Page images
PDF
EPUB

432566

CATALOGUE

DES LIVRES

DE LA BIBLIOTHÈQUE

DE FEU

M. E. P. VENTENAT,

Botaniste de Sa Majesté L'IMPERATRICE ET REINE,
Membre de la Légion d'Honneur, de l'Institut de
France, de l'Académie Impériale des Sciences de
Turin, et de la Société économique de Florence, etc.,
Administrateur perpétuel de la Bibliothèque du Pan-
théon.

Suivi de la Description de différens Herbiers, Graines, Fruits
étrangers, etc., et objets de curiosité;

Avec la Table des Auteurs, et celle des Anonymes.

[blocks in formation]

Chez TILLIARD Frères, Libraires, rue Pavée
Saint André-des-Arcs, no. 16.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

M. ETIENNE-PIERRE VENTENAT, de la Légion d'honneur, de l'Institut de France, administrateur perpétuel de la bibliothèque du Panthéon, et membre de plusieurs acadé mies et sociétés étrangères, etc., était né à Limoges le premier mars 1757. Attaché de bonne heure à une congrégation vénérée, il y trouva les moyens de compléter ses études et de se fortifier dans diverses branches des lettres et des sciences; ce qui détermina ses supérieurs à lui donner l'adjonction à la garde de la bibliothèque, qui était, dès-lors, un des dépôts de la capitale les plus riches et les plusfréquentés. Il fut chargé d'en surveiller l'emploi dans les communications journalières avec le public; mais en même temps un goût irrésistible l'entraînait vers l'étude de la botanique. Il était un des compagnons assidus de M. de Jussieu, dans les excursions annuelles faites aux environs de Paris, pour la recherche des plantes, et il commença à cette époque un herbier, qu'il a depuis augmenté considérablement par des additions nombreuses dans. chaque famille.

iv

Obligé, à l'époque de la dissolution de son corps, de renoncer à l'état paisible qu'il avait embrassé, il conserva cependant la même place dans la bibliothèque du Panthéon, deveŋue un établissement public. Ce fut alors qu'il se livra plus spécialement à l'étude de la science des végétaux. Les premiers fruits de son travail, dans cette partie, furent différens mémoires lus dans les séances d'une société libre d'histoire naturelle, qui s'était formée à une époque où les grands corps académiques avaient été dissous. Il y obtint même, par une dissertation savante sur les lichens, un prix qui avait été proposé par cette société. Ces divers travaux le firent connaître avantageusement parmi les naturalistes, et admettre comme botaniste dans l'Institut, à l'époque de sa création. Il se regarda dès-lors comme attaché la vie à une science qui pouvait assurer sa réputation, en même temps. qu'elle lui procurait de douces jouissances. Il composa d'abord le Tableau du règne végétal, ouvrage élémentaire en 4 vol. in-8., qui, mis dans les mains des élèves, propagea parmi eux le goût de la science, et surtout de la classification fondée sur les affinités

pour

« PreviousContinue »