Page images
PDF
EPUB

« comme il convient, louer le Créateur universel « qui a justement précipité au plus profond de « l'Enfer ses ennemis rebelles, et qui pour repait rer cette perte, a créé cette nouvelle et heu« reuse race d'hommes pour le mieux servir: « sages sont toutes ses voies ! »

Ainsi parla le faux dissimulateur sans être reconnu, car ni l'homme ni l'ange ne peuvent discerner l'Hypocrisie : c'est le seul mal qui dans le ciel et sur la terre marche invisible, excepté à Dieu et par la permission de Dieu : souvent, quoique la Sagesse veille, le Soupçon dort à la porte de la Sagesse et résigne sa charge à la Simplicité: la Bonté ne pense point au mal, là où il ne semble pas y avoir de mal. Ce fut cela qui cette fois trompa Uriel, bien que Régent du soleil et regardé comme l'Esprit des cieux dont la vue est la plus perçante. A l'impur et perfide imposteur, il répondit dans sa sincérité^:

«Bel ange, ton désir qui tend à connaître les « œuvres de Dieu , afin de glorifier par là le grand « Ouvrier, ne conduit à aucun excès qui encoure «le blâme; au contraire, plus ce désir paraît « excessif, plus il mérite de louanges puisqu'il t'aa mène seul ici de ta demeure empyrée, pour To witness with thine eyes what some perhaps,

Contented with report, hear only in heaven:

For wonderful indeed are all his works,

Pleasant to know, and worthiest to be all

Had in remembrance always with delight:

But what created mind can comprehend

Their number; or the wisdom infinite

That brought them forth, but hid their causes deep?

I saw, when at his word the formless mass,
This world's material mould, came to a heap:
Confusion heard his voice, and wild uproar
Stood ruled; stood vast infinitude confined;
Till at his second bidding darkness fled.
Light shone, and order from disorder sprung.
Swifi to their several quarters hasted then
The cumbrous elements, earth, flood, air, fire;
And this ethereal quintessence of heaven
Flew upward, spirited with various forms,
That roll'd orbicular, and turn'd to stars
Numberless, as thou seest, and how they move;
Each had his place appointed, each his course;
The rest in circuit walls this universe.

Look downward on that globe, whose hither side
With light from hence, though but reflected, shines;
That place is earth, the seat of man ; that light
His day, which else, as the other hemisphere,

« t'assurer par le témoignage de tes yeux de ce « que peut-être quelques-uns se sont contentés « d'entendre seulement raconter dans le Ciel. Car « merveilleux, en vérité, sont les ouvragesdu Très« Haut, charmans à connaître, et tous dignes d'être « à jamais gardés avec délices dans la mémoire! « Quel Esprit créé pourrait en calculer le nombre, « ou comprendre la Sagesse in finie qui les enfanta, « mais qui en cacha lés causes profondes?

« Je le vis, quand à sa parole la masse informe, « moule matériel de ce monde, se réunit en « monceau : la Confusion entendit sa voix, le fait rouche Tumulte se soumit à des règles, le vaste « Infini demeura limité. A sa seconde parole, « les Ténèbres fuirent, la Lumière brilla, l'Ordre « naquit du désordre. Rapides à leurs différentes « places, se hâtèrent les Elémens grossiers, la « terre, l'eau, l'air , le feu; la quintessence « éthérée du ciel s'envola en haut; animée sous « différentes formes, elle roula orbiculaire et se « convertit en étoiles sans nombre,, comme tu « le vois : selon leur motion chacune eut sa place « assignée, chacune sa course j le resite en circuit « mure l'Univers.

« Regarde en bas ce globe, dont ce côté « brille de la lumière réfléchie qu'il reçoit « d'ici : ce lieu est la terre, séjour de l'Homme. « Cette lumière est le jour de la terre, sans

Wight would invade ; but there the neighbouring moon.
So call that opposite fair star, her aid
Timely interposes; and her monthly round
Still ending, still renewing, through mid heaven,
With borrow'd light her countenance triform
Hence fills and empties to enlighten the earth;
And in her pale dominion checks the night.
That spot to which I point is Paradise,
Adam's abode; those lofty shades his bower:
Thy way thou canst not miss, me mine requires.

Thus said, he turned; and Satan, bowing low, As to superiour spirits is wont in heaven, Where honour due and reverence none neglects, Took leave; and toward the coast of earth beneath, Down from the ecliptic, sped with hoped success, Throws his steep flight in many an aery wheel, Nor stay'd, till on Niphates' top he lights.

« quoi la nuit envahirait cette moitié du globe « terrestre, comme l'autre hémisphère. Mais « la lune voisine ( ainsi est appelée cette belle « planète opposée ) interpose à propos son se« cours : elle trace son cercle d'un mois tou« jours finissant, toujours renouvelant au mi« lieu du ciel par uni! lumière empruntée, sa face « triforme. De cette lumière elle se remplit et elle « se vide tour à tour pour éclairer la terre; sa pâle « domination arrête la nuit. Cette tache que je « te montre, est le Paradis, demeure d'Adam; « ce grand ombrage est son berceau : tu ne peux « manquer ta route ; la mienne me réclame. »

Il dit et se retourna. Satan s'inclinant profondément devant un Esprit supérieur, comme c'est l'usage dans le ciel où personne ne néglige de rendre le respect et les honneurs qui sont dus, prend congé: vers la côte de là terre au-dessous, il se jette en bas de l'Ecliptique : rendu plus agile par l'espoir du succès, il précipite son vol perpendiculaire en tournant comme une roue aérienne; il ne s'arrêta qu'au moment où sur le sommet du Niphates il s'abattit.

« PreviousContinue »