L'Art de vérifier les dates depuis l'année 1770 jusqu'à nos jours: 1826

Front Cover
Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles
Chez l'Éditeur, rue Saint-Honoré, n° 290, près l'église Saint-Roch; Arthus-Bertrand, libraire, Rue Hautefeuille, n° 23; Treuttel et Wurtz, Libraires, rue de Bourbon, n° 17., 1826 - America
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 91 - Condamine éprouva le même jour la température de l'hiver , du printems et de l'été. « A mesure que je descendais, dit-il, je changeais insensiblement de climat en passant par dégrés d'un froid extrême à la température de nos beaux jours du mois de mai (i). » Tremblements de terre. Les tremblements de terre sont les plus grands fléaux des vallées de cette contrée. Don Ulloa nous a fourni une liste des plus remarquables (2). En...
Page 458 - Flora Peruviana et Chilensis, sive descriptiones et icones plantarum peruvianarum et chilensium; auct Hipp.
Page 9 - ... cette chaussée paraissait avoir trois ou quatre cents toises de longueur de l'Est à l'Ouest, et se terminait à deux encablures environ de la pointe du continent, laissant une ouverture assez large; en sorte que la nature semblait avoir fait, à l'extrémité de l'Amérique, un port comme celui de Toulon, mais plus vaste dans son plan comme dans ses moyens: ce nouveau port avait trois ou quatre lieues d'enfoncement.
Page 443 - Recueil des Voyages qui ont servi à l'établissement et aux progrès de la Compagnie des Indes Orientales, formée dans les Provinces Unies des Pays-Bas, publié par Constantin de Renneville (Amsterdam, 1702-1706, 5 Vol.
Page 480 - Perouse observe * que , bien que les baleines abondent sur les côtes, aucun habitant du Chili n'en a jamais harponné une seule. La nature a accumulé tant de biens sur ce royaume qu'il faudra plusieurs siècles avant que cette branche d'industrie y soit cultivée. La Pérouse dit qu'une nuit les frégates furent environnées de baleines qui nageaient si près qu'elles jetaient l'eau k bord en soufflant.
Page 9 - Leurs compagnons érigèrent un monument à leur mémoire sur l'île du milieu de la baie, à laquelle ils donnèrent le nom d'île du Cénotaphe , et y enterrèrent une bouteille qui renfermait l'inscription suivante : « A l'entrée du port ont péri vingt et un braves marins ; » qui que vous soyez , mêlez vos larmes aux nôtres. » Le port des Français est situé par latitude nord 58° '37', et par longitude ouest i39° 5o'.
Page 431 - Catholicae expertes existant, uti bruta animalia, ad nostra obsequia redigendos esse, passim asserere praesumant, et eos in servitutem redigunt, tantis afflictionibus illos urgentes, quantis vix bruta animalia illis servientia urgeant. Nos igitur, qui ejusdem Domini nostri vices, licet indigni, gerimus in terris, et oves gregis sui nobis...
Page 484 - n'ont aucune religion . c'est qu'on n'a jamais trouvé chez » eux ni temples , ni vestiges d'idoles qu'ils aient adorées , » comme on en voit au Pérou Il s'en trouve qui croient » à une autre vie , pour laquelle on met à ceux qui meurent » de quoi boire, manger et s'habiller dans le tombeau. Les » femmes demeurent plusieurs jours sur les tombeaux de » leurs maris, à leur faire la cuisine, à leur jeter sur le » corps de la chicha , qui est leur boisson, et leur acco» modent leur bagage...
Page 483 - Les Indiens du Chili ne sont plus ces anciens Américains auxquels les armes des Européens inspiraient la terreur : la multiplication des chevaux .qui se sont répandus dans l'intérieur des déserts immenses de l'Amérique , celle des bœufs et des moutons, qui est aussi extrêmement considérable, ont fait de ces peuples de vrais Arabes, que l'on peut comparer en tout à ceux qui habitent les déserts de l'Arabie. Sans cesse à cheval , des courses de deux cents lieues sont pour eux de...
Page 495 - Chili, dit que le blé y rapporte 60 pour un; que la vigne y produit avec la même abondance , et que les campagnes sont couvertes de troupeaux innombrables qui , sans aucun soin , y multiplient au-delà de toute expression. Le produit moyen des provinces du centre , suivant Molina , est de...

Bibliographic information