Album de la colonie française au Chili: Cette œuvre a pour but de faciliter le rapprochement des membres de la colonie; la faire connaître au dedans et au dehors du pays et démontrer par une scrupuleuse statistique le rôle important qu'elle remplit au Chili

Front Cover
Impr. et lithogr. franco-chilienne, 1904 - Chile - 261 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 199 - Sifflait et pleuvait par les airs ; Que dans Paris entier, comme la mer qui monte, Le peuple soulevé grondait, Et qu'au lugubre accent des vieux canons de fonte La Marseillaise répondait, Certe, on ne voyait pas, comme au jour où nous sommes, Tant d'uniformes à la fois; C'était sous des haillons que battaient les cœurs...
Page 154 - Plus d'un jeune écrivain Vain, Dédaignant l'humble prose, Ose, Pour se faire imprimer, Rimer Des vers que sa servante Vante. Mais qu'en sort-il souvent? Du vent. Lui seul est de son livre Ivre; Ses vers, trois jours au plus Lus, Seraient sans leurs vignettes Nettes, A jeter aux charbons Dons.
Page 53 - Gomme écrivain, je suis au-dessous de tout; comme homme, le dernier des hommes. Et mes amis le savent bien, et ils en racontent de belles sur mon compte!.. De quels amis parle Tourguéneff, et comment restaient-ils mes amis puisqu'ils me connaissaient si bien? Lui-même, le bon Slave, qui l'obligeait à cette grimace amicale avec moi? Je le vois dans ma maison, à ma table, doux, affectueux, embrassant mes enfants. J'ai de lui des lettres cordiales, exquises.
Page 53 - Tourguéneff, et comment restaient-ils mes amis puisqu'ils me connaissaient si bien ? Lui-même, le bon Slave, qui l'obligeait à cette grimace amicale avec moi ? Je le vois dans ma maison, à ma table, doux, affectueux, embrassant mes enfants. J'ai de lui des lettres cordiales, exquises. Et voilà ce qu'il y avait sous ce bon sourire... Mon Dieu, que la vie est donc singulière et qu'il est joli ce joli mot de la langue grecque : EIRÔNEIA (2).
Page 15 - Le lendemain ils en virent du bord plus de deux cents attroupés. Ces hommes, quoique plus grands, sont plus sensibles au froid que les autres car les petits n'ont pour habit qu'une simple peau sur les épaules. Ce que je viens de raconter sur le témoignage de gens dignes de foi est si conforme à ce que nous lisons dans les relations des plus fameux voyageurs, qu'on peut ce me semble croire sans légèreté qu'il ya dans cette partie de l'Amérique une nation d'hommes d'une grandeur beaucoup audessus...
Page 97 - M'offrait un dîner d'un écu, Le vin est bleu, la nappe est sale, Je n'irai pas chez le vaincu. Mais que la cousine d'Auguste M'invite en sa noble maison, J'accours, j'arrive à l'heure juste!
Page 180 - On voit bien des sots, pas de sot métier * ; Et toute la terre est comme un chantier * Où chaque métier sert à tous les autres, Et tout travailleur sert au monde entier.
Page 29 - Il n'est point dans l'univers de terrain plus fertile que celui de cette partie du Chili : le blé y rapporte soixante pour un ; la vigne produit avec la même abondance...
Page 13 - C'est une description des animaux, des plantes, des fruits, des métaux et de ce que la terre produit de rare dans les plus riches colonies du monde. Ce sont des recherches exactes sur le commerce, sur les forces, le gouvernement et les mœurs des Espagnols créoles et des naturels du pays, dont j'ai parlé avec tout le respect que je dois à la vérité.
Page 29 - Ce ne rut qu'en i763 qu'ils firent choix d'un nouvel emplacement à un quart de lieue de la rivière de Biobio, et à trois lieues de l'ancienne Conception, et du village de Talcaguana : ils y bâtirent une nouvelle ville; l'évêché, la cathédrale, les maisons religieuses, y furent transférés...

Bibliographic information