Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, Volume 21

Front Cover
E. Carrère., 1921 - Science
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 397 - Il sera créé et organisé une instruction publique, commune à tous les citoyens, gratuite à l'égard des parties d'enseignement indispensables pour tous les hommes, et dont les établissements seront distribués graduellement, dans un rapport combiné avec la division du royaume.
Page 365 - ... degré de distinction qui les place au-dessus de la .médiocrité et les rend propres à répandre l'instruction, soit par des écrits conçus dans le silence du cabinet, soit par des ouvrages de...
Page 225 - Languedoc, qui en avait le parler à l'excès, carrée, entre deux tailles , fort maigre , le visage jaune , extrêmement laid, des yeux très-vifs, une physionomie ardente, mais qu'elle savait adoucir; vive, éloquente, savante, avec un air prophétique qui imposait.
Page 298 - Item de ne mesdire d'aucun de mes Anciens Docteurs, Maistres Pharmaciens, ou autres quels qu'ils soient. Item de rapporter tout ce qui me sera possible pour l'honneur, la gloire, l'ornement et la Majesté de la Médecine. Item de n'enseigner point aux idiots et ingrats les secrets et raretez d'icelle.
Page 117 - Quel plaisir at-il eu depuis qu'il est au monde? En est-il un plus pauvre en la machine ronde? Point de pain quelquefois, et jamais de repos...
Page 298 - Je jure et promets devant Dieu, auteur et créateur de toutes choses, unique en essence et distingué en trois personnes éternellement bienheureuses , que j'observerai...
Page 225 - C était une vieille Gasconne, ou plutôt du Languedoc, qui en avait le parler à l'excès, carrée, entre deux tailles, fort maigre, le visage jaune, extrêmement laid, des yeux très vifs, une physionomie ardente, mais qu'elle savait adoucir ; vive, éloquente, savante, avec un air prophétique qui imposait. Elle dormait peu et sur la dure-, ne mangeait presque rien, assez mal vêtue, pauvre et qui ne se laissait voir qu'avec mystère.
Page 225 - Gué , si célèbre par son esprit et ses ouvrages et d'une si sage et véritable piété, fut un de ses plus grands admirateurs et l'a été toute sa vie. M. BoileaU , chassé depuis de l'archevêché honnêtement pour le problème , en fut un autre.
Page 227 - Savoie en 1715; car elle était retirée à Annecy. Cependant, vers la fin de sa vie, témoin dégoûté des Convulsions qui n'étaient ellesmêmes que les conséquences extrêmes de ces premières extases et folies, il disait : « J'ai été une fois trompé, je ne veux pas l'être deux ; j'ai été la dupe de la sœur Rose, je ne veux point l'être des Convulsionnaires.
Page 400 - II ya, pour toute la République, un Institut national chargé de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences.

Bibliographic information