De la décadence de l'Angleterre, Volume 2

Front Cover
Escudier Frères, 1850 - France - 716 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 175 - S'il en est ainsi , ce que nous essaierons de démontrer, les choses se seraient passées en industrie comme en politique, et cela serait une preuve de plus en faveur de la logique de l'histoire. C'est un fait général sans exception, que, chez tous les peuples , les éléments sociaux...
Page 197 - Grande-Bretagne indépendante du monde , c'est rendre le monde indépendant de la Grande-Bretagne. (Bruyantes acclamations.) Le monopole isole le pays de la grande famille humaine; il détruit ces liens et ces avantages mutuels que la Providence avait en vue le jour où il lui plut de répandre tant de diversité parmi toutes les régions du globe. La loi-céréale est une expérience faite sur le peuple ; c'est un défi jeté par l'aristocratie à l'éternelle justice; c'est un effort pour élever...
Page 178 - Que chacun en ce monde réponde de soi et pour soi! » Tant pis pour ceux qui sont de trop ici-bas! On aurait. » trop à faire si l'on voulait donner du pain à tous ceux qui » crient la faim! Qui sait même s'il en resterait assez pour » les riches ? Comme la population tend sans cesse à dépas» ser les moyens de subsistance, la charité est une folie, un
Page 325 - L'Angleterre, comme le vampire fabuleux, aura tout absorbé ; il ne restera aucune sommité pour s'élever audessus des masses, parmi lesquelles on ne comptera plus que l'artisan...
Page 192 - Cela monte à 56 millions de livres sterling par an, et, au fait, le peuple paye cette somme de sa poche tout aussi infailliblement que si elle allait au trésor sous forme de taxes. Par conséquent, il a plus de peine à payer les contributions qu'exigé le revenu public? — Sans doute; ayant payé des taxes personnelles, il est moins en état de payer des taxes nationales. N'en résulte-t-il pas encore la souffrance, la restriction de l'industrie de notre pays...
Page 181 - Comme nous l'avons dit, cette maison est un hospice ouvert aux vieillards, aux incurables et aux infirmes, un refuge pour les orphelins, un asile pour les idiots et les fous, et un dépôt de mendicité pour les vagabonds et les indigents valides ; il n'y manque que des criminels pour qu'elle réunisse sous le même toit toutes les misères humaines.
Page 121 - Eh bien, l'industrie est allée arracher la femme à ses enfants, l'épouse à son mari, pour en faire l'instrument à bon marché de la machine industrielle. Qu'importe si la faiblesse de sa complexion, si la mobilité de sa nature, la rendent impropre à cette activité passive?
Page 8 - ... des comtés agricoles où elle est extrême et sans remède, dans les comtés industriels où il...
Page 175 - Droz, au moins s'occuper autant des hommes que des produits, par la raison que les produits sont faits pour l'homme et non l'homme pour les produits.
Page 198 - Il ne manquait pas de subtilité, le malheureux, s'il en a agi ainsi, et il faut que le sens moral de nos adversaires soit bien émoussé pour qu'ils osent citer un tel fait à l'appui de leur accusation ; car combien d'êtres inanimés peuplent les cimetières de nos villes et de nos campagnes, qui y ont été poussés par l'effet de cette loi maudite.

Bibliographic information