Page images
PDF
EPUB

LITTÉRAIRE

DE

GENEVE.

PAR

JEAN SENE BIER,
Ministre du St. Évangile & Bibliothécaire

de la République.

Τ TOME

PREMIE R.

A GENEVE,
Chez BARDE, MANGET & COMPAGNIE

Imprimeurs-Libraires.

,

[blocks in formation]
[merged small][ocr errors]

PRÉ FACE.
Pourquoi

OURQUOI cet ouvrage est-il fait de cette façon? Pourquoi certaines idées y sont-elles fi fréquentes ? Pourquoi cette inaniere de présenter les objets ? Pourquoi ....? Sans-doute le Public eft en droit de faire toutes ces questions : un ouvrage qu'on lui donne devient une propriété qu'il peut traiter à fa fantaisie ; mais l'Auteur qui ne peut répondre à ces critiques, parce qu'il n'est pas toujours à portée de les entendre , est obligé de les prévenir par une exposition naïvę de ses vues &

par la peinture vraie des motifs qui l'ont engagé à travailler.

Une Histoire littéraire peut se borner à quelques détails sur les opinions des

[ocr errors]

Savans qu'elle peint, ou à quelques notes particulieres sur les Livres qu'elle fait connoître, sur leurs éditions, leur mérite & leur rareté ; tantôt elle s'occupera des controverses qui ont agité la République des Lettres , quelquefois elle fixera l'influence des Ecrivains sur leur fiecle & la science qu'ils ont cultivée. En général, l'Histoire littéraire semble détacher plus particuliérement l'homme de la société ; elle l'isole dans son cabinet , & ne le montre que dans ses rapports avec le systeme de nos idées & la perfection de l'esprit-humain. Je me suis bien proposé toutes ces vues , mais je n'ai pas voulu qu'elles fussent uniquement l'objet de mon travail. Non, je n'ai pas seulement écrit pour ceux qui n'aiment que l'Histoire littéraire , j'ai voulu que ce Livre fortifiât le goût de mes Concitoyens pour les sciences & qu'il produisît dans

v Geneve beaucoup de Savans pareils à ceux dont j'ai parlé.

Je sais bien que, quoique Geneve ait une existence plus réelle dans la République des Lettres que dans le Systême politique de l'Europe, fon Hiftoire littéraire est cependant si bornée qu'elle ne peut gueres

intéresser

que les plus avides des Littérateurs ou les Genevois pour qui je l'ai faite.

Je suis encore très-convaincu que je n'ai ni l’éloquence ni l'originalité propres

à fixer les regards des étrangers sur des faits particuliers à notre République. Je suis, par conséquent, bien persuadé que je ne puis prétendre à des suffrages qui pourroient flatter mon amour-propre, ni à la célébrité dont l'espoir amuse fi fort l'imagination. Je ne me suis pas même caché les petites tracasseries que cette Histoire pourroit m'occasionner , quoique j'aie

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »