Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[blocks in formation]

BIOGRAPHIE UNIVERSELLE

ANCIENNE ET MODERNE

00

HISTOIRE, PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE, DE LA VIE PUBLIQUE ET PRIVÉE DE TOUS LES HOMMES

QUI SE SONT FAIT REMARQUER PAR LEURS ÉCRITS,
LEURS ACTIONS, LEURS TALENTS, LEURS VERTUS OU LEURS CRIMES.

NOUVELLE ÉDITION,
REVUE, CORRIGÉE ET CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE D'ARTICLES OMIS OU NOUVEAUX

OUVRAGE RÉDIGÉ

PAR UNE SOCIÉTÉ DE GENS DE LETTRES ET DE SAVANTS.

[merged small][merged small][graphic][merged small][merged small]

BIOGRAPHIE UNIVERSELLE.

Ꭰ .

DIACCETO. Voyez CATTANI.

Il avait écrit également sur la manière de consDIACOS, capitaine grec, jouissait d'une grande truire le belier à roues dont on faisait un grand réputation parmi les Armatolis, lorsqu'en 1820, les usage. C'est Vitruve qui nous a conservé ces détails premiers symptômes de l'insurrection contre les sur Diades et Chéreas.

L-S-E. Turcs éclatèrent en Grèce. Diacos souleva d'abord DIADOCHUS, évêque de Photique, en Illyrie, les påtres des montagnes, pénétra dans la Livadie, vers 450, est regardé comme l'auteur d'un traité et y fit prisonnier, près de Négrepont, le frère du de la perfection spirituelle, écrit en grec et dont il caimacan de cette province, qui escortait le trésor nous reste 100 chapitres. Le P. F. Turrien jésuite, public. Celui-ci fit écrire à Diacos, par des primats en fit une version latine ainsi que d'un ouvrage de grecs, qu'il serait pendre tous ses prisonniers, s'il St. Nil. Ces traductions furent imprimées sous ce ne rebroussait chemin et ne relâchait pas son frère. titre: S. Diadochi episcopi Photices capita centum de Diacos ne tint aucun compte de ces menaces, et Perfectione spirituali, et S. Vili capita centum et ne consentit à délivrer son prisonnier qu'à condi- quinquaginta de Oratione, Fr. Turriano interprete, tion que les Turcs évacneraient la Livadie et ren- Florence, 1570, in-8°. C'est cette traduction que l'on draient la liberté aux Grecs prisonniers de guerre. trouve dans le tome 5 de l'édition de Lyon de la Cette proposition fut acceptée ; mais le caïmacan, Bibliotheca Patrum. — Un autre DiadochUS (Marc), au mépris d'une convention solennelle, fit égorger moine et évèque en Afrique, vivait dans le plusieurs Grecs. Cette violation du droit des gens 3° siècle, et parvint jusqu'à près de cent ans; c'était étant connue de Diacos, il se met à la poursuite du aussi un écrivain ascétique. Photius en fait mencbes turc, l'attaque et le taille en pièces avec tous tion dans sou Myriobillon, et Fabricius donne la les siens. Alors tous les habitants de la Béotie se liste de ses écrits dans la Bibliotheca græca, lib. 5, soulèvent au nom de la religion et de la liberté. cap. 24. Son traité De Paradiso et Lege spirituali, Diacos, pour mieux les entrainer dans ses projets, en 200 chapitres ou maximes, et celui de His qui pufait accréditer le bruit, déjà répandu, qu'il a été tant ex operibus se justificari, ont été imprimés en poussé à attaquer les Tures par l'inspiration d'une grec avec une version latine de F. Opsopæus, Havierge miraculeuse cachée dans l'antre de Tropho-guenau, 1531, in-8°, et par les soins de J. Fuchte, nius. L'exaltation des Grecs est au comble; entre- Helmstadt, 1616 , in-8°. Son sermon contre les mêlant des hymnes pieux aux chants guerriers qui Ariens fut imprimé en grec avec une version latine rappellent les exploits des anciens Grecs, ils jurent de Jean-Rodolphe Wetstein, à la suite de l'écrit d'imiter leurs ancêtres. Mais cet élan de patriotis- d’Origène, intitulé : de Oratione libellus. Quelquesme dura peu. Bientôt accablés par le nombre, ces uns de ses opuscules font partic des Opuscula præmalheureux moururent presque tous sur le champ clara trium illustrium Patrum, Ingolstadt, 1585, de bataille, et Diacos, plus malheureux encore, in-16; les deux autres Pères sont St. Ephrem et ayant été grièvement blessé, fut emmené par les St. Nil. Balthasar Corder a donné des fragments Turcs, et périt par le supplice du pal. Az–0. de Diadochus dans sa Catena in Lucam. A. B-T. DIACRE. Voyez PAUL.

DIADUMENIEN (Marcus Opelius MACRINUS ANDIADES, ingénieur grec, apprit de Polydus de TONINUS DIADUMENIANUS), fils de l'empereur Macrini Thessalie l'art de construire des machines de et de Nonnia Celsa, naquit, suivant Lampride, le guerre. Il fut choisi avec Chéréas, autre élève du 19 septembre de l'an 202 de notre ère. Il avait à même maître, pour accompagner Alexandre dans peine neuf ans lorsque son père parvint à l'empire, ses expéditions. Diades avait composé des ouvra- après avoir fait assassiner Caracalla. Le nouvel emges, qui ne nous sont pas parvenus, sur les ma- pereur créa son fils césar, et lui donna le surnom chines qu'il avait inventées. Il citait comme telles, d'Antonin, parce qu'il pensait que ce nom, cher aux les tours mobiles qu'il faisait porter toutes démon- soldats les attacherait au jeune prince. Leur regret tées à la suite des armées, une espèce de pont sur la mort de Caracalla ne venait que de ce qu'ils volant avec lequel on arrivait de plain-pied sur les n'avaient plus d'Antonin pour les commander. Diamurailles, enfin un corbeau pour les démanteler. I dumenien fut encore revêtu des titres pompeux

« PreviousContinue »