Nouvelle biographie universelle [afterw.] générale, publ. sous la direction de m. le dr. Hoefer, Volume 43

Front Cover
1864
1 Review
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
User Review - Flag as inappropriate

Tome 43 (1864): SAI-SIM

Common terms and phrases

Popular passages

Page 123 - C'est la passion de la science et du bonheur public, c'est le désir de trouver un moyen de terminer d'une manière douce l'effroyable crise dans laquelle toute la société européenne se trouve engagée, qui m'ont fait tomber dans cet état de détresse. Ainsi, c'est sans rougir que je puis faire l'aveu de ma misère et demander les secours nécessaires pour me mettre en état de continuer mon œuvre.
Page 311 - ... crédule, badin , volage , un enfant en cheveux gris ; mais permettez-lui de se recueillir, ou plutôt de se livrer à un génie qui agit en lui , j'ose dire , sans qu'il y prenne part, et comme à son insu ; quelle verve ! quelle élévation ! quelles images ! quelle latinité ! Parlez-vous d'une même personne?
Page 45 - L'unique but du comité fut de vous persuader que le roi devait être jugé en simple citoyen et moi, je dis que le roi doit être jugé en ennemi : que nous avons moins à le juger qu'à le combattre, et que n'étant pour rien dans le contrat qui unit les Français, les formes de la procédure ne sont point dans la loi civile, mais dans la loi du droit des gens. Faute de ces distinctions...
Page 851 - Entendez d'avance l'histoire qui redira à la Renommée : Louis était monté sur le trône à vingt ans; et à vingt ans, il donna sur le trône l'exemple des mœurs; il n'y porta aucune faiblesse coupable, ni aucune passion corruptrice; il y fut économe, juste, sévère; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple.
Page 45 - Mais hâtez-vous de juger le roi, car il n'est pas de citoyen qui n'ait sur lui le droit que Brutus avait...
Page 89 - C'étaient là mes spectacles et mes tournois, leur innocence me réconciliait avec l'espèce humaine, bien mieux que tout l'esprit de nos drames et que les sentences de nos philosophes; mais, à la vue de quelque promeneur dans mon voisinage, je me sentais tout agité, et je m'éloignais.
Page 49 - Dix mille hommes sont nupieds dans l'armée; il faut que vous déchaussiez tous les aristocrates de Strasbourg dans le jour, et que demain, à dix heures du matin, les dix mille paires de souliers soient en marche pour le quartier général.
Page 29 - Ier? c'est un roi que j'aurais aimé. — Aussi étaitil très-aimable, » dit Saint-Germain; et il dépeignit ensuite sa figure et toute sa personne , comme l'on fait d'un homme qu'on a bien considéré. « C'est dommage qu'il fût trop ardent. Je lui aurais donné un bien bon conseil, qui l'aurait garanti de tous ses malheurs mais il ne l'aurait pas suivi, car il semble qu'il y ait une fatalité pour les princes qui ferment leurs oreilles...
Page 29 - Mais enfin vous ne dites pas votre âge , et vous vous donnez pour fort vieux. La comtesse de Gergy qui était , il ya cinquante ans, je crois ambassadrice à Venise, dit vous y avoir connu tel que vous êtes aujourd'hui.
Page 87 - ... heures de repos. A peine était-il éveillé, qu'un domestique vint lui remettre un billet : il reconnut la main de la princesse et il lut les lignes suivantes : » Vos passions sont des fureurs que je ne puis plus « supporter : revenez à la raison et songez à votre état « et à vos devoirs. « Je pars, je vais rejoindre ma mère dans le palatinat « de X.... Je ne reviendrai ici que lorsque vous n'y serez « plus et vous n'aurez de mes lettres que lorsque je « pourrai vous les adresser...

Bibliographic information