Page images
PDF
EPUB

ARTICLE TROISIEME.

SPECIMEN HISTORIÆ NATURALIS Glo

bi Terraquei , præcipue de novis e mari natis insulis, & ex his exactius descriptis & observatis ulterius confirmandâ Hookiana Telluris hy, pothesi, de origine montium & corporum petrefactorum ; cum figuris aeneis ; Autore RUDOLPHO ERICO Raspe &c. Amstelodami & Lipfiæ. Sumptibus J. Schreuder & P. Mortier MDCCLXIII.

C'est à dire,

ESSAI DE L'HISTOIRE NATURELLE DU

GLOBE TERRESTRE &c. par Mr. RUDOLPHE ERIC RASPE, A Amsterdam & à Leipsig, aux dépens de 7. Schreuder & P. Mortier. 1763. Grand in 80. de 191. pages sans l'Epître Dédicatoire, la Préface, & la Table des Chapitres, avec ce qu'ils contiennent de principal.

[ocr errors]

'i

les Oeuvres posthumes de Leibnitz one trouvé dans M. RASPE un Editeur digne de les transmettre à la postérité, cet Ecrit dédié à la Société Royale de Londres ne fauroit manquer dele prévenir avantageusement en fa faveur. Ce n'est qu'un Éfai fur un point d'Histoire naturelle que les plus habiles Physiciens ont tâché d'approfondir; mais on y voit un Obfervateur attentif & judicieux, un Auteur réfléchi & méthodique, qui, au lieu de consulter la nature pour la soumettre à des systèmes imaginés dans le cabinet , ne l'a étudiée que pour en combiner les phénomènes, afin d'en déduire le résultat de la manière la plus sure pour en faire découvrir le vrai mechanisme & les ressorts secrets.

L'objet général de les prefentes recher. ches, c'est la surface de la terre , ou plutôt, c'est cette croûte extérieure & prefque fuperficielle de notre Globe, dont on n'a jusqu'ici pénétré que l'écorce, puisque les mines les plus profondes descendent à peine à la huit millième partie de son diamètre. Encore cette croûte, cette surface, notre Auteur ne la considère dans cet Ouvrage que sous un point de vue particulier , ou pour mieux dire , ce petit Ouvrage n'est qu'un morceau détaché, un échantillon d'une Théorie universelle de l'état present de notre Globe, à laquelle M. RASPE travaille. Occupé à recueillir

dens

[ocr errors]

dans les Livres des Historiens & des Philofophes de tous les siècles, une histoire complette des diverses révolutions que la face extérieure de la Terre a successivement subies, il a entrepris de drefler une Mappemonde, sur laquelle se verront marqués tous les changemens qui y sont arrivés, tant par les tremblemens de terre les eruptions des volcans, & parles inondations, que par le renversement des digues & des rivages, par le dessechement des marais, par l'effort de la mer & des rivières, par la violence soit de la pluie foit des vents & par

d'autres évenemens de même nature. Mais comme ce Receuil demande beaucoup de temps & de loisir pour être amené à la perfection, le Naturaliste d'Hanovre s'est borné dans cet Essai, à tracer une description exacte de toutes les Illes qu'on a vu durant le cours des siècles naitre dans la mer, ainsi que des montagnes qui ont été produites für le continent

par des tremblemens de terre & par des éruptions enflammées. Il fait ensuite passer en revue les principales Hypothèses tant des Anciens que des Modernes, qui ont tâché de puiser dans ces faits une théorie générale de la structure extérieure de notre Globe, avec tout ce que contient cette croûte, qui est le non plus ultra de l'avarice & de la curiosité des humains. Entre ces Hypothèses il préfère celle de Hooke,célèbre parmi les Physiciens de la grande Bretagne qui Tome XXI. Part. I. D

ont

[ocr errors]

ont fleuri au commencement de ce fièa cle; il la développe, il travaille à y repandre un nouveau jour; & affez modeste pour en reconnoître les défauts, après avoir insiste sur ceux des Théories les plus modernes, il termine fon Ellai en indiquant les moyens qu'on pourroit employer , pour porter à une plus haute évidence la Théorie qu'il a adoptée.

Voilà le plan de cet Effai. C'eft un canevas si serré, qu'on ne sauroit presque le decomposer pour en montrer de fuite le travail, parce que tout ce qui y entre se tient de près. Il faut donc le borner à en donner une idée générale.

Dans un premier Chapitre , l’Auteur crayonne une courte description de la surface intérieure de notre Globe, tant par rapport à la matière & à l'arrangement des lits ou des couches dont elle est composée, qu'à l'égard des divers corps tant homogènes qu'étrangers, connus & inconnus, metaux, mineraux, animaux, coquillages , plantes &c. qui s'y rencontrent. A l'aide d'une Planche à simples traits, M. RASPE parle fur tout cela aux yeux comme à l'e! prit. Dans une autre il communique un foflile inconnu; & dans une troisième, il donne la figure d'un morceau de bois retiré des de combros des anciennes mines de Goslar, tellement imprégné & incrufté de cuivre, qu'on ne peut donter après l'avoir vu, que les métaux ne croissent &

[ocr errors]

ne

[ocr errors]

Mars, 1764. St ne s'étendentpar juxte-apposition dans les veines & dans les cavernes des montagnes, indépendamment des couches plus ou moins étendues & profondes qui s'en trouvent en divers lieux,

II. De cette théorie générale notre Physicien s'élève à des réflexions plus particulières, sur les accidens qui ont altéré & changé la structure originale de notre Globe , & qui indépendammens de la grande révolution du Déluge ,ont concouru à le mettre dans l'état où nous le voyons. Pour ne parler que des tremblemens & des feux fouterrains, & en laissant à l'écart le triste, l'effrayant récit de ce qu'ils ont ou englouti ou renversé, c'est un fait, que dans le cours des fiècles, ils ont élevé & pour ainfi dire créé fur le continent des montagnes, & des ises au fein des mers. Or de la quels changemens & qui ne fent à quel point il importeroit d'en être bien inltruit, non feulement pour parvenir à une bonne histoire naturelle de la surface extérieure de notre Globe , mais encore de la structure intérieure de cette surface qu'il nous importe tant de connoître ? Divers Naturalistes y ont porté leur attention, & après avoir arrêté leurs regards curieux sur ces isles & fur ces montagnes de nouvelle création, ils n'ont pas manqué de faire part au public des réflexions que ces évenemens leur avoient fait naitre. Mais jusqu'ici nous ne connoissons

« PreviousContinue »