Nouvelle bibliothèque d'un homme de gout, ou Tableau de la littérature ancienne et moderne: dans lequel on fait connoître l'esprit de tous les livres qui ont paru dans tous les genres jusqu'en 1797; avec un jugement sommaire et impartial sur chaque ouvrage, et l'indication des différentes éditions qui en ont été faites, tant en France qu'en pays étranger. Tome troisième, Volume 3

Front Cover
chez Des Essarts, libraire, rue du Théâtre François, no. 9., 1798 - Best books - 267 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 43 - Ces sortes de pensées sont-elles en trop grand nombre ; elles s'entre - nuisent et s'étouffent mutuellement ; elles causent la même obscurité et la même confusion , que la trop grande multitude de personnages dans un tableau. Ce sont comme des éclairs qui peuvent nous éblouir pendant quelques instans , et qui nous laissent bientôt dans les ténèbres. Elles ne peuvent servir à embellir le discours , qu'autant qu'elles sont employées avec la plus grande sobriété. Quintilien veut qu'on...
Page 58 - ... dans la Sorbonne ; il introduit sur la scène tantôt des jacobins, tantôt des docteurs , et toujours des jésuites. Combien de rôles leur fait-il jouer! Tantôt il amène un jésuite bon homme, 'tantôt un jésuite méchant, et toujours un jésuite ridicule. Le monde en a ri pendant quelque temps, et le plus austère janséniste auroit cru trahir la vérité que de n'en pas rire.
Page 61 - ... notre habitude de traiter sérieusement les choses les plus futiles , et de tourner les plus importantes en plaisanterie ; nos conversations si bruyantes, et si frivoles; notre ennui dans le sein du plaisir même; nos préjugés et nos actions en contradiction continuelle avec nos lumières; tant d'amour pour la gloire, joint à tant de respect pour l'idole de la faveur; nos courtisans si...
Page 185 - Traité sur la nature et sur la culture de la vigne, du vin, la façon de le faire et la manière de le bien gouverner, à l'usage des différents vignobles du royaume de France.
Page 67 - ... de l'univers dans l'état réel où ils sont et dans tous les rapports qu'ils peuvent avoir entre eux. La plupart des autres écrivains en ce genre sont presque toujours ou de simples moralistes, ou de simples jurisconsultes, ou même quelquefois de simples théologiens.
Page 68 - Loix; ce qui doit rendre l'auteur cher à toutes les nations; ce qui serviroit même à couvrir des fautes plus grandes que les siennes , c'est l'esprit de citoyen qui l'a dicté. L'amour du bien public , le...
Page 44 - Dans les excellens Essais de Montagne, que de choses peuvent dégoûter et dégoûtent en effet beaucoup de lecteurs ! 1°. Le vieux style , si rebutant pour ceux qui sont bien moins frappés de son énergie', que du gothisme qu'ils y voient ; 2°. le défaut d'ordre et de liaison dans les matières qui sont souvent décousues ; 3°. les digressions continuelles qui déroutent à chaque instant le lecteur; 4°. les citations fréquentes, dans lesquelles est noyé le texte ; 5°. enfin , les répétitions...
Page 15 - Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques grecs et latins, tant sacrés que profanes, par Fr. SABBATHIER. Pari», 1815, in-8. (Tome 37e et dernier.) 6 » Dit (Le) de menage, pièce en vers du XIV«' siècle , publié, pour I première fois par MG -S.
Page 58 - J'avoue que le Provincial a mieux choisi ses personnages : il les a cherchés dans les couvents et dans la Sorbonne ; il introduit sur la scène tantôt des jacobins, tantôt des docteurs, et toujours des jésuites. Combien de rôles leur fait-il jouer ! Tantôt il amène un jésuite bonhomme, tantôt un jésuite méchant, et toujours un jésuite ridicule.
Page 31 - Fréron employant d'ailleurs assez heureusement l'ironie , et familiarisé , par un long usage, avec toutes les petites ruses du genre polémique , auroit pu , sans doute , se distinguer dans cette carrière , s'il n'avoit pas eu la fatale manie d'attaquer les écrivains les plus respectables, dans l'espérance de s'illustrer lui-même en se faisant d'illustres ennemis. Il joignit à ce travers singulier, la maladresse de préconiser souvent des hommes ignorés , et de s'abandonner trop ouvertement...

Bibliographic information