Page images
PDF
EPUB

Since, through experience of this great event,
In arms not worse, in foresight much advanced,
We may with more successful hope resolve
To wage by force or guile eternal war,
Irreconcileable to our grand Foe,
Who now triumnhs, and in the excess of joy
Sole reigning holds the tyranny of heaven. »

So spake the apostate angel, though in pain, Vaunting aloud, but racket with deep despair: And him thus answer'd soon his bold compeer:

K 0 prince, O chief of many throned powers, That led the imbattel'd seraphim to war Under thy conduct, and, in dreadful deeds Fearless, endangered heayjenjs perpetual King; And put to proof his high supremacy, Whether upheld by strength, or chance, or fate Too well I see and rue the dire event, That with sad overthrow and foul defeat Hath lost us heaven, and all this mighty host In horrible destruction laid thus low; As far as gods and heavenly essences Can perish ; for the mind and spirit remains Invincible, and vigour soon returns; Though all our glory extinct, and happy state

« que l'expérience de ce grand événement, dans « les armes non affaiblies, ayant gagné beaucoup K en prévoyance, nous pouvons, avec plus d'es« poir de succès, nous déterminer à faire, par « ruse ou par force, une guerre éternelle, irré« conciliable, à notre grand Ennemi qui triomphe « maintenant, et qui, dans l'excès de sa joie, « régnant seul, tient la tyrannie du ciel. »

Ainsi parlait l'Ange apostat, quoique dans la douleur; se vantant à haute voix, mais déchiré d'un profond désespoir. Et à lui répliqua bientôt son fier compagnon:

« O Prince! ô Chef de tant de Thrônes! qui con« duisis à la guerre sous ton commandement les « Séraphins rangés en bataille! qui, sans frayeur, « dans de formidables actions, mis en péril le Roi « perpétuel des cieux et à l'épreuve son pouvoir « suprême, soit qu'il le tînt de la force, du hasard « ou du destin; ô Chef, je vois trop bien et je mau« dis l'événement fatal qui, par une triste déroute « et une honteuse défaite, nous ont ravi le ciel. « Toute cette puissante armée est ainsi plongée « dans une horrible destruction, autant que des « Dieux et des Substances divines peuvent périr: « car la pensée et l'esprit demeurent invincibles, « et la vigueur bientôt revient, encore que toute i. • i

Here swallow'd up in endless misery.

But what if he our Conquerqur, whom J npw

Of force believe Almighty, since no less

Than such could have p'erpower'd such force as ours—

Have left us thjs our spirit and strength entire,

Strongly to suffer and support our pajns ,

That we may so suffice his vengeful ire;

Or do him mightier service, as his thralls

By right of war, whate'er his business be,

Here iin the heart of he|l to work ip fire,

Or do his errands in the gloomy deep?

What can it then avail, though yet we feel

Strength undiminished, or eternal being,

To undergo eternal punishment?

Whereto with speedj words the arch-fiend replied :—

Fallen cherub,, fp be weak is miserable,
Doing or suffering : but of this be sure,
Tp do aught good neyer will be our task.
But ever to do il| our so|e delight;
As being the contrary to his high wijl,
Whom we resist. If ttyen his providenpe
Out of our evil seek tq bring fprfh good,
Our labour must be to pervert that end,

« notre gloire soit éteinte et notre heureuse condi« tion engouffrée ici dans une infinie misère. Mais « quoi ? Si Lui notre Vainqueur ( force m'est de le « croire le Tout-Puissant, puisqu'il ne fallait rien « moins qu'un tel pouvoir pour dompter un « pouvoir tel que le nôtre), si ce Vainqueur nous « avait laissé entiers notre esprit et notre vigueur, « afin que nous puissions endurer et supporter « fortement nos peines, afin que nous puissions « suffire à sa colère vengeresse, ou lui rendre « un plus rude service comme ses esclaves par « le droit de la guerre, ici, selon ses besoins, « dans le cœur de l'Enfer, travailler dans le feu, « ou porter ses messages dans le noir Abîme? « Que nous servirait alors de sentir notre force « non diminuée ou l'éternité de notre être, pour « subir un éternel châtiment ? »

Le grand ennemi répliqua par ces paroles rapides:

«Chérubin tombé, être faible ést misérable, « soit qu'on agisse, ou qu'on souffre. Mais sois « assuré de ceci: faire le bien ne sera jamais notre « tâche ; faire toujours le mal sera notre seul dé« lice, comme étant le contraire de la haute volonté « de celui auquel nous résistons. Si donc sa provi« dence cherche à tirer le bien de notre mal, nous a devons travailler à pervertir cette fin,et à trouver

And out of good still to find means of evil:
Which oft-times may succeed, so as perhaps
Shall grieve him, if I fail not, and disturb
His inmost counsels from their destined aim.

But see! the angry Victor hath recall'd
His ministers of vengeance and pursuit
Back to the gates of heaven : the sulphurous hail,
Shot after us in storm, o'erblown hath laid
The fiery surge, that from the precipice
Of heaven received us falling; and the thunder,
Wing'd with red lightning and impetuous rage,
Perhaps hath spent his shafts, and ceases now
To bellow through the vast and boundless deep.
Let us not slip the occasion, whether scorn
Or satiate fury yield it from our foe.
Seest thou yon dreary plain, forlorn and wild,
The seat of desolation, void of light,
Save what the glimmering of these livid flames
Casts pale and dreadful ? Thither let us tend
From off the tossing of these fiery waves;
There rest, if any rest can harbour there;
And, reassembling our afflicted powers,
Consult how we may henceforth most offend
Our enemy; our own loss how repair;
How overcome this dire calamity;
What reinforcement we may gain from hope;
If not, what resolution from despair.

« PreviousContinue »