Page images
PDF
EPUB

What think'st thou ofour empire now, though earn'd
With travail difficult?not better far,
Than still at hell's dark threshold to have sat watch,
Unnamed, undreaded, and thyselfhalf-starved ?

Whom thus the sin-born monster answer'd soon :

To me, who with eternal famine pine,
Alike is hell, or Paradise, or heaven ;
There best where most with ravine I may meet :
Which here, though plenteous, all too little seems
To stuff this maw, this vast un-hidebound corpse.

To whom the incestuous mother thus replied :Thouthereforeonthese herbs, and fruits, and flowers, Feed first; on each beast next, and fish, and fowl ; No homely morsels : and whatever thing The scythe ofTime mows down, devour unspared ; Till I, in man residing, through the race,

[merged small][graphic]

|

« conquérir, que penses-tu de notre empire « nouveau, quoique nous l'ayons gagné par « un travail difficile ? Ne vaut-il pas beaucoup « mieux être ici, que de veiller encore assis au « seuil du noir enfer, sans noms, sans être re« doutés, et toi-même à demi morte de faim ? »

Le Monstre, né du Péché, lui répondit aussitôt :

« Quant à moi qui languis d'une éternelle « faim, enfer, terre ou ciel, tout m'est égal : je « suis le mieux là où je trouve le plus de proie ; « laquelle, quoique abondante ici, semble en tout « petite pour bourrer cet estomac, ce vaste corps « que ne resserre point la peau. »

La mère incestueuse répliqua :

« Nourris-toi donc d'abord de ces herbes, de « ces fruits, de ces fleurs, ensuite de chaque « bête, et poisson, et oiseau, bouchées friandes ; « dévore sans les épargner toutes les autres cho« ses que la faulx du temps moissonne, jusqu'au « jour où, après avoir résidé dans l'homme et « dans sa race, après avoir infecté ses pensées, « ses regards, ses paroles, ses actions, je l'aie assaiAnd season him thy last and sweetest prey.

This said, they both betook them several ways, Both to destroy, or unimmortal make All kinds, and for destruction to mature Sooner or later ; which the Almighty seeing, From his transcendent seat the saints among, To those bright orders utter'd thus his voice : —

See, with what heat these dogs of hell advance To waste and havoc yonder world, which I So fair and good created ; and had still Kept in that state, had not the folly of man Let in these wasteful furies, who impute Folly to me; so doth the prince of hell And his adherents, that with so much ease I suffer them to enter and possess A place so heavenly ; and, conniving, seem To gratify my scornful enemies, That laugh, as if, transported with some fit Of passion, I to them had quitted all, At random yielded up to their misrule ; And know not that I call'd, and drew them thither, My hell-hounds, to lick up the draff and filth Which man's polluting sin with taint hath shed

« sonné pour ta dernière et ta plus douce « proie. »

Cela dit, les monstres prirent l'un et l'autre des routes différentes, l'un et l'autre afin de détruire ou de désimmortaliser les créatures, de les mûrir pour la destruction plus tôt ou plus tard ; ce que le Tout-Puissant voyant du haut de son . trône sublime au milieu des Saints, à ces Ordres brillants il fit entendre ainsi sa voix :

« Voyez avec quelle ardeur ces Dogues de « l'enfer s'avancent pour désoler et ravager ce « monde, que j'avais créé si bon et si beau, et « que j'aurais encore maintenu tel, si la folie de « l'homme n'y eût laissé entrer ces Furies dévas« tatrices qui m'imputent cette folie : ainsi fait « le prince de l'enfer et ses adhérens, parce que « je souffre avec tant de facilité qu'ils prennent et « possèdent une demeure aussi céleste, que je « semble conniver à la satisfaction de mes inso« lens ennemis qui rient, comme si transporté « d'un accès de colère, je leur avais tout aban« donné, j'avais tout livré à l'aventure, à leur « désordre. Ils ignorent que j'ai appelé et attiré ici « eux, mes Chiens infernaux, pour lécher la sa« leté et l'immondice, dont le péché souillant de « l'homme a répandu la tache sur ce quiétait pur;

On what was pure; till, cramm'd and gorged, nigh burst
With suck'd and glutted offal, at one sling
Of thy victorious arm, well-pleasing Son,
Both Sin, and Death, and yawning grave, at last,
Through Chaos hurl'd, obstruct the mouth of hell
For ever, and seal up his ravenous jaws.
Then heaven and earth renew'd shall be made pure
To sanctity, that shall receive no stain :
Till then, the curse pronounced on both precedes.

He ended, and the heavenly audience loud Sung halleluiah, as the sound of seas, Through multitude that sung :

Just are thy ways,
Righteous are thy decrees on all thy works :
Who can extenuate thee ?

Next, to the Son, Destined Restorer of mankind, by whom New heaven and earth shall to the ages rise, Or down from heaven descend.

[merged small][merged small][graphic][graphic]
« PreviousContinue »