Page images
PDF
EPUB

« depuis ce moment j'ai vu combien la beauté est « surpassée par une grâce mâle, et par la sagesse « qui seule est vraiment belle. »

Ainsi parla notre commune mère, et avec des regards pleins d'un charme conjugal non repoussé, dans un tendre abandon elle s'appuie embrassant à demi notre premier père ; la moitié de son sein gonflé et nu caché sous l'or flottant de ses tresses éparses, vient rencontrer le sein de son époux. Lui, ravi de sa beauté et de ses charmes soumis, Adam sourit d'un amour supérieur, comme Jupiter sourit à Junon lorsqu'U féconde les nuages qui répandent les fleurs de mai: Adam presse d'un baiser pur les lèvres de la mère des hommes. Le Démon détourne la tête d'envie; toutefois d'un œil méchant et jaloux il les regarde de côté et se plaint ainsi à luimême:

« Vue odieuse, spectacle torturant! ainsi ces « deux êtres emparadisés dans les bras l'un de «l'autre, se formant un plus heureux Éden, « posséderont leur pleine mesure de bonheur « sur bonheur, tandis que moi je suis jeté à l'Enfer « où ne sont ni joie, ni amour, mais où brûle « un violent désir ( de nos tourmens, tourment « qui n'est pas le moindre ), désir qui n'étant jaStill unfulfill'd with pain of longing pines.

Yet let me not forget what I have gain'd

From their own mouths ; all is not theirs, it seems:

One fatal tree there stands, of Knowledge call'd,

Forbidden them to taste : knowledge forbidden?

Suspicious, reasonless. Why should their Lord

Envy them that? can it be sin to know!

Can it be death ? and do they only stand

By ignorance? is that their happy state,

The proof of their obedience and their faith?

Oh ! fair foundation laid whereon to build

Their ruin ! hence I will excite their minds

With more desire to know, and to reject

Envious commands, invented with design

To keep them low, whom knowledge might exalt

Equal with Gods ; aspiring to be such,

They taste and die: what likelier can ensue?

But first with narrow search I must walk round

This garden, and no corner leave unspied;

A chance but chance may lead where I may meet

Some wandering spirit of heaven by fountain side,

Or in thick shade retired, from him to draw

What farther would be learn'd. Live while ye may, « jamais satisfait, se consume dans le supplice « de la passion.

« Mais que je n'oublie pas ce que j'ai appris de «leurpropre bouche;il paraît que tout ne leur « appartient pas: un arbre fatal s'élève ici et ap« pelé l'arbre de la science; il leur est défendu «d'y goûter. La science défendue? cela est sus«pect, déraisonnable. Pourquoi leur maître leur « envierait-il la science? Est-ce un crime de con« naître ? Est-ce la mort ? Existent-ils seulement par «ignorance? Est-ce là leur état fortuné, preuve « de leur obéissance et de leur foi? Quel heu« reux fondement posé pour y bâtir leur ruine! «Par là j'exciterai dans leur esprit un plus «grand désir de savoir et de rejeter un com« mandement envieux, inventé dans le dessein « de tenir abaissés ceux que la science élève« rait à la hauteur des dieux : aspirant à deve« nir tels ils goûtent et meurent! Quoi de plus «vraisemblable? Mais d'abord avec de ininu« tieuses recherches, marchons autour de ce « jardin et ne laissons aucun recoin sans l'avoir « examiné. Le hasard, mais le hasard seul, peut « me conduire là où je rencontrerai quelque « esprit du ciel, errant au bord d'une fontaine, « ou retiré dans l'épaisseur de l'ombre; j'ap« prendrai de lui ce que j'ai encore à apprendre. « Vivez tandis que vous le pouvez encore, couple Yet happy pair ; enjoy, till I return,

Short pleasures; for long woes are to succeed.

So saying, his proud step he scornful turn'd, But with sly circumspection, and began Through wood, through waste, o'er hill, o'er dale, his roam.

Meanwhile in utmost longitude, where heaven
With earth and ocean meets, the setting sun
Slowly descended, and with right aspect
Against the eastern gate of Paradise
Level'd his evening rays : it was a rock
Of alabaster, piled up to the clouds,
Conspicuous far, winding with one ascent
Accessible from earth, one entrance high;
The rest was craggy cliff, that overhung
Still as it rose, impossible to climb.

Betwixt these rocky pillars Gabriel sat,
Chief of the angelic guards, awaiting night;
About him exercised heroic games
The unarm'd youth of heaven ; but nigh at hand
Celestial armoury, shields, helms, and spears,
Hung high with diamond flaming and with gold.

Thither came Uriel, gliding through the even
On a sunbeam, swift as a shooting star

« heureux encore! jouissez, jusqu'à ce que je re« vienne,de ces courts plaisirs; de longs malheurs « vont les suivre. »

Ainsi disant il tourne dédaigneusement ailleurs ses pas superbes, mais avec une circonspection artificieuse, et il commença sa recherche à travers les bois et les plaines, sur les collines et dans les vallées.

Cependant aux extre'mités de l'Occident, où le ciel rencontre l'océan et la terre, le soleil couchant descendait avec lenteur, et frappait horizontalement de ses rayons du soir la porte orientale du Paradis. C'était un roc d'albâtre montant jusqu'aux nues, et que l'on découvrait de loin. Un sentier tortueux, accessible du côté de la terre, menait à une entrée élevée; le reste était un pic escarpé qui surplombait en s'élevant, et qu'on ne pouvait gravir.

Entre les deux piliers du roc, se tenait assis Gabriel, chef des gardes angéliques; il attendait la nuit. Autour de lui s'exerçait à des jeux héroïques la jeunesse du ciel désarmée; mais près d'elle des armures divines, des cuirasses, des boucliers , des casques et des lances suspendues en faisceaux, brillaient du feu du diamant et de l'or.

Là descendit Uriel glissantàtraverslesoirsur un rayon du soleil, rapide comme une étoile qui tombe

« PreviousContinue »