résultats de leurs assemblages ; et parmi des milliers de ces calculs, aucun ne se trouve en défaut.
Page 239 - ... retenir prisonnière le tentèrent vainement. Les Autrichiens commandaient et protégèrent son passage. A Genève, on ne voulait lui permettre ni de rester ni d'aller plus loin. Elle se souvint qu'elle avait fondé un hôpital à Aix en Savoie, et ses habitans ne l'avaient pas oublié. Ils la recurent avec tous les égards dus à son rang et à son malheur. Elle y attendait la décision des puissances alliées dans une anxiété mêlée encore de quelque douceur, puisqu'elle avait ses enfans...
Page 467 - J'ai été, lui dit-il, frappé de vos raisons, elles sont excellentes; mais la cour est trop habile pour nous fournir jamais un tel expédient; il faut y suppléer: trouvez des hommes qui puissent faire le coup, je me dévoue pour la victime.
Page 461 - Une association républicaine s'était formée pour la défense de la liberté individuelle et de la liberté de la presse, et cette association comprenait divers comités'.
Page 265 - Rachet, toute la dignité qu'exige la représentation théâtrale avec les anciennes formes espagnoles. Cette pièce, qui fut représentée pour la première fois à Madrid, sur le théâtre de la cour, en 1778, fut, malgré les clameurs des gallicistes, applaudie avec un enthousiasme difficile à décrire. Tous les théâtres de l'Espagne s'empressèrent à l'envi de la jouer; et comme elle n'était pas encore imprimée, il en fut fait, dit-on, plus de deux mille copies manuscrites, qui se répandirent...
Page 464 - Grangeneuve est bien le meilleur humain qu'on puisse trouver sous une figure de la moindre apparence ; il a l'esprit ordinaire , mais l'âme vraiment grande , et il fait de belles choses avec simplicité, sans soupçonner tout ce qu'elles coûteraient à d'autres que lui. Dans le courant de juillet 1792 , la conduite et les dispositions de la cour annonçant des vues hostiles , chacun...
Page 327 - Écoutez ce que je vais vous dire. Si jamai.s, par une de ces insurrections qui se renouvellent depuis le 10 mars, il arrivait qu'on portât atteinte à la représentation nationale, je vous le déclare au nom de la France entière, Paris serait anéanti ; oui, la France entière tirerait vengeance de cet attentat, et bientôt on chercherait sur quelle rive de la Seine Paris a existé.
Page 389 - Bragance), et dont l'objet était d'implorer sa protection pour le maintien de leurs droits à la couronne d'Espagne, que Napoléon venait de placer sur la tête de son frère, le prince-régent, par une déclaration solennelle, s'engagea à coopérer de tout son pouvoir au maintien de ces droits. En transportant...

Bibliographic information