Page images
PDF
EPUB

Thy hatred for this misery befallen ;
On me already lost, me than thyself
More miserable ! both have sinn'd ; but thou
Against God only, I against God and thee ;
And to the place of judgment will return,
There with my cries importune Heaven, that all
The sentence, from thy head removed, may light
On me, sole cause to thee of all this woe ;
Me, me only, just object ofhis ire !

She ended weeping; and her lowly plight, Immoveable, till peace obtain'd from fault Acknowledged and deplored, in Adam wrought Commiseration : soon his heart relented Towards her, his life so late, and sole delight, Now at his feet submissive in distress ; Creature so fair his reconcilement seeking, His counsel, whom she had displeased, his aid : As one disarm'd, his anger all he lost ; And thus with peaceful words upraised her soon :

Unwary, and too desirous, as before
So now, of what thou know'st not, who desirest
The punishment all on thyself; alas !
Bear thine own first, ill able to sustain

« pas ta haine pour ce malheur arrivé, sur moi « déjà perdue, moi plus misérable que toi. Nous « avons péché tous les deux; mais toi contre « Dieu seulement, moi contre Dieu et toi. Je re« tournerai au lieu même du jugement; là par « mes cris, j'importunerai le Ciel, afin que la « sentence, écartée de ta tête, tombe sur moi, l'u« nique cause pour toi de toute cette misère! moi, « moi seule, juste objet de la colère de DIEU ! »

Elle finit en pleurant, et son humble posture dans laquelle elle demeura immobile jusqu'à ce qu'elle eût obtenu la paix pour sa faute reconnue et déplorée, excita la commisération dans Adam. Bientôt son cœur s'attendrit pour elle, naguère sa vie et son seul délice , maintenant soumise à ses pieds dans la détresse ; créature si belle, cherchant la réconciliation, le conseil et le secours de celui à qui elle avait déplu. Tel qu'un homme désarmé, ADAM perd toute sa colère; il relève son épouse, et bientôt avec ces paroles pacifiques : -

« Imprudente, trop désireuse ( à présent « comme auparavant) de ce que tu ne connais « pas, tu souhaites que le châtiment entier tombe « surtoi! hélas ! souffre d'abord ta propre peine, « incapable que tu serais de supporter la colère

His full wrath, whose thou feel'st as yet least part,
And my displeasure bear'st so ill. Ifprayers
Could alter high decrees, I to that place
Would speed before thee, and be louder heard,
That on my head all might be visited ;
Thy frailty and infirmer sex forgiