Page images
PDF
EPUB

1830

MANUEL

DU BIBLIOPHILE

OU.

TRAITÉ DU CHOIX DES LIVRES,

Paucis libris immorari et innutriri oportet, si velis aliquid trahere quod in animo fideliter hæreat..... Quæ ubi varia et diversa sunt, nocent, non alunt. Probatos itaque libros semper lege. (Seneca ad Lucilium.)

Non refert quàm multos habeas libros , sed quàm bonos. (SENECA, id.)

Aiunt multùm legendum esse , non multa. (Plin. jun.)

« Au milieu de la foule des livres qui nous entourent, une a longne étude devient indispensable pour déterminer notre choix ; « et c'est au point que la science des livres est deveuue une science « à part. » ( A. METRAL, Conjectures sur les livres qui passeront la ро

stérité. )

A PARIS,
CHEZ ANT.-AUG. RENOUARD, LIBRAIRE,

RUB DE TOURNON, N.° 6.

A DIJON, DE L'IMPRIMERIE DE FRANTIN

IMPRIMEUR DU ROI.

DU BIBLIOPHILE,

OU

TRAITÉ DU CHOIX DES LIVRES,

Contenant des développemens sur la nature des ouvrages les plus

propres à former une collection précieuse, et particulièrement
sur les chefs-d'oeuvre de la littérature sacrée, grecque, latine,
française, étrangère ; avec les jugemens qu'en ont portés les plus
célèbres critiques ; une indication des morceaux les plus saillans
de ces chefs-d'oeuvre; la liste raisonnée des éditions les plus
belles et les plus correctes des principaux auteurs, anciens et
modernes, avec les prix; la manière de disposer une biblio-
thèque, de préserver les livres de toute avarie, avec des détails
sur leurs formats, sur les différeus genres de relières, etc., etc.,
etc., et une ample table des matières.

PAR GABRIEL PEIGNOT,
INSPECTEUR DE L'ACADÉMIE ROYALE DE DIJON.

BID

TOME I.

A DIJON,
CHEZ VICTOR LAGIER, LIBRAIRE,

RUE RAMEAU , Nos. 1 ET 4.

M. DCCC. XXIU

258. b. 125

CC

rieures aient été négligées. Aussi , au lieu d'un volume de 300 pages que formoit la première édition , son ouvrage absolument neuf en présente deux de près de 1000 pages. Nous avons pris sur nous d'ajouter au frontispice le titre de MANUEL DU BIBLIOPHILE, et nous nous y sommes décidé tant

par

la nature de ce travail important que par la définition du mot BIBLIOPHILE, que nous avons trouvée ainsi exposée dans le Dictionnaire raisonné de bibliologie, tom. I, pag. 52 : « BiblioPHILE. Cette dénomina« tion convient à toute personne qui aime les livres; le

bibliographe et le bibliomane paroissent y avoir le « même droit ; cependant je crois qu'il convient mieux « à l'amateur qui ne recherche les livres ni par

état ni « par passion, mais qui, dirigé par le seul désir de « s'instruire, aime et se procure les bons et les beaux ¢ ouvrages qu'il croit les plus propres à former une col« lection intéressante par le nombre et la variété des ar« ticles. La vraie philosophie guidée par le goût doit « toujours déterminer le choix du bibliophile dans ses « acquisitions. Entasser des livres sans discernement « n'est pas prouver qu'on les aime. Ce n'est donc pas ce« lui qui a le plus de livres, , mais celui qui possède les « meilleurs, qui mérite le titre de bibliophile. Si la pas« sion du bibliomane est précieuse pour le commerce de « la librairie , le goût du bibliophile l'est bien davantage « pour le progrès des lettres, des sciences et des arts , « parce que ne s'attachant qu'aux bons ouvrages, il rend «nécessairement les auteurs plus circonspects, plus dif« ficiles et plus soigneux dans leurs productions. Il nous « semble donc que le titre de bibliophile ne doit appar-« tenir qu'à celui qui aime les livres comme on doit les « aimer, et non à celui qui a la manie de vouloir tout t envahir , ou dont la passion s'égare dans des recher

ches d'ouvrages, rares à la vérité, mais la plupart du « temps inutiles, et qu'un aveugle caprice fait parfois a centupler de valeur. ;

D'après cette définition, nous pensons qu'en ajoutant au frontispice du Traité du choix des livres ces mots, MANUEL DU BIBLIOPHILE, nous faisons une chose d'autant plus juste et d'autant plus exacte, qu'il n'est question dans l'ouvrage, que des productions les plus estimées des hommes de bien et des gens de goût, et par conséquent les plus dignes d'entrer dans le cabinet d'un amateur qui n'a à cour qu'une instruction aussi variée

que solide, et un délassement aussi agréable que licite.

[graphic]
« PreviousContinue »