(La) Chaleur solaire et ses applications industrielles

Front Cover
Gauthier-Villars, 1869 - Heat - 238 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

I
1
II
13
III
42
IV
61
V
76
VI
109
VII
139
VIII
174
IX
211

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 187 - Le moteur, dans cette machine , n'est point la vapeur de l'eau bouillante , comme dans les machines à feu ordinaires , mais un volume d'air qui , porté froid au fond d'une cuve remplie d'eau chaude, s'y dilate, et qui, par...
Page 187 - Cagniard emploie une vis d'Archimède. Si une pareille vis fait monter un fluide en la faisant tourner dans tel ou tel sens , il est évident qu'elle devra le faire descendre si on la tourne en sens contraire : si donc elle est plongée dans l'eau de manière que la seule partie supérieure de son filet spiral reste dans l'air, elle devra, lorsqu'on la tournera en sens contraire , comme nous venons de le dire , faire descendre , au fond de cette masse d'eau , l'air qu'elle saisit à sa partie supérieure...
Page 127 - ... par des verres, ou des miroirs ardents. Avec une lentille de deux ou trois décimètres de diamètre, fût-elle même mal travaillée, on fait bouillir de l'eau au soleil presque instantanément. Un pareil verre ardent s'achèterait au poids et ne coûterait guère plus qu'un pareil poids de vitres : au reste, avec quelques châssis vitrés, on voit qu'on ferait vers midi un vrai four à cuire le pain et la viande avec le soleil des tropiques. Avant son expérience en grand, sir John Herschel...
Page 189 - Celle-ci tourne alors comme si elle était mue par un agent extérieur, et consomme par ce mouvement un cinquième de l'action du moteur. Le reste sert à élever un poids de douze livres, avec la vitesse constante d'un pouce par seconde ; c'est-àdire que la machine se remonte continuellement d'ellemême et que de plus il reste une force disponible quadruple de celle que devrait employer un [agent extérieur qui aurait à entretenir par lui-même le mouvement de cette machine.
Page 16 - ... ainsi des autres jusqu'au dernier qui est sous la cinquième caisse et à demi noyé dans le bois de la table. « II faut observer que tous ces thermomètres sont de mercure, et que tous, excepté le dernier, ont la boule nue, et ne sont pas engagés, comme les thermomètres ordinaires, dans une planche ou dans une...
Page 188 - ... est plongée la vis ; de là il est conduit par un tuyau au fond de la cuve d'eau chaude. La chaleur de cette eau le dilate aussitôt , et crée ainsi la nouvelle force qui doit servir de moteur : ainsi se trouve rempli le premier objet du mécanisme proposé. Le second objet, comme nous l'avons dit, est d'appliquer ce nouveau moteur à l'effet qu'on veut produire ; pour cela , l'auteur emploie une roue à augets , entièrement plongée dans la cuve d'eau chaude. L'air dilaté et rassemblé au...
Page 188 - L'air dilaté et rassemblé au fond de cette cuve , trouve une issue qui lui est ménagée pour le diriger sous ceux des augets dont l'ouverture est tournée en bas ; alors sa force ascensionnelle chasse l'eau de ces augets , et le côté de la roue où ils se trouvent , devenant plus léger que l'autre côté où les augets restent pleins , la roue tourne continuellement comme les roues à pots ordinaires. Cette roue , une fois en mouvement , peut transmettre à d'autres mobiles quelconques , soit...
Page 16 - Tout cet appareil exposé au soleil, dans un lieu découvert, par exemple, sur le mur de clôture d'une grande terrasse : je trouve que le thermomètre suspendu à l'air libre monte le moins haut de tous ; que celui qui est sur la caisse extérieure monte un peu plus haut ; ensuite celui qui est sur la seconde caisse, et ainsi des autres, en observant...
Page 81 - G, dans quelque position qu'il soit à l'égard du rayon solaire, ce rayon sera réfléchi du même côté par le miroir plan. Mais l'inflammation ne s'opère par le moyen des miroirs ardents que parce que plusieurs rayons sont rassemblés en un seul et même lieu, et que la chaleur est condensée au sommet au point d'incendier. C'est ainsi que le feu étant allumé dans un lieu, les parties d'alentour et l'air ambiant conçoivent quelque chaleur proportionnée. Si donc nous concevons...
Page 188 - Cagniard, l'effet produit consiste à élever, au moyen d'une corde attachée à l'axe de la roue, un poids de quinze livres, avec la vitesse uniforme verticale d'un pouce par seconde, tandis que la force mouvante appliquée à la vis est seulement de trois livres, avec la même vitesse. L'effet de la chaleur est donc de quintupler l'effet naturel de la force mouvante. « On conçoit que l'effet de la force mouvante étant quintuplé, on peut prélever sur cet effet même de quoi suppléer à cette...

Bibliographic information