Page images
PDF
EPUB

« car elle conclut le bien que tu communiques et « le besoin que nous en avons : le bien inconnu « assurément on ne l'a point, ou si on l'a, et qu'il « reste encore inconnu, c'est comme si on ne « l'avait pas du tout. « En termes clairs, que nous défend-il LUI? de « connaître; il nous défend le bien; il nous défend « d'être sages. De telles prohibitions ne lient pas.... « Mais si la mort nous entoure des dernières chaî« nes,à quoinous profiteranotrelibertéintérieure? « Le jour que nous mangerons de ce beau fruit, « tel est notre arrêt, nous mourrons..... ».. Le « serpent est-il mort ? il a mangé et il vit, et il « connaît, et il parle, et il raisonne, et il discerne, « lui jusqu'alors irraisonnable. La mort n'a-t-elle « été inventée que pour nous seuls ? ou cette in« tellectuelle nourriture à nous refusée, n'est« elle réservée qu'aux bêtes, qu'aux bêtes ce sem« ble? Mais l'unique brute qui la première en a « goûté, loin d'en être avare, communique avec « joie le bien qui lui en est échu, conseillère non « suspecte, amie de l'homme, éloignée de toute « déception et de tout artifice. Que crains-je « donc? ou plutôt sais je ce que je dois crain« dre dans cette ignorance du bien ou du mal, de « DIEU ou de la mort, de la loi ou de la puni« tion ? Ici croît le remède à tout, ce fruit divin, « beau à la vue, attrayant au goût, et dont la

Of virtue to make wise : what hinders then
To reach, and feed at once both body and mind ?

So saying, her rash hand in evil hour Forth reaching to the fruit, she pluck'd, she eat ! Earth felt the wound; and Nature from her seat, Sighing through all her works, gave signs of woe, That all was lost.

Back to the thicket slunk The guilty serpent, and well might; for Eve, Intent now wholly on her taste, naught else Regarded ; such delight till then, as seem'd, In fruit she never tasted ; whether true Or fancied so, through expectation high Of knowledge : nor was godhead from her thought. Greedily she ingorged without restraint, And knew not eating death : satiate at length, And highten'd as with wine, jocund and boon, Thus to herselfshe pleasingly began :—

O sovran, virtuous, precious of alltrees
In Paradise ! of operation blest
To sapience, hitherto obscured, infamed,
And thy fair fruit let hang, as to no end
Created ; but henceforth my early care,

« vertu est de rendre sage. Qui empêche donc « de le cueillir et d'en nourrir à la fois le corps « et l'esprit ? »

Elle dit, et sa main téméraire, dans une mauvaise heure, s'étend vers le fruit : elle arrache ! elle mange ! La terre sentit la blessure; la nature, sur ses fondemens, soupirant à travers tous ses ouvrages, par des signes de malheur annonça que tout était perdu.

Le serpent coupable s'enfuitdans un hallier, et il le pouvait bien, car maintenant ÈvE, attachée au fruit tout entière, ne regardait rien autre chose. Il lui semblait que jusque là, elle n'avaitjamais goûté dans un fruit un pareil délice; soit que cela fût vrai, soit qu'elle se l'imaginât dans la haute attente de la Science : sa divinité ne sortait point de sa pensée.Avidement et sans retenue, elle se gorgea du fruit, et ne savait pas qu'elle mangeait laMort. Enfin rassasiée, exaltée comme par le vin, joyeuse et folâtre, pleine de satisfaction d'elle-même, elle se parle ainsi :

« O roi de tous les arbres du Paradis, arbre « vertueux, précieux, dont l'opération bénie est « la sagesse ! arbre jusqu'ici ignoré, dégradé, « ton beau fruit demeurait suspendu comme « n'étant créé à aucune fin ! Mais dorénavant,

Not without song, each morning, and due praise,
Shall tend thee, and the fertile burden ease
Ofthy full branches offer'd free to all ;
Till, dieted by thee, I grow mature
In knowledge, as the gods, who all things know ;
Though others envy what they cannot give :
For, had the gift been theirs, it had mot here
Thus grown.

Experience, next, to thee I owe, Best guide : not following thee, I had remain'd In ignorance ; thou open'st wisdom's way, And givest access, though secret she retire.

And I perhaps am secret : Heaven is high,
High, and remote to see from thence distinct
Each thing on earth ; and other care perhaps
May have diverted from continual watch
Our great Forbidder, safe with all his spies
About him. But to Adam in what sort
Shall I appear?shall I to him make known
As yet my change, and give him to partake
Full happiness with me ; or rather not,
But keep the odds of knowledge in my power
Without copartner?so to add what wants
In female sex, the more to draw his love,

« mon soin matinal sera pour toi, non sans le « chant et la louange qui te sont dus à chaque « aurore; je soulagerai tes branches du poids fer« tile offert libéralement à tous, jusqu'à ce que, « nourrie par toi, je parvienne à la maturité de « la science comme les dieux qui savent toutes « choses, quoiqu'ils envient aux autres ce qu'ils « ne peuvent leur donner. Si le don eût été un « des leurs, il n'aurait pas crû ici. « Expérience, que nete dois je pas, ô le meilleur « des guides! En ne te suivant pas, je serais « restée dans l'ignorance ; tu ouvres le chemin « de la sagesse, et tu donnes accès auprès « d'elle, malgré le secret où elle se retire. « Et moi peut-être aussi suis-je cachée ?Le ciel « est haut, haut, trop éloigné pour voir de là « distinctement chaque chose sur la terre : d'au« tres soins peut-être peuvent avoir distrait « d'une continuelle vigilance notre grand Prohi« biteur, en sûreté avec tous ses espions, au« tour de lui..... Mais de quelle manière paraîtrai« je devant ADAM ? lui ferai je connaître à présent « mon changement ? lui donnerai-je en partage « ma pleine félicité, ou plutôt non ? Garderai« je les avantages de la science en mon pouvoir, « sans co-partner, afin d'ajouter à la femme ce qui « lui manque, pour attirer d'autant plus l'amour « d'ADAM, pour me rendre plus égale à lui, et

« PreviousContinue »