Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

- Ouverture de Jacques d'Artevelde, drame de Victor Joly, exécuté au Théâtre Royal de Bruxelles, en 1835. (La même, pour grande harmonie militaire). Ouverture de Quentin Metsys, comédie de Van Vos (Idem). Ouverture n. 1 et 2 pour orchestre. Chorus pro festâ Sta. Cecilia, Tantum Ergo, Regina cœli lætare, Cantare domino, pour orchestre et chœurs. Deux airs variés et un grand divertissement pour grande harmonie militaire. Un Rondo pour violon, avec accompagnement de piano. — La Nuit d'été, paroles de Victor Hugo. Rêverie et choeur pour 4 voix obligées, avec accompagnement de piano. Le Château de Mâle, ballade avec orchestre. Des pas redoublés, valses, etc., etc., pour grande harmonie militaire. Les romances, ballades, chansonnettes à une voix, avec accompagnement de piano Il Bandito. Ma Lisette quittons-nous. L'Attente.

-

[ocr errors]

La jeune Indienne. Nenni. Guilulmo. - L'Exilé. La Guérilla du Monserrat. Adieu. Retour. Le Corsaire. Nella. Grand'

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

Devine-moi. La Nostalgie.

Trilby. nocturnes,

-Maudit Printemps. Son Nom, etc. stances, etc., à 2 voix : Les Feux follets.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Les romances,

Attends encore.

[ocr errors]

Le beau

jour. Attendons le beau temps. Castor et Pollux. La pauvre Femme, etc., etc. En ce moment il travaille à la composition d'un opéra en deux actes, dont les paroles sont d'un littérateur belge, et qui sera probablement représenté à Gand, dans le courant de l'année théâtrale 1836-37. La plupart des morceaux cités ont été gravés à Gand, Bruxelles, Mayence et Anvers; d'autres ont paru dans l'Album des Dames, le Journal de Chant de Blasseau et Bielards, le Répertoire Musical de Hand, le Menestrel Belge, le Journal de Chant publié par les frères Schott, à Mayence, etc., etc.

[ocr errors]

DE BURBURE (Gustave-Louis-MarIE), frère du précédent, à Termonde, directeur de la Société philharmonique de Ste-Cécile de cette ville, et chef de musique de la légion de la garde civique du canton de Termonde, né à Termonde, en 1815, a composé plusieurs airs variés, pots-pourris, marches, pas redoublés, valses, etc., etc. (quelques-uns ont été gravés dans le Journal royal de Musique militaire, dont il est un des compositeurs, et qui se publie par la maison Gambaro, à Paris); il a aussi arrangé pour grande harmonie militaire, les ouvertures de l'Aspirant de marine, de la Prison d'Edimbourg, de Lestocq, des Deux Journées, d'Agnès, etc., etc., et mis en musique plusieurs romances et nocturnes à une et deux voix, avec accompagnement de piano.

DECAISNE, docteur en médecine et en chirurgie, chevalier de

[ocr errors]

l'Ordre Léopold, décoré de la croix de fer, médecin de bataillon attaché à l'ambulance de la 1re divison. Il a publié : Essai sur les corps étrangers développés spontanément dans l'articulation fémoro-tibiorotulienne. Louvain, 1835, 1 vol. in-8°.

DECAISNE (J.-H.), à Paris, rue St-Lazare, n. 30, peintre, né à Anvers. Les principales compositions de cet artiste, sont : Elisabeth, reine d'Angleterre, et Amy Robsart. Bruxelles, 1833. — Portrait de la reine des Belges. Paris, 1834. L'Ange gardien. Paris, 1836.

Agar dans

le désert. Tête de Vierge, Mater dolorosa. Bruxelles, 1836.
DE CAUWER, fils (HIPPOLYTE), à Gand, paysagiste. Il a exposé :
Paysage montagneux avec un Pont à arcades. Gand, 1826. Grand
Paysage avec bestiaux, deux cavaliers font halte devant un cabaret.
Id., Société des beaux-arts, 1825. Paysage. Gand, 1832.

[ocr errors]

DE CAUWER-BEVERSLUYS (PIERRE-RUMOLD), à Gand, paysagiste, professeur à l'Académie royale de dessin, peinture, sculpture, architecture et gravure de la ville de Gand, depuis l'an 1820; né à Beveren, le 16 février 1783. Il a exposé : Deux Paysages boisés. Gand, 1823. Paysage avec Ferme et accessoires. Paysage boisé avec maison et animaux. Id., Société des beaux-arts, 1825. Vue prise à Tournay. Vue aux environs de Zeeverghem. Paysage avec patineurs. Gand, 1826. Quatre Hivers. Deux Paysages avec animaux. Gand, 1829. — Paysage avec figures. Bruxelles, 1833. — Hiver. Gand, 1834, exposition de la Société des Amis des arts, au mois de mai. - Deux Vues prises à Tournay. - Paysage, vue prise aux environs de Bouchaut. Id. 1834, mai.

