Page images
PDF
EPUB

garde les caracteres des différentes Classes, tirés des descriptions imparfaites de di vers Auteurs

On doit cependant porter un jugement plus favorable des obferva. tions, qu'il a eu occasion de faire lui mê. me.

Deux ans avant que cet ouvrage de Mr. Moehring parut, Mr Klein avoit pu. blié son Introduction à l'Histoire des Oifeaux, où il les distribuoit en Familles, comme il avoit fait ies Quadrupedes; mais la trop grande simplicite de ses ca. racteres jette beaucoup de confusion dans cet Ouvrage. Tout s'y trouve en quelque fa. çon pêle-mêle, sans aucun égard à la ressemblance des espèces ou du genre de vie. Par ex. les Aigles, Faucons & au. tres Oiseaux de proie, font rangés aulli bien que les Hérons, Cicognes & autres dans une même Famille qui est fa quatrième) avec les Poules, Pigeons, Alouettes, Moineaux, Pinfons, Mésanges, juf. qu'avec les Colibri, les Oiseaux.mouches & les plus petits Oifeaux ; & cela par cette seule raison qu'ils ont tous trois doigts au devant du pied & un derrière. D'ailleurs ce même Mr. Klein , comme le remarque Mr. Brisson, n'est pas plus exaćt dans le détail de ses descriptions, plaçant quelquefois une méme espèce dans des Cláiles différentes. On trouve ici le précis de son Systême en huit Familles, dont il fait confifter le caractere

diftinc

[ocr errors]

distinctif dans la différente structure ou position des doigts.

Après avoir parlé de ceux qui ont écrit des Oiseaux en général, l'Auteur parcourt rapidement ceux qui ont traité avec plus ou moins d'exactitude des oiseaux parti. culiers à certains pays, ou à certaines ri. vières. Il nomme Nieremberg. & Hernan. dez qui ont décrit les Oiseaux du Mexique, Marcgraaf ceux du Brésil ; Rzaczynski, ceux de Pologne, de Lithuanie & des con trées voisines. Il parle surtout avec dif. tinction de Sloane, qui a décrit avec la dernière exactitude les Oiseaux de la Ja. maique ; du Comte Marsigli qui a fait connoître les Oiseaux du Danube, comme Catesby ceux de la Caroline , de la Virginie, de la Floride & des Illes de Bahama. Il n'oublie pas non plus le Cabinet de Séba , dont il fait remarquer cependant que la plupart des Oiseaux sont mal décrits & encore plus mal représentés.

Notre Auteur ne pouvoit se dispenser de citer ici trois habiles gens, qui ont exposé cette partie de l'Histoire Naturelle sous fon plus beau jour: Mrs Friscb, Albin, & Ed. wards , qui ont donné des figures d'Oiseaux avec leurs couleurs naturelles. Il fait un éloge complet de l'Ouvrage du premier. Il observe que le second, qui a emprunté toutes ses descriptions de Willougby, a donné des couleurs si peu naturelles à ses Oiseaux, qu'ils sont la plupart méconnoissa.

Tome XXI. Part. I. H bles,

bles. La seule chose qu'il trouve à reprendre dans le dernier, c'est que les Oileaux y sont placés fans ordre ; outre qu'ils sont trop hauts en couleur.

Parvenu enfin à l'Ornithologie de Mr. Brilon , qui parut en 1760. en 6 vol. in 4o., notre judicieux Auteur donne à cet incomparable Ouvrage, dont nous avons eu occasion de parler ( 1), tous les éloges, qui lui font dus. Et le plus grand grand éloge que nous croyons pouvoir faire du sien, quoique beaucoup inférieur pour le nombre d'Oiseaux qu'il décrit & qu'il repréiente, c'est de le juger très digne d'être associé à celui du célèbre Académicien François. Au moins tous ceux qui cherchent à s'instruire & à juger par eux mêmes, fe feront-ils une occupation également utile & agréable de les comparer ensemble. Aussi notre Auteur leur en facilite le moyen, ou pour mieux dire il leur en épargne le plus souvent la peine. Ne s'étant pas contenté de faire précéder ici, comme il l'avoit fait à l'égard des Quadrupèdes & des Cétacées, aux caracteres des ordres & des Classes de Mr. Linnæus, les caracteres des 26. Ordres d'Oiseaux de Mr. Briffon, divisés chacun en leurs différentes Clafles; il a de plus foin dans le corps même de l'Ouvrage, & à mesure qu'il entre dans le détail , de rapporter les espèces individuelles de l'un

(1) Biblioth. des Sc. Tom. XX. Parr, Io p. 190.

à celles de l'autre, en indiquant l'Ordre, la Clafle, ou la moindre division à laquelle chacune appartient. Cette combinaison procure, comme on le voit, à un Lecteur attentif la double fatisfaction de pouvoir non seulement admirer & suivre, pour ainsi dire, d'un coup d'oeil la marche de deux excellens Naturalistes, qui par des routes différentes atteignent le même but; mais-(puisqu'il n'y a rien de parfait dans les Sciences, & que toutes ces divifions, comme nous l'avons déjà fait sentir (2), font plus ou moins arbitraires) de pouvoir encore corriger, fimplifier, perfectionner la méthode de l'un & de l'autre, ou même, s'il en a le goût, la capaeité & le loisir, leur en substituer une meilleure, foit pour fon propre usage, foit pour eelui du Public.

Qu'on ne croie pas cependant que l'eftimable Auteur Hollandois , s'aveugle fur les défauts du Systême qu'il prend pour guide, ni sur le mérite de celui de Mr. Brisson. Toujours impartial & vrai, & aussi courageux que modeste, voici ce qu'il dit après avoir rapporté l'arrangement des Oiseaux par Mr. Briffon: Je

ne veux pas entreprendre de m'ériger » en Critique sur l'excellence de l'Ouvra„ ge de Mr. Briffon , ni d'en faire la com» paraison avec celui de Mr. Linnæus. Il

est (2) Biblioth. des Sc. Tom XVI. Part. II. p. 329.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

est aisé de concevoir , que Mr. Brison „ ayant eu tant d'occasions de traiter dans , le plus grand détail cette partie du Rè» gne animal , a pu aussi dans ce qui re“; garde les Classes & les Espèces , y ap„ porter plus de distinctions & de correc- tions que Mr. Linnæus. Mais je ne fau

rois diffimuler que pour ce qui est de

l'arrangement, les divisions du dernier ,, ne me paroissent plus simples & pour

le moins aussi naturelles. D'autant plus qu'à parler en général ,cet Auteur commence par les plus grands Oiseaux, & finit par les plus petits, tant dans la division des Ordres, que dans celles des Classes & des Espèces

Quoiqu'il en soit notre Auteur fait connoître à ses compatriotes 555 espèces d'Oiseaux décrits par Mr. Linnæus. Dans un si grand détail nous devons nous contenter de donner les caractères des fix Ordres qui forment ce Systême, avec la fimple nomenclature de leurs différentes Classes.

I. Le premier Ordre est de ceux que l'illustre Suédois nomme Accipitres, & notre Auteur Roof Vogelen, c'est-à-dire Oifeaux de proie. Les caractères distinctifs de cet Ordre font, d'avoir le bec courbé en en bas, en forme de crochet pour tirer à foi, la machoire supéricure , derrière la pointe du bec, armée à chaque côté d'une dent ; les narines ouvertes. Leurs

« PreviousContinue »