La science du gouvernement: ouvrage de morale, de droit et de politique, qui contient les principes du commandement & de l'obéissance; où l'on réduit toutes les matieres de gouvernement en une corps unique, entier dans chacune de ses parties; & où l'on explique les droits & les devoirs des souverains ceux des sujets, ceux de tous les hommes, en quelque situation qu'ils se trouvent, Volume 8

Front Cover
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 515 - Le Cérémonial diplomatique des cours de l'Europe, ou Collection des actes, mémoires et relations qui concernent les dignitez , titulatures...
Page 23 - me l'avoir donné, que de me l'avoir donné du tems d'Ariftote. J'ai lieu » de me promettre que vous en ferez un...
Page 63 - J'aime bien la France ( écrivait« il au baron de Breteuil ) ; mais j'aime encore mieux mon honneur et « la vérité. Quelque destinée que l'avenir me prépare , je dirai comme » Philippe de Comines : Dieu m'afflige , il a ses raisons; mais je pré« tërerai toujours la condition d'être malheureux avec courage, à « celle d'être heureux avec infamie. — Je vous conjure instam
Page 391 - Traité hiftorique & chronologique du facre & couronnement des rois » & des reines de France depuis Clovis jufqu'à préfent, & de tous les prin...
Page 75 - Meiïieurs de la -»> Faculté de faire entendre comment le droit de la Monarchie •» Gauloife dépend du droit divin , & quelles propofitions , en « tel cas , dépendent de leurs cenfures...
Page 180 - IV, & ne voulant ni le louer, ni perdre le fruit de ce qu'il avoit fait de louable, il aura pris le parti de faire dire par d'autres ce que la modeftie L'auroit obligé de fupprimer. On lui a reproché un autre défaut; qui tient, dit-on, à celui-ci; mais qui bien examiné, pourroit bien n'être rien moins' qu'un défaut; c'eft la manière libre dont il parle , & dont il agit avec fon fouverain.
Page 408 - Ce n'eft pas que, proportion gardée, elle foit plus peuplée que nos provinces ; c'eft qu'on y tire un plus grand parti du travail & de l'induftrie des hommes.
Page 343 - Le but de l'auteur est de renfermer dans cet ouvrage les principes d'une politique qui eût toute la majesté et toute la grandeur que doit avoir la morale de ceux qui gouvernent le monde, sans avoir rien de sa corruption ordinaire. Il...
Page 314 - Que félon la Difcipline du Concile de Sardique , dont les Conciles & les anciens Papes ont fi fouvent recommandé l'exécution , & dont l'Eglife Gallicane ne s'eft pas éloignée , les Evêques doivent être jugés en première inftance par leurs Confrères dans leur Province. Ces deux points font incontestables , & je les ai établis dans mon Traité du Droit Eccléfiaftique.
Page 152 - ... tient la • place de Dieu quand elle dispose de notre vie, la » raison de l'homme en cet endroit tiendra le lieu de • la raison de Dieu : et comme l'homme n'a l'être » qu'en vertu de l'être de Dieu , elle aura le pouvoir « de ce faire , pour ce que Dieu le lui aura donné ; » et Dieu le lui aura donné , pour ce qu'il lui a déjà » donné un rayon de la lumière éternelle , afin de • juger de l'état de ses actions.

Bibliographic information