Page images
PDF
EPUB

1492. TZENNA, Psalterium Beatve Marice Virginis, in-4,

sans nom d'imprimeur. 1493. Albe, Alex. de Villa doctrinale, in-fol. sans nom d'imp. 1493. CLUGNY, Missale Cluniacense , in-fol. imp. Michael

Wenssler. 1493. FRIBOURG , S. Bonav. in IV sentent. in-fol. imp.

Kilianus Piscator. 1493. LUNEBOURG, Thomas à Kempis , de Imitatione

Christi , in-8, imp. Jan. Luce. 1493. Nantes, les Lunettes des princes, in-8, imp. Etienne

Larcher. 1493. COPENHAGUE, Regulæ de fig. construct. grammat.

in-4, imp. Gothofridus de Chemen. 1495. OPPENHEIM, Wigandi Virt Dialogus apolog. etc.

in-4, sans nom d'imprimeur. 1495. Forli, Nic. Ferretti de Eleg. ling. lat. servanda ,

in-4, imp. Hieronymus Medesanus. 1495. FREISINGEN, Compendiosa mat. pro Juven. inform.

in-4. imp. Joan. Schọffler. 1495. LIMOGES, Breviarium Lemovicense, in-8, imp. Joan.

Berton. 1495. SCANDIANO, Appianus , in-fol. imp. Peregrinus de

Pasqualibus. 1495. SCHOENHOVEN, Breviarium Trajectense, in-fol. sans

nom d'imprimeur. 1496. Barco, Selicoth, hebraicè, in-fol. inp. Gerson

Mentzlen. 1496. OFFENBOURG , Quadragesimale de Litio , in-4, sans

imprimeur connu. 1496. PROVINS, la Règle des Marchands, in-4, imp.

Guill. Tavernier. 1496. Tours, la Vie de saint Martin , in-fol. imp. Mathias

Lateron. 1496. PAMPELUNE, Petri de Castrovole sup. lib. Yconom.

Arist. in-fol. imp. Arnardus Guillaume.

1496. GRENADE, Franc, Ximenes de Vita Christi, iu-fol.

imp. Menardus Ungut. 1497. Avignon, Luciani Palinurus, elc. in-4, imp. Nicol.

Lepe. 1497. CARMAGNOLE, Facini Tibergæ in Alex. de Villa, elc.

sans imprimeur connu. 1498. TUBINGEN, Pauli Lectrau in primam Sentent. in

fol. imp. Joan. Oumar. 1499. TREGUIER, le Catholicon , in-fol. sans nom d'im

primeur. 1499. MONTFERRAT, Missale benedictinum , in-fol. imp.

Joan. Luschener. 1500. CRACOVIE, Ciceronis rhetor. libri IV , in-4, imp.

Joannes Haller, 1500. MUNICH, Aug. Mundii oratio, in-4, imp. Joannes

Schobser. 1500. OLMUTZ, Aug. de Olomvoz contra Waldenses , in-4,

imp. Courardus Bomgathem. 1500. PFORTZHBIM, Joan. Altenstaig Vocabularius, imp.

Thomas Anselmus Badensis. 1500. PERPIGNAN, Breviarium Elnense, in-8, imp. J. Ro

sembach , de Heidelberg. 1500. JAEN, Petri Dagui tractatus de differentiis, sans

imprimeur connu. 1500. ALBIE, Ence Sylvii de amoris remedio, in-4, sans

nom d'imprimeur. 1500. RHENEN, Dat leeven van H. maget S. Kunera ,

sans nom d'imprimeur.

[ocr errors]

CHAPITRE XIV.

Des progrès de l'imprimerie.

tre-sens que

Bien que l'imprimerie eût déjà fait des progrès surprenans en 1455, cependant elle était encore dans un certain état d'imperfection. Les lettres étaient taillées grossièrement, les mots étaient chargés d'une multitude d'abréviations qui en rendaient la lecture fatigante; on voyait des capitales bizarres et sans proportion avec le corps du caractère ; on ne voyait aucune ponctuation, excepté le point, et rien qui distinguât la citation d'avec le texte. Mais ce qui excitait surtout les plaintes des savans, c'était le nombre des fautes et des con

les copistes ignorans avaient glissés dans les manuscrits, et que les imprimeurs encore moins instruits avaient augmenté. Il n'est pas jusqu'aux éditions données par les Aldes auxquelles Erasme ne fasse des reproches, quoique ces célèbres imprimeurs eussent fait tous leurs efforts pour les rendre correctes ; en parlant du Cicéron, des OEuvres d'Homère et du Plutarque , qu'ils avaient publiés, il les désigne sous l'épithète de depravatissimæ.

Certes il n'était pas étonnant qu'il échappât quelques fautes aux imprimeurs, parce que les manuscrits en étaient remplis par l'ignorance des copistes, ignorance qui était presque générale avant l'invention de l'imprimerie. Aussi l'évêque d’Aleria, bibliothécaire du Vatican, en 1467, lors de l'établissement de l'imprimerie à Rome, se plaignait anièrement dans ses lettres à ses amis, de trouver la plupart des manuscrits de cette bibliothèque défigurés par des fautes grossières , ajoutant, qu'il tâchait de les corriger, à mesuré qu'il en découvrait quelques-unes ; qu'il avait même élé obligé de changer plusieurs mots, pour faire disparaître les contre - sens et rendre les phrases intelligibles.

A mesure que l'imprimerie prenait de l'accroissement, elle

[ocr errors]

faisait des progrès rapides vers une plus grande pe rfection La ponctuation prenait une forme régulière, les abréviations disparaissaient, on se servait des lettres accentuées, les guillemets distinguaient les citations d'avec le texte, et le caractère prenait une forme plus élégante et plus favorable à la vue. Les miniateurs disparurent des imprimeries où ils n'étaient plus nécessaires , et des correcteurs habiles prirent leur place. Des savans du plus grand mérite ne dédaignèrent pas

d'accepter cet emploi. Le caractère dont on avait fait usage jusque vers 1450, et même beaucoup plus tard, était d'une forme carrée, chargé d'angles et d'aspérités, taillés rudement et d'une grosseur remarquable qu'on appelait lettres de formes. Vers 1459, on lui substitua un autre moins gros et plus agréable à l'oeil qu'on nommait demi-gothique.

En 1468, Vindelin de Spire, qui imprimait à Venise, se servait d'un caractère d'une belle forme auquel on donna le non de vénitien ; mais il reçut aussi celui de romain, sous lequel il est plus connu, parce que Ulric Han, et d'autres imprimeurs de Rome, s'en servaient aussi.

En 1498, Alde Manuce , imprimeur à Venise, inventa l'italique, dont il fit usage pour tous les auteurs latins sortis de ses presses, mais il est presque le seul qui l'ait appliqué à cet usage, tous les autres ne s'en sont servi que pour distinguer les citations et les mots qu'on voulait faire remarquer; cependant la plupart des imprimeurs ont préféré l'usage des guillemets lorsque le passage est long.

Toutefois on vit l'art pour un moment rétrograder par l'introduction des caractères gothiques. Ces sortes de caractères n'ont rien de commun avec ceux que les Goths apportèrent en Italie et en Espagne , lors de leurs incursions. Le gothique moderne est la consomniation de la décadence de l'écriture dans les 13, 14 et 15° siècles; il est le fruit de la bizarrerie et du plus mauvais goût. C'est l'écriture latine dégénérée et chargée de trạils absurdes' et superflus. Ce

[ocr errors]

gothique, qui avait déjà paru dans le 12° siècle, s'étendit dans tous les États de l'Europe dès le commencement du 13e. Les monnaies, les sceaux , les médailles, les monumens lapidaires, les cloches en furent empreints. Les Etats du nord en conservent encore aujourd'hui l'usage. Çe genre d'écriture se multiplia et fut diversifié selon le génie des peuples et le caprice des copistes dans les manuscrits et les abréviations.

Il faut dire à la louange des imprimeurs de France, qu'ils ne sont point les auteurs de ces lettres gothiques. Dès l'année 1471, on s'en était servi en Allemagne. Quand Gering fonda son établissement d'imprimerie à Paris, il employa de bons caractères, et tint ferme long-temps contre l'usage des autres imprimeurs qui introduisirent la lettre gothique ; mais enfin il se laissa entraîner par le torrent.

Ce fut surtout Venise , qui, ayant d'abord eu la gloire d'avoir employé les plus belles lettres , l'a en quelque sorte flétrie par une foule d'impressions gothiques qu'elle fit dans ces premiers temps, et qui donnèrent partout le mauvais exemple. Il s'est même trouvé des imprimeurs à qui le mélange bizarre des deux caractères a plu, et qui ont employé la belle lettre et le gothique dans un même livre. Ce furent Friburger, Gering, Cranız, et après eux Simon de Coline, Robert Etienne, et MichelVascosan qui contribuèrent le plus à l'abolịtion du gothique en France. Mais il fut toujours chéri en Allemagne, en Hollande et en Flandre.

En 1470, Ulric Géring imprima pour la première fois en rouge le titre de la lettre de Fischet au cardinal Rollin; mais il a employé cette couleur dans toute sa beauté et son éclat dans les impressions qu'il fit depuis en rouge et noir du Psautier, da Diurnal, du Bréviaire, du Missel, des Heures à l'usage du diocèse de Paris, et de quelques volumes de droit. Ce mélange de deux couleurs donne de l'agrément à l'impression, et réjouit la yue qui se plaît dans cette diversité. Les meilleurs imprimeurs ont suivi l'exemple de Géring : dans l'impression des livres d'église, ils ont distingué ce qu'on appelle rubriques

« PreviousContinue »