Page images
PDF
EPUB

LENO

UNIVERSELLE.

E

ELAGABALE. V. HELIOGABALE. ELBÉE (GIGOT D'), général vendéen, naquit à Dresde, en 1752; son père, ayant épousé une saxone, s'était fixé dans ce pays et il y mourut. D'Elbee vint en France et s'y fit naturaliser en 1757. Il entra fort jeune dans un régiment français de cavalerie, où il était lieutenant. Les personnes qui l'ont connu à cette époque le peignent comme un homme de mœurs plus réglées et plus scrupuleuses que ne le sont communément les jeunes officiers. Sa fortune, son caractère, sa capacité, ne lui donnaient, du reste, aucune distinction parmi ses camarades. En 1783, il donna sa démission, se maria et vécut dès lors retiré à la campagne, près de Beaupréau en Anjou. Vers la fin de 1791, il suivit l'exemple de beaucoup de gentilshommes et quitta la France.. Mais, après la loi qui ordonnait aux émigrés de rentrer dans le royaume, il revint paisiblement à son domicile, Le 13 mars 1794, les paysans des environs de Beaupréau, qui avaient pour lui de l'affection et du respect, ayant refusé d'obéir aux lois sur le recrutement, et s'étant soulevés, vinrent lui demander de se mettre à leur tête. Sa femme était accouchée la veille, il était auprès d'elle, et n'avait contribué en rien à la révolte spontanée des habitants; mais il consentit, sans aucune résistance, à les com

[ocr errors]

mander. Sa troupe fut bientôt jointe par celles de M. de Bonchamp, de Cathelineau et de Stofflet. Ils eurent d'abord des succès, prirent beaucoup de munitions et quelques canons, et chassèrent du pays les détachements des troupes républicaines. Une colonne sortie d'Angers les fit ensuite reculer; mais M. de Larochejaquelin ayant remporté un avantage signalé aux Aubiers, se réunit à eux, et l'armée vendéenne qui commençait à devenir formidable, marcha sur Bressuire. M. de Lescure, qui était prisonnier, fut délivré; tout le pays se souleva, et la guerre civile prit de ce moment un graud caractère. Cette grande armée vendéenne, qui pouvait alors réunir plus de quarante mille combattants, n'avait pas un commandant. Bonchamp, Lescure, Larochejaquelin; Cathelinean, Stofflet et d'Eline, marchaient chacun à la tête des paysans de leur canton. La troupe dé d'Ellée était nombreuse et fort dévouée; elle se composait de gens des cnvirons de Beaupréau et de Chollet. lien était fort respecté et exerçait sur eux une influence complète par sa piété, son courage constant et tranquille. C'était là tout son mérite; il n'avait aucune habitude des hommes, du monde, ni des affaires. Son amour-propre se blessait facilement et s'emportait sans propos. Il avait un mélange de prétention et de

[ocr errors]

politesse difficile et cérémonieuse. Il
n'était pas
sans ambition, mais faute
d'expérience de la société, elle n'avait
ni but précis, ni étendue. Dans les
combats, il ne savait qu'ailer en avant,
ne prenait aucune disposition mili-
taire, et répétait aux soldats: Mes
enfants, la Providence nous don-
nera la victoire. Sa dévotion était
bien réelle; mais comme il avait re-
marqué que c'était un moyen de s'at-
tacher les paysans et de les animer,
il ne croyait jamais en montrer assez
et tombait dans une affectation quel-
quefois risible. Il avait cousu de
saintes images sous son habit. Sans
cesse il faisait des exhortations, des
espèces de sermons aux soldats, et
surtout leur parlait toujours de la Pro-
vidence; au point que les paysans,
bien qu'ils respectassent fort tout ce
qui tenait à la religion, et qu'i's aimas-
sent beaucoup d'Elbee, l'avaient,
sans y entendre malice, surnommé
le général la Providence. Mais en
tout, c'était un si honnête homme et
si courageux que tout le monde, dans
l'armée, avait pour lui de l'attache-
ment et de la déférence. De Bressuire
on marcha sur Thouars, qu'on in-
vestit et qui se rendit à la colonne de
d'Elbéc. Puis on alla attaquer Fon-
tenay; cette tentative eut polat de
succès. D'Elbée fut blessé à la cuisse et
demeura quelques semaines sans suivre..
l'armée. Pendant ce temps, la seconde
attaque sur Fontenay réussit et de
succès en succès, on arriva jusqu'a:
Saumur, qui fut pris. Ce fat lá Fépoque
de la prospérité et des plus grandes
espérances des vendéens. C'est à ce
moment que, sur la proposition de
M. de Lescure, Cathelineau fit re-
connu généralissime par les chefs as-
semblés. D'Elbée, que sa blessure
avait retenu, n'arriva que deux jours
après cette nomination qu'il approuva

[ocr errors]

fort. De Saumur on marcha
par An-
gers, sur Nantes, où l'on échoua avec
assez de perte. Cathelineau mourut
des blessures qu'il avait reçues dans
cette affaire. On songea à le rempla-
cer; comme la nature de cette guer-
re donnait à ce commandement en
chef fort peu de réalité, et qu'unë
armée formée de la sorte ne pouvait
pas avoir une discipline exacte, les
principaux chefs n'attachèrent pas une
grande importance à cette affaire.
D'Elbée, au moyen de quelques pe-
tites manoeuvres, se fit nommer pres
qu'à l'insu d'une grande partie de
l'armée. On s'était occupé en même
temps de choisir quatre généraux de
division, parmi lesquels on ne comprit
même pas Charette. Une telle élection
ne changea rien à l'état des choses,
chacun conserva le même commande-
ment et le même pouvoir: mais on ne
contesta pas à d'Elbee son titre de gé-
néralissime, d'autant que pour se le
faire pardonner, il montra une poli-
tesse et une déférence plus obséquieu-
ses que jamais. Vers la fin de juillet,
on marcha vers le bas Poitou, et l'on
perdit la bataille de Luçon. Le 12
août, toutes les forces des armées
vendéennes se réunirent pour venger
cet échec et attaquer de nouveau Lu-
con: Ese ne fut pas plus heureuse.
On procha beaucoup à d'Ebée de
n'avoir donné aucun ordre, de n'avoir
pas fait une disposition pour exécuter
fe plan d'attaque dont on était con-
vtou. Mes enfants, alignez-vous
done par ci, par là, sur mon che-
val, était, disait-on, le seul com-
mandement qu'on lui eût entendu
proférer pendant l'action. Au mois
de septembre, la guerre devint plus
terrible et plus désastreuse pour les
vendéens. Après une défense héroïque,
après avoir fait éprouver aux répu-
blicains des défaites entières (Voyez

BONCHAMP.), l'armée fut enfin complètement battue à Chollet; d'Elbée y fat blessé à mort. On le transporta d'abord à Beaupréau. Il était dans un tel état de souffrance, qu'on ne put lui faire suivre l'armée, comme à Lescure et à Bonchamp, ainsi que lui, mortellement blessés. On le cacha pendant quelques jours; puis, après que les vendéens eurent passé la Loire et que l'armée républicaine se fut mise à leur poursuite, un frère de Cathelineau rassembla environ quinze cents Angevins, et conduisit à l'armée de Charette, avec cette escorte, d'Elbee, sa femme, son beau-frère, et les officiers blessés qui étaient restés dans le pays. Charette les envoya à l'île de Noirmoutier, dont il s'était emparé, et qui semblait le plus sûr et le plus tranquille refuge. Trois mois après, les républicains attaquerent Noirmoutiers et le prirent. Ils y trouvèrent d'Elbée, que ses blessures tenaient encore entre la vie et la mort. Quand les soldats entrèrent dans sa chambre, il leur dit : « Oui, voilà » d'Elbée, voilà votre plus grand ennemi; si j'avais eu assez de force pour me battre, vous n'auriez pas pris Noirmoutier, ou vous l'eussiez » du moins chèrement acheté. » Les républicains le gardèrent cinq jours, l'accablant d'outrages et de questions. L'interrogatoire, en règle, qu'il subit, existe encore. Ses réponses sont pleines de franchise et de modération. « Je jure, sur mon honneur, dit-il, que malgré que je désirasse sincèrement et vraiment un gouverne❤ment monarchique, réduit à ses vrais principes et à sa juste autorité, je n'avais aucun projet par»ticulier, et j'aurais vécu en citoyen paisible sous tout gouvernement qui eût assuré ma tranquil lité et le libre exercice de la reli

[ocr errors]

gion que j'ai toujours professée. » 11 assura même, qu'à ces conditions, il s'efforcerait de pacifier le pays. Mais on voit clairement que cette offre n'avait d'autre but que de sauver la vie à ses malheureux compagnons. Enfin, lassé de cette agonie: «Mes» sieurs, dit-il, il est temps que cela » finisse, faites-moi mourir. » Il ne pouvait se tenir debout. On l'apporta dans un fauteuil sur la place publique, et on le fusilla. Sa femme, qui pouvant se sauver, n'avait pas voulu le quitter, s'évanouit en voyant porter son mari au supplice. Un officier républicain la soutint et montra de l'attendrissement. Ses supérieurs menacèrent de faire tirer sur lui, s'il ne laissait tomber cette malheureuse femme, qui fut aussi fusillée. M. d'Hauterive, frère de madame d'Elbée, et de Boisy son beau-frère, périrent de même. On remplit une rue de vendéens fugitifs et d'habitants de l'île, qu'on soupçonnait de leur être favorables, et tous furent massacrés, au nombre d'environ quinze cents. Ce fut dans les premiers jours de janvier 1794. D'Elbee a laissé un fils unique.

ELBENE (D'). V. DELBENE.

A.

ELBEUF ou ELBOEUF, marquisat, érigé en daché le 24 mars 1582, en faveur de CHARLES I., petit-fils de Claude, duc de Guise (V.GUISE). Charles naquit en 1556. Son caractère et ses goûts le rendaient peu propre à figurer dans les troubles qui agitèrent le règne de Henri III. Rien ne prouve qu'il ait pris part aux projets ambitieux des princes de sa maison, ni même qu'il en ait eu connaissance. Cependant à l'issue des Etats de Blois, il fut arrêté sur de simples soupçons et conduit au château de Loches, où il resta sous la garde du duc d'Epernon, jusqu'en 1591. Les

[ocr errors]

ouvrages satiriques du temps le représentent comme un homme d'un esprit médiocre, insouciant et fort adonné aux plaisirs de la table. Il mourut en 1605.-CHARLES II, son fils, né en 1596, mort en 1657, avait épousé Catherine-Henriette, fille légitimée de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées. Sa femme voulut jouer un rôle dans les intrigues de la cour sous le ministère de Richelieu : elle fut exilée en 1631, et le duc d'Elbeuf de claré criminel de lèze-majesté. Il parvint cependant à rentrer en faveur, et obtint le gouvernement de Picardie. Le cardinal de Retz n'en a pas fait un portrait avantageux dans ses Mémoires. EMANUEL-MAURICE, petit-fils du précédent, né en 1677, passa au service de l'empereur d'Allelemagne, en 1706, et obtint un commandement de cavalerie dans le royaume de Naples. Il rentra dans le duché d'Elbeuf en 1719, par des lettres d'abolition, et mourut en 1763, dans sa 86°. année. Pendant son séjour à Naples, il avait épousé l'unique héritière de la maison de Salza. Tandis qu'il faisait travailler à des embellissements dans son château de Portici, on trouva, à une certaine profondeur, des marbres précieux. Le prince fit continuer les fouilles, et la quantité d'objets qui furent le fruit de ce travail, donna lieu à de nouvelles recherches, qui amenèrent enfin la découverte d'Herculanum. Par la mort de ce prince, le titre de duc d'Elbeuf passa dans la maison d'Harcourt (Voy. HARCOURT).

W-s.

ELBURCHT (JEAN VAN), surnommé Petit Jean. Ona sur ce peintre fort peu de détails. Ii naquit à Elbourg, près de Campen, s'établit à Anvers, et fut admis, en 1535, dans la communauté des peintres de cette ville. Descamps dit que cet artiste entendait

bien la figure, le paysage, et représentait bien une mer orageuse. Il cite quatre tableaux de Van Elburcht, placés dans l'église de Notre Dame d'Anvers. L'un d'eux représente la Péche miraculeuse, et se trouve fort convenablement placé à l'autel de la chapelle des marchands de poisson. Les trois autres, d'une plus petite proportion, sont placés au-dessous. Ce sont: un Christ sur la croix, avec la Vierge, St. Jean et la Madelene; St. Pierre à genoux devant J. C., sur les bords de la mer; et J. C. dans la bergerie. Ils ne sont pas sans mérite, mais on y désirerait un dessin plus coulant et un pinceau moins sec. L'année de la mort de Vau Elburcht est inconnue. D-T.

ELDAD, surnommé Danita, parce qu'il était de la tribu de Dan, est l'auteur, vrai ou supposé, d'une Lettre où il traite des dix tribus qui sont audelà du fleuve Sabbation, de leur puissance, de leur empire, de leurs rites et coutumes et de leur manière de faire la guerre avec leurs voisins. Cet auteur nous apprend qu'il habitait sur la rive du fleuve merveilleux le Sabbation ou Sambation (1). Le désir de visiter ses frères répandus dans les régions du globe, le porta à quitter ce lieu et à voyager. Il partit avec un autre juif de la tribu d'Aser, et s'embarqua. A peine était-il en mer que son bâtiment fut pris par des Ethiopiens à face noire, et qui pis est anthropophages. Ces sauvages le prirent, l'attachèrent par le cou et l'emprisonnèrent dans un réduit étroit, lui donnant beaucoup de nourriture, afin que de maigre qu'il était, il devînt gras et digne de leur appétit. Mais une troupe d'autres Ethiopiens vint

(1) Des Rabbins ont cru que ce fleuve n'est autre que la rivière Sabbatique dont parle Josephe, et qui aurait été transportée en Ethiopie.

« PreviousContinue »