Page images
PDF
EPUB

Le cartulaire historique dont il vient d'être parlé appartient à M. de Grieu, dernier prieur de Saint-Himer.

SECTION IV. AUTRES ÉTABLISSEMENTS RELIGIEUX.

Les Jacobins.

Il existe à la préfecture quelques documents relatifs à ce couvent; mais ils se trouvent en majeure partie résumés ou transcrits dans un cartulaire in-fo de plus de sept cents pages, intitulé: Recueil des chartes, titres et contrats concernant les propriétés et revenus du couvent de Notre-Dame du Pré, desservi par les révérends pères frères prêcheurs de Lisieux, de l'ordre de Saint-Dominique, fait en 1715.

L'Hôtel-Dieu de Lisieux (hôpital Saint-Thomas).

1165. Charte de fondation de cet hôpital par Laurent Aini, chanoine de Lisieux, dans la rue du Bouteiller, et donation d'héritage dans l'île de Putangle.

1206. Donation du patronage de Surville, par le seigneur du lieu.

[blocks in formation]

1218. Jourdain du Hommet, évêque de Lisieux, confirme à cet établissement ces droits de patronage', parce que ces cures pouvaient être desservies par des prêtres de la maison, et la chapelle par un chapelain capable; il donne en outre une autre petite île, près de celle de Putangle.

1218. Le même évêque permet à cette maison d'avoir un âne qui apporte continuellement du bois de l'évêché, le bois mort pour l'usage des pauvres, auxquels il assigne treize prébendes, que treize pauvres prébendaires avaient coutume d'avoir.

1304. Le droit de transport du bois mort fut réduit par l'évêque Guy d'Harcour à cinq sommes de bois par jour. Cet évêque confirme d'autres donations.

XII et XIIIe siècles. Dix-sept autres chartes de donations faites à cet

hôpital par Guillaume du Hommet, connétable du roi, par Robert de Giencourt, Roger de Mont-Gomeri, Mabille-Duval, Raoul de Belleau, Godefroy d'Astora, Richard, par le chapitre de Lisieux, etc. (Nobis.)

Religieux Trinitaires (ou de la Rédemption des captifs).

1219. Charte de laquelle il résulte que l'évêque de Lisieux, Jourdain du Hommet, étant à la terre sainte, y connut les religieux de l'ordre de la Sainte-Trinité, et en envoya plusieurs à Lisieux pour y exercer leurs fonctions de charité et d'hospitalité, et y jouir des priviléges de leur ordre.

XVII siècle. Canonisation de deux religieux trinitaires du couvent de Lisieux.

Église Saint-Jacques (de Lisieux).

1490. Procès-verbal de la pose de la première pierre de cette église, par les vicaires trésoriers et paroissiens, après une messe du SaintEsprit chantée dans une chapelle bâtie en 1030, et servant alors d'église paroissiale. (Papiers de M. Savalezerie.)

[merged small][ocr errors]

Du xir au XVIIe siècle. Liste des vicomtes d'Orbec (communiquée par M. l'abbé Delarue).

XVIIe siècle. Liste de deux cent trente-six fiefs de la vicomté d'Auge. (Papiers de M. Bloche, avocat.)

Du xv au XVIIe siècle. Liste des baillis de Saint-Pierre-sur-Dives. (Archives du Calvados.)

Du xv au XVIIIe siècle. Liste des échevins, maires perpétuels et baillis vicomtaux de Lisieux. (Extrait des registres de l'hôtel de ville de Lisieux.)

Hôtel de ville (de Lisieux.).

1447. Acte passé entre l'évêque et les bourgeois de Lisieux, portant autorisation de la part dudit seigneur évêque d'acheter un manoir, jardin et héritage, pour en faire un lieu d'assemblée communale, et de

dépôt de toutes les choses nécessaires à la défense de la ville. (Archives du Calvados.).

Canalisation de la Touque.

Vers 1448. Charte de Henri VI, roi d'Angleterre, autorisant la canalisation de la Touque, sur la demande des habitants de Lisieux. (Note de M. l'abbé Delarue, relevée par lui à la Tour de Londres.)

Jeux du Papegaut.

1576. Charte de Henri III, portant institution de ces jeux, avec certains priviléges, dans la ville de Lisieux. Elle fut confirmée plusieurs fois par Louis XIII et Louis XIV.

Architecture et sculpture.

xvi siècle. Maisons de bois sculptées, au commencement de la renaissance, en personnages plus ou moins originaux ou grotesques, etc. L'une d'elles vient d'être reproduite avec talent par M. Challamel, dans un album lithographié qui se trouve, avec notice, chez Janet, et chez Kaeppelin, à Paris.

Deux sculptures de Jean Goujon ont été conservées avec soin, dans l'église de Saint-Pierre-sur-Dives: l'une est une statue de Vierge, faite en 1668, et l'autre un Christ avec le contre-retable du graud autel, fait en 1672.

Écoles primaires.

1777. Titres de l'établissement des premières écoles primaires à Lisieux, par l'évêque Léonor de Matignon, sous la direction des frères Saint-Yon.

SECTION VI. HISTOIRE BIOGRAPHIQUE ET LITTÉRAIRE.

De 1000 à 1050. Maison du Merle, branche du Blanc-Bisson. Notice généalogique et historique, faite sur les titres et papiers de cette famille. Manuscrit in-f de vingt-cinq pages, contenant la mention de plusieurs lettres écrites à deux des membres de la famille, par Henri II, Char

les IX et Henri IV (il y en a quatre de ce dernier), touchant les affaires militaires du temps.

On trouve dans cette branche des du Merle un des conquérants de l'Angleterre, sous le duc Guillaume, des gouverneurs de princes, un maréchal de France, et plusieurs guerriers distingués; un évêque de Lisieux, un grand vavasseur de Normandie, des gouverneurs de Caen et de Falaise, un commandant de la ville de Lisieux, etc.

25 octobre 1348. Acte notarié par lequel Jean de Melun, chevalier, seigneur de Tancarville et chambellan de Normandie, abandonne aux religieux de Notre-Dame de Grestain sa baronnie de Mézidon, évaluée à mille livres de revenu, et sa ferme des Moulins, évaluée à quatre cents livres, afin de s'acquitter envers lesdits religieux, qui, pour payer sa rançon, avaient aliéné par bail de mille ans, en faveur d'Édouard, fils du roi d'Angleterre, prince de Galles, sept manoirs y désignés, qu'ils possédaient en Angleterre. (Archives du Calvados.)

Durant divers siècles. Histoire littéraire de Lisieux, ou Notices biographiques sur environ cent vingt personnages remarquables de cet arrondissement; composition manuscrite, de deux cents pages in-f", terminée il y a peu d'années.

Entre autres grands hommes que la ville de Lisieux a produits, elle revendique surtout Marin Bourgeois, inventeur du fusil à vent, et qui fit ses premières expériences en présence de Henri IV. Cette Histoire est de M. Auguste Bordeaux.

ADDITIONS.

Chambre de justice.

1716 et 1717. «Journal historique de la chambre de justice créée par «< édit du 12 mars 1716, précédé des motifs de son établissement, des << noms de MM. les commissaires, de leurs portraits, de la police qui s'y est observée et du cérémonial à l'ouverture de ladite chambre de « justice, supprimée par édit du 22 mars 1717. »

Tel est le titre d'un manuscrit in-4° de six cent quatre-vingt-onze pages.

T. I.

10

DÉPARTEMENT DE LA CHARENTE-INFRE.

La correspondance de M. Larreguy, préfet de ce département, a fait connaître plusieurs manuscrits intéressants qui font partie de la bibliothèque d'un amateur; ils sont intitulés :

Mémoires de Gourville, 2 volumes in-4°;

Histoire amoureuse de France, par M. le comte de BussyRabutin, 1 volume in-4°; - Doutes et Pensées sur la religion.

Le premier provient de M. de la Nogarette, conseiller et trésorier du grand Condé, qui donna ce manuscrit, le 1er janvier 1707, à un de ses parents, M. Fouché, sénéchal du duché-pairie de la Rochefoucauld.

On croit que le second manuscrit contient quelques pages de la main de Bussy-Rabutin, et que le texte renferme beaucoup de variantes.

La même correspondance a indiqué un autre manuscrit, fort intéressant pour ce département; il est intitulé:

<<< Relation du siége de Cognac, soutenu par les habitants de la ville, contre S. A. R. le prince de Condé, du 3 au 15 novembre 1651. »

Une copie de cette relation, de 17 pages in-4°, existe dans les cartons du comité des travaux historiques.

Par une lettre en date du 19 juillet 1835, le même magistrat, M. Larreguy, annonce que quatre volumes in-folio de Lettres originales de rois et reines de France, adressées à Guy-Chabot

« PreviousContinue »