Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

BIBLIOTHEQUE

D'UN HOMME DE GOUT.

CHAPITRE PREMIER.

DE LA GRAMMAIRE.

L n'y a point de Pays peutêtre, où l'on ait tant écrit fur la Grammaire de la Na. tion, qu'en France. Ceux qui fe font le plus diftingués en ce genre, font Regnier Desmarais, Buffier, Girard d'Olivet, Reftaut, du Marfais, de Wailly, &c.

REGNIER.

La Grammaire du premier parut Paris en 1706, in-4°. Le nom de l'Auteur prévint en faveur de l'Ouvrage: mais on ne tarda pas à s'appercevoir Tome III,

A

que l'Abbé Regnier, quoique Secrétaire de l'Académie Françoife, n'avoit point fuivi le plan qui lui avoit été proposé par fa Compagnie. Au lieu d'une méthode courte & facile, on fut fâché de ne voir qu'un Ouvrage extrêmement prolixe. Il pouvoit bien être de quelqu'utilité aux Savans; mais il ne paroiffoit gueres propre qu'à effrayer les Commençans par la multitude de préceptes, de réflexions & de remarques. On ne fut pas moins furpris de ce que, malgré cette longueur, il n'y étoit rien dit de la Syntaxe. L'Auteur renvoyoit cette partie importante à un autre Ouvrage qui n'a point paru. En un mot, cette Grammaire quoique femée de quantité d'obfervations utiles, ne répondit nullement à l'efpérance que le Public en avoit conçue. On critiqua l'Auteur; on déprécia fon Ouvrage ; & il eft aujourd'hui affez. peu confulté. C'est cependant une mine abondante, où tous nos Grammairiens ont puifé,

LE PERE BUFFIER.

Un des plus ardens Cenfeurs de la Grammaire de l'Abbé Regnier, fut le

Jéfuite Buffier, qui avoit compofé un Livre fur la même matiere. Sa Grammaire Françoise, lue à plufieurs reprifes dans les Affemblées de l'Académie, fut foumise à fon Jugement, & reçut de grands éloges, dès qu'elle vit le jour en 1708. C'eft celle, en effet, qui a eu long-temps le plus de cours pour l'ufage ordinaire; mais elle a été, ce femble, entraînée dans la chûte des Jéfuites, quoiqu'elle méritât d'être confervée, par l'efprit d'analyfe qui y regne.

RESTAUT.

La plupart des Colleges s'étoient déjà décidés pour la Grammaire de Restaut, Avocat au Parlement. Cet Auteur étoit un homme judicieux, inftruit du génie & de la délicateffe de notre langue, & qui a fu faire un très-bon ufage des Ouvrages les plus eftimés fur cette matiere. Sa Grammaire eft intitulée: Principes généraux & raisonnés de la Grammaire Françoife; parce que c'eft en effet un bon choix de préceptes, développés avec méthode & avec jufteffe. La forme qu'il a prife par demandes & par réponses, n'eft point agréable; & c'est en partie ce qui a donné cours à des Livres plus récens.

Il y a deux Orthographes dans la langue françoife, fuivant Reftaut; l'Or-" thographe de principes, & celle d'ufage. Par la premiere, il entend celle qui eft fondée fur les principes mêmes de la langue, & dont on peut donner des regles générales, comme l'Orthographe des différentes terminaifons des noms par rapport aux genres & aux nombres, & des verbes par rapport aux temps & aux perfonnes. Il ne croit pas qu'il foit posfible d'apprendre cette Orthographe, & de la poffeder parfaitement, que par une étude particuliere de la Grammaire françoife.

Par l'Orthographe d'ufage, il entend celle dont on ne peut gueres donner de regles générales, & fuivant laquelle les fyllabes des mots s'écrivent d'une maniere plutôt que d'une autre, fans autre raifon que celle de l'ufage ou de l'étymologie.

L'ABBE GIRARD.

Il y a beaucoup moins d'ordre, mais beaucoup plus d'efprit & de fineffe, dans les Principes de la langue françoise, par l'Abbé Girard, in-12, deux volumes. 1747. Le fonds de l'Ouvrage eft bon,

« PreviousContinue »