Manuel de l'histoire de la philosophie, Volume 1

Front Cover
Société Belge de Librairie, Imp. et Papeterie Hauman, Cattoir et Ce., 1837 - Philosophy - 252 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 6 - La philosophie n'a aujourd'hui que l'une de ces irui» choses à faire : Ou abdiquer, renoncer à l'indépendance , rentrer sous l'ancienne autorité , revenir au moyen âge ; Ou continuer à s'agiter dans le cercle de systèmes usés , qui se détruisent réciproquement ; Ou enfin dégager ce qu'il ya de vrai dans chacun de ces systèmes , et en composer une philosophie supérieure à tous les systèmes , qui les gouverne tous en les dominant tous , qui ne soit plus telle ou telle philosophie ,...
Page 11 - L'éclectisme! Je n'ignore pas que ce nom seul soulève toutes les doctrines exclusives. Mais faut-il s'étonner qu'une opinion qui paraît un peu nouvelle , rencontre une vive résistance? surtout une opinion comme l'éclectisme. Proposez donc aux partis, je vous prie , de déposer leurs prétentions tyranniques dans le service de la commune patrie? tous les partis vous accuseront d'être un mauvais citoyen. Les doctrines exclusives sont dans la philosophie ce que les partis sont dans l'état. L'éclectisme...
Page 12 - L'éclectisme tend à substituer à leur action violente et irrégulière une direction ferme et modérée, qui emploie toutes les forces, n'en néglige aucune, mais ne sacrifie à aucune l'ordre et l'intérêt général.
Page 11 - ... siècle par les siècles précédents ; il est comme condamné à un rôle nouveau, le plus humble en apparence, mais en réalité le meilleur et le plus grand, celui d'être juste envers tous les systèmes sans être dupe d'aucun d'eux; de les étudier tous, et au lieu de se mettre à la suite de l'un d'eux, quel qu'il soit, de les enrôler tous sous sa bannière, et de marcher ainsi à leur tête à la recherche et à la conquête de la vérité.
Page 15 - ... cesse ces divers systèmes l'un par l'autre , sans tenter d'en détruire aucun , en recherchant et en dégageant la portion immortelle de vérité que chacun d'eux renferme, et par laquelle chacun d'eux est frère de tous les autres et fils légitime de l'esprit humain. L'histoire de la philosophie eût suffi toute seule pour enfanter l'éclectisme, c'est-à-dire la tolérance philosophique...
Page 218 - ... l'unité numérique sont compris dans quelque chose, savoir le divisible ; mais c'est l'être pur sans aucun accident, dont on peut concevoir l'idée en songeant qu'il se suffit constamment à lui-même; elle est exempte de tout besoin et de toute dépendance, de toute pensée et de toute volonté; ce n'est point un être pensant, mais plutôt la pensée elle-même en acte; c'est le principe, la cause de tout, l'infiniment petit, et en même temps, par sa puissance, l'infiniment grand, le centre...
Page 71 - Zend-Avesta, ouvrage de Zoroastre, contenant les idées théologiques, physiques et morales de ce législateur, les cérémonies du culte religieux qu'il a établi et plusieurs traits...
Page 9 - ... de la vérité absolue, qui, si elle paraissait, éclairerait, rallierait, soumettrait toutes les intelligences. Il n'ya pas un de ces systèmes sur lequel n'ait passé une polémique accablante. Il n'y en a pas un qui ne soit percé à jour en quelque sorte, atteint et couvaincu de contenir d'intolérables erreurs.
Page 276 - En psychologie, il considère l'âme comme un totum potestativum ; en théologie, il s'attache à fixer et à limiter notre connaissance rationnelle de Dieu, de laquelle il exclut la doctrine de la Trinité; il développe l'idée métaphysique de la Divinité comme être nécessaire, en qui l'essence et l'être sont identiques, et il en déduit les attributs. A ces recherches se mêlent souvent des questions subtiles et un fatras dialectique, sous lequel est enveloppée plus d'une inconséquence...
Page 7 - La civilisation moderne ne peut reculer, ni par conséquent la philosophie qui la représente. Là est la vanité de l'école théocratique. La théocratie est le berceau légitime des sociétés naissantes, mais elle ne les accompagne point dans le progrès de leur développement , progrès nécessaire qui dérive de la nature des choses ; et comme la nature des choses ne peut pas être séparée des desseins de la Providence, il suit que toute lutte contre la nature des choses est dirigée contre...

Bibliographic information