L'église et l'Empire romain au IVe siècle: ptie. Constance et Julien. 4. éd. 2 v. in 1

Front Cover
Didier et cie, 1867 - Church history
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 69 - Saecula, Deum de Deo, lumen de lumine Deum verum de Deo vero genitum non factum consubstantialem patri, per quem omnia facta sunt. qui propter nos homines et propter nostram salutem descendit de coelis et incarnatus est de spiritu sancto ex Maria virgine et homo factus est...
Page 384 - Le sort de cette terre serait trop cruel si le vrai et le bien n'y pouvaient triompher, même un jour, sans perdre leur efficacité sainte; et ce serait une doctrine bien impuissante que celle qui ne pourrait gouverner les hommes sans se corrompre ellemême. Si la persécution est utile pour passer au creuset le courage et la vertu des individus, c'est le succès, au contraire, qui est l'épreuve véritable des institutions et des idées. Malgré des schismes qui n'obscurcirent jamais toute sa lumière,...
Page 23 - ... d'Arius avec une abondance de citations bibliques et une connaissance de la théologie chrétienne qui dépassent la mesure de la vraisemblance. On n'y trouve guère de sensé et de naturel que cette réponse d'un des Pères à une question du philosophe :
Page 397 - C'est le nom que Jésus-Christ donne à Jéhovah , au Dieu créateur, à celui qui s'appelle : Je suis ; au Dieu d'Abraham , d'Isaac et de Jacob. « Ne savez-vous pas, dit Jésus enfant à ses parents terrestres qui le cherchaient après l'avoir égaré plusieurs jours, qu'il faut gué je sois occupé à ce gui regarde mon père? » Au moment du baptême de Jésus-Christ, une voix se...
Page 384 - Il a inspiré de l'esprit chrétien ces fortes lois romaines qui servent encore de fondement à toutes nos sociétés ; il a déposé dans le sein de la civilisation mourante le germe de sa résurrection. Mais tel est pourtant le danger de l'alliance des pouvoirs humains , que l'Église, affranchie et puissante avec Constantin, paraît souvent , à l'œil qui la contemple, moins touchante que l'Église obscure et persécutée des premiers âges : son front brille d'un éclat moins lumineux et moins...
Page 69 - CREDO in unum Deum, [Patrem omnipotentem,] factorem coeli et terrae, visibilium omnium et invisibilium. Et in unum Dominum Jesum Christum, Filium Dei unigenitum, et ex Patre natum ante omnia saecula. Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero, [genitum, non factum, consubstantialem Patri,] per quem omnia facta sunt, qui propter nos homines et propter nostram salutem descendit de coelis.
Page 342 - Le cri de sa conscience chrétienne le troubla dans ses préventions ; et comme, après tout, Athanase ne lui demandait pas autre chose que de vérifier les faits et de prononcer entre ses accusateurs et lui, il ne crut pas possible de se refuser à un nouvel examen. Il adressa au concile une lettre assez embarrassée, où, sans donner tort ni raison à personne, il priait les évêques de venir auprès de lui, lui expliquer le sujet de leurs différends. « Je ne comprends rien, « disait-il, à...
Page 195 - Pour bien instruire sur cet évangile, il ne faut pas perdre de vue ce que nous avons dit plus haut du m i•feisfère qu'un pasteur exerce à l'égard de son peuple, surtout pendant l'Avent.
Page 231 - Rome, au quatrième siècle, ne pouvait plus ni nourrir ses citoyens, ni entretenir son administration, ni payer ses troupes : d'année en année ses populations s'appauvrissaient et ses charges devenaient plus lourdes en même temps que ses forces moindres. Ce fut cette misère croissante dont Constantin, * pas plus que personne de son âge, ne savait pénétrer les causes — auxquelles il n'apporta que des remèdes...
Page 230 - ... on ose se servir d'une expression trop moderne, à une condition économique qui rendait toutes les lois impuissantes. Pour tout dire en un mot, Rome, depuis quatre siècles, se ruinait sans relâche et dans sa ruine pécuniaire étaient entraînées toutes ses ressources politiques. Quand une société ne peut pas subvenir à ses propres besoins, elle ne peut pas longtemps non plus pourvoir à sa propre défense. Rome, au...

Bibliographic information