Page images
PDF
EPUB

QD .A64

IMPRIMERIE DE E. J. BAILLY ET Cie,
PLACE SORBONNE, No 2.

DR

CHIMIE ET DE PHYSIQUE.

Mémoire sur l'Esprit de Bois et sur les divers Composés Ethérés qui en proviennent;

PAR MM. J. DUMAS ET E. PÉLIGOT.

La à l'Académie des Sciences les 27 octobre et 3 novembre 1834.

Les produits nombreux et remarquables qui se formént par la distillation du bois, ont été soumis à un examen attentif dans ces derniers temps par divers chimistes. Nous venons appeler à notre tour l'attention sur une matière qui se forme dans cette opération, et que l'on a successivement désignée sous les noms d'éther pyroligneux, d'esprit de bois et d'esprit pyroxilique. C'est à te corps que nous avons reconnu tous les caractères d'un véritable alcool, isomorphe avec l'alcool ordinaire.

[ocr errors]

L'esprit de bois se trouve en dissolution dans la partie aqueuse des produits de la distillation du bois. Celle-ci

étant décantée pour la séparer du goudron non dissous, on la soumet à la distillation dans les fabriques afin d'en extraire, au moins en partie, le goudron qu'elle tient en dissolution. C'est dans les premiers produits que donne cette distillation qu'il faut chercher l'esprit de bois.

On recueille donc les dix premiers litres provenant de chaque hectolitre de liqueur mise en distillation, et on soumet ce produit brut à des rectifications répétées, comme s'il s'agissait de concentrer de l'eau-de-vie. Pour abréger, on peut, dès la première de ces rectifications, mettre dans l'alambic de la chaux vive, qui retient l'eau sans altérer l'esprit de bois. Dans tous les cas, on ne parvient à une purification absolue de l'esprit de bois qu'en faisant usagé de ce réactif.

Le produit brut tel qu'on peut se le procurer dans les fabriques de vinaigre de bois, sans déranger en rien la marche du travail, renferme de l'huile volatile, de l'acétate d'ammoniaque et une matière qui se colore en brun à l'air avec une grande facilité. Toutes ces matières disparaissent par des rectifications convenables sur la chaux vive. On est surpris, quand on fait la première, de la grande quantité d'ammoniaque qui se dégage au moment de l'addition de la chaux.

L'esprit de bois est pur quand il ne se colore point à l'air, qu'il se mêle à l'eau en toutes proportions sans la troubler, qu'il ne forme pas dans le protonitrate de mercure un précipité noir, et quand il est d'ailleurs sans action sur les papiers réactifs. Lorsqu'il offre ces caractères, il ne peut renfermer que de l'eau, dont la chaux le débarrasse.

Comme le point d'ébullition de l'esprit de bois est très bas, toutes les rectifications se font aisément au bain-marie; et par cette raison même il est facile de concevoir que par de simples distillations on puisse arriver à le débarrasser de la presque totalité des substances qui l'accompagnent. Il conserve seulement un peu d'eau que l'on ne sépare entièrement qu'au moyen de la chaux vive.

Pour compléter ces renseignemens, généraux, nous donnerons ici les détails d'un traitement que la complai sance de M. Lemire nous a permis d'exécuter dans son usine de Choisy-le-Roi.

On a distillé à feu nu quatre hectolitres d'acide brut bien décanté. On a recueilli environ trente litres des premiers produits condensés. Cette liqueur était très acide et marquait oo à l'aréomètre; elle était jaunâtre, un peu trouble et ne présentait pas d'huile libre.

Mêlée de chaux éteinte, elle a donné un grand dégagement d'ammoniaque : on l'a distillée au bain-marie, La liqueur obtenue a été immédiatement redistillée sur de nouvelle chaux au bain-marie. Le produit de cette seconde rectification bouillait à 90° c. et brûlait comme de l'alcool faible. Au bout de quelques jours, cette liqueur avait laissé déposer une poussière d'un rouge brun qu'on a séparée.

Comme le liquide renfermait beaucoup d'ammoniaque libre, on l'a saturée par l'acide sulfurique ; à l'instant il s'est déposé du goudron qui l'a troublée. On a soumis le tout à une nouvelle distillation au bain-marie, en divisant le produit définitif en deux parties d'un litre chacune à peu près. La première bouillait à 70° et la

[ocr errors]

seconde à 80°. L'une et l'autre étaient troublées par l'eau.

Deux rectifications, avec un poids de chaux vive en poudre égal à celui de la matière, fournissent alors l'esprit de bois pur.

Nous pensons, d'après cette expérience, que les produits aqueux de la distillation du bois contiennent bien près d'un centième d'esprit, car dans une expérience où se présentaient tant de causes de perte, nous avons retiré environ. Ce rapport ne pourra s'établir plus exactement que par des épreuves analogues à celles sur lesquelles repose l'essai des vins pour alcool, et variera sans doute avec les circonstances de la distillation.

Il est évident que l'appareil de distillation de CellierBlumenthal s'appliquerait d'une manière avantageuse à la rectification de cet esprit, et qu'il rendrait peu nécessaires les divers traitemens que nous venons de décrire; toutefois, à défaut d'un appareil de cette nature, on pourra toujours avec un alambic ordinaire se procurer un produit pur en suivant la marche que nous avons indiquée, ou du moins une marche analogue. La suite apprendra si l'esprit de bois mérite d'être regardé en France comme un produit commercial, et s'il vaut la peine de s'outiller pour le rectifier, comme on le fait pour la distillation du vin.

Par des procédés fort bien combinés, un de nos plus habiles manufacturiers, M. Mollerat, est parvenu à récolter en grand l'esprit de bois pur et presque anhydre. C'est à sa parfaite obligeance que nous devons les matériaux sur lesquels nous avons opéré, et qui ont rendu

« PreviousContinue »