Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

LA FRANCE

PROTESTANTE

OU

VIES DES PROTESTANTS FRANÇAIS

QUI SE SONT FAIT UN NOM DANS L'HISTOIRE

DEPUIS LES PREMIERS TEMPS DE LA RÉFORMATION
JUSQU'A LA RECONNAISSANCE DU PRINCIPE DE LA LIBERTÉ DES CULTES
PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE

OUVRAGE PRÉCÉDÉ

D'UNE NOTICE HISTORIQUE SUR LE PROTESTANTISME EN FRANCE

SUIVI DE PIÈCES JUSTIFICATIVES

ET RÉDIGÉ SUR DES DOCUMENTS EN GRANDE PARTIE INÉDITS

[blocks in formation]

PARIS

JOËL CHERBULIEZ, LIBRAIRE-ÉDITEUR

40, RUE DE LA MONNAIE, 10
GENÈVE, MEME MAISON

1855

[merged small][merged small][ocr errors]

LA FRANCE

PROTESTANTE.

E.

ESTIENNE, noble famille de typographes, dont les plus illustres représentants professèrent la religion réformée. Quoique d'origine plébéienne, cette famille a joui, par une rare exception, du privilége réservé à la seule naissance ou à l'importance politique: elle a eu ses historiens. Almeloveen, Maittaire et récemment M. Renouard ont tour-à-tour raconté, dans de savants ouvrages, l'histoire des travaux de chacun de ses membres : juste tribut de reconnaissance pour les services que les Estienne ont rendus à la civilisation moderne, en remettant en lumière les chefs-d'œuvre de l'antiquité classique!

Robert, premier du nom, le plus célèbre des trois fils de Henri Estienne, souche de la famille, naquit à Paris, en 4503 (1), et mourut à Genève, le

(4) Cette date est généralement adoptée; mais nous ferons remarquer qu'elle ne concorde pas avec l'àge que Henri II donne à son père à l'époque de sa mort. Vixit ann, LIX,

T. V.

7 sept. 1559. On ignore quels furent ses maitres, mais à en juger par la précoce maturité de son savoir, on doit supposer qu'une sage discipline favorisa le développement de ses éminentes qualités. Les langues grecque, latine et hébraïque lui devinrent de bonne heure familières. A cette époque de renouvellement de notre vieille société, il y avait comme un ferment d'érudition dans les écoles; les écoliers euxmêmes étaient déjà des savants. Le jeune Robert avait à peine atteint sa 47 année qu'il perdit son père et se trouva en quelque sorte abandonné à ses propres forces. Sa mère s'étant remariée, il travailla d'abord sous son beau-père, Simon de Colines, habile graveur de caractères, qui prit la direction de l'établissement typographique. resté indivis par suite de la minorité

mens. XI, dit-il en tète des épitaphes qu'il lui consacre, ce qui reporterait sa naissance en janv. 1499.

4

« PreviousContinue »