DE CAUWER-RONSSE (JOSEPH), à Gand, où il est professeur à l'Académie royale de dessin au Collége royal, membre de la Société royale des beaux-arts de Gand, et de l'Académie des beaux-arts d'Anvers, né à Beveren, au pays de Waes. Il a peint : Le Baptême de Jésus-Christ, tableau placé dans l'église cathédrale de St-Bavon, à Gand. St-Eloi distribuant des aumônes aux pauvres, dans l'église de Maercke. Une Annonciation, pour l'autel de la chapelle du château de M. Surmont de Volsberghe, aux environs de Courtray. Antigone, ou la Piété fraternelle. Atala et Chactas. Héro et Léandre. Gand, 1820. Anacréon chez Polycrate.

[ocr errors]

Descente de croix.

Esquisse d'un tableau d'autel. Gand, 1823. — La nymphe Eucharis.
Anvers, 1829. Suite d'un Naufrage. Une jeune Dame à sa toilette.
Gand, 1829.
Une Famille indigente secourue par une jeune Dame.
-Une jeune Dame pinçant de la guitare.-Rubens peignant le Chapeau
de paille. Id. 1882. — Van Dyck faisant le portrait de Charles Ier et de

sa famille. Un Vieillard, en prison, reçoit une lettre qui prouve son innocence. Gand, Société des Amis des arts, mai 1833.— L'Education. - Le Messager de village. Id., novembre 1833. - Scène du Déluge.Prométhée enchaîné sur le mont Caucase. Anvers, 1834. Descente de Croix, pour l'église St-Nicolas, à Gand. Un Père de famille secouru au moment où un huissier le menace de ses poursuites. Gand, 1835. DE CHÊNEDOLLÉ, à Liége, professeur de langue française au Collége municipal de cette ville.

DE CLOET. Voy. CLOET.

DE COCK (NICOLAS-JOSEPH), à Louvain, prêtre du diocèse de Malines, professeur de philosophie au Séminaire de Malines, curé primaire à Houtain-le-Val, décoré de la croix de fer, actuellement professeur ordinaire de philosophie morale, et vice-recteur à l'Université catholique de Louvain, né à Tubize. Discours prononcé dans l'église paroissiale de St-Pierre, à Louvain, pendant la messe célébrée pontificalement par monseigneur l'archevêque de Malines, le 1er décembre 1835, à l'occasion de la translation de l'Université catholique à Louvain, brochure in-8°. Louvain, 1835.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

-

DE COENE (HENRI), à Bruxelles, rue des Chapeliers, n. 17, peintre Un de genre, né à Bruxelles. Il a peint : Une Bamboche de cabaret. Brocanteur présentant à vendre des montres à deux paysans. Anvers, 1828. Un Dîner d'ouvriers. Un Marchand de figures en plâtre. Le Garde-Chasse et la Laitière. Un Marchand grec. Bruxelles, 1830. Une Rixe entre un ramoneur et un boulanger sur la Grand'Place de Bruxelles. Le Départ après les vacances. Un Sergent sapeur et une Vivandière. Gand, 1832. Sujet pris sur le Pont-Neuf, à Paris. - Vue de l'intérieur de la ville d'Anvers. Bruxelles, 1833. Des anciens serviteurs de Napoléon boivent à sa santé. Le Puits à eau du village. Un Maréchal vétérinaire, animaux par M. Eugène Verboeckhoven. Anvers, 1834. Scène de l'opéra le Tonnelier. L'heureux Fermier. -Le Trésor découvert. Gand, 1835. Le Retour d'un pèlerinage.L'Omelette gâtée. - Un Savoyard. Bruxelles, 1836.

[ocr errors]

[ocr errors]
[ocr errors]

DE CONDÉ, médecin de bataillon près le corps des sapeurs-mineurs. Est auteur d'un Mémoire intitulé : Sur un nouvel emploi de chlore en chirurgie (Bulletin médical belge, dans l'Encyclopédie des sciences médi– cales, 2o série, n. 1).

DE CONINCK (PIERRE), à Termonde, professeur de piano, né à Lebbeke-lez-Termonde, en 1810. Il a publié chez Nacher, à Bruxelles, trois romances pour piano, dont les paroles sont de M. P. Van Duyse: Marie Stuart. Le Convoi du pauvre. Elle n'aime

---

que

moi.

DE CORTIS (LOUIS), à Liége, où il est professeur de violoncelle, au Conservatoire, né à Liége, le 15 septembre 1793. Il a composé quelques airs pour le violoncelle.

DE COSTER (JOSEPH), peintre à Bruxelles, né à Borgerhout, en 1824. Ce jeune artiste a exposé à Gand, en 1833: Le Jeune paysan, et à Bruxelles en 1836: Vue prise à Boitsfort, près de Bruxelles.

DE COURTRAY, docteur en médecine et en chirurgie. Il a publié : Coup-d'œil sur l'ophthalmie de l'armée des Pays-Bas, in-8° de 66 pages. Gand, 1827; et avec M. Accarain, trois articles sur l'homeopathie. (Encyclopédie des sciences médicales, 1re série, n° 25, 27 et 31.)

DE DECKER (PIERRE-JACQUES-FRANÇOIS), à Gand, docteur en droit, né à Zèle, a publié deux recueils de poésie sous le titre de Amour.

Religion et

DEFACQZ, à Bruxelles, professeur extraordinaire à la faculté de droit de l'Université libre, procureur-général près la cour de cassation. DE FIENNES (J.), à Bruxelles, avocat. Il a publié : Quelques idées sur l'usage de la langue dite nationale des Pays-Bas. Bruxelles, 1829. DE FIENNES (JEAN-BAPTISTE), à Bruxelles, peintre, né à Anderlecht. Ses principaux tableaux sont : La guérison de Tobie. Un bandit blessé. Anvers, 1829. — Un faune avec une bacchante. Bruxelles, 1830. La piété filiale. Une bonne mère. Id., 1833. La mort du comte d'Egmont, le 5 juin 1568. Id., 1836.

-

DEFLINNE-MABILLE (VICTOR), à Tournay, où il est bibliothécaire de la ville, a publié : Précis historique et bibliographique sur la bibliothèque publique de la ville de Tournay. Tournay, chez Renard-Darta, 1835, in-8°.

DEFOERE (l'abbé), à Bruges, ancien membre de la Chambre des Représentants, né à Thielt. Il a publié : le Spectateur Belge, journal historique, littéraire, critique et moral. Bruges, 1816-1826, 12 vol.

DEFOOZ, à Liége, juge au tribunal de Tongres, professeur extraordinaire à la faculté de droit de l'Université de Liége.

DEFOOZ (CHARLES), à Liége, docteur en médecine. Il a publié une série d'observations de médecine pratique (Encyclographie des sciences médicales, 1re série, no 40).

DEGENAERT (Mlle ADÈLE), à Anvers, peintre de portraits.

DEGAND, à Bruxelles, professeur à l'Athénée.

DE GENST (HENRI), à Bruxelles, professeur de langue flamande à l'Athénée royal de cette ville. Il a traduit en flamand, par ordre du gouvernement, le Manuel du taupier ou l'Art de prendre et de détruire les taupes.

DEGRAVE (F.), à Bruxelles, graveur, a exposé des cadres renfermant des pierres gravées et des médailles au salon de Bruxelles, en 1818 te 1821.

DE GRAVE GANTOIS (CHARLES-LOUIS-ANTOINE), à Enghien, instituteur primaire et maître de langues, breveté, né à Bruges; livré depuis dix ans à l'étude des lettres et des sciences, il s'occupe à former une collection d'objets d'histoire naturelle.

[ocr errors]

DEHAUT (LOUIS-JOSEPH), professeur de statistique et de géographie physique et ethnographique à l'Université de Gand, né à Chièvres le 30 décembre 1805. En 1827, M. Dehaut envoya au concours académique de l'Université de Louvain un mémoire historique et littéraire sur Iphicrate (inédit). En 1828, la même Université mit au concours une question de la plus haute importance; il s'agissait d'énumérer et de discuter les argumens dont s'étaient servis les philosophes anciens, modernes et contemporains, pour démontrer ou nier l'existence ontologique ou objective (réelle, substantielle) de l'âme. En réponse à cette question, M. Dehaut fit un mémoire très-volumineux, dans lequel il s'attacha surtout à prouver non-seulement l'existence, mais encore l'immatérialité et l'immortalité de l'âme : cet ouvrage fut couronné en 1829 et valut à l'auteur la médaille d'or. (Inédit). La doctrine d'Ammonius Saccas, mémoire couronné par l'Académie le 7 mai 1830, valut aussi à l'auteur la médaille d'or.

[ocr errors]

DEHERDE, à Gand, pharmacien à l'hôpital militaire, né à Termonde, auteur d'un mémoire intitulé: De l'emploi thérapeutique de l'hydrosulfate sulfuré de chaux liquide (Encyclographie des sciences médicales, Ire série, n. 30).

DEHEUVEL (T.), à Gand, peintre, né à Eccloo. Il a exposé un Intérieur. Gand, 1835.

DEHONDT (FRANÇOIS), à Bruges, orfèvre-ciseleur, graveur en médaille et sur bois, membre de la direction de l'Académie de Bruges, de la commission pour la conservation des objets d'art et des monumens historiques, de la Société des Beaux-Arts de Gand, etc., né à Bruges. Ses productions sont : Un Christ en croix en argent, et une sainte Barbe, idem, pour l'église de Maldeghem (Flandre Orientale).- Un bas relief en bronze doré ornant la chaire de l'église d'Everghem (Flandre Orientale). Un lavabo orné de figures en bas-relief pour monseigneur l'évêque de Bruges. Deux flambeaux en argent, ornés de figures, pour l'église cathédrale de Bruges. Une Vierge en argent pour le couvent des Carmes déchaussés à Bruges. - Un calice orné de figures pour l'église de la ville de Thourout (Flandre Occidentale.—

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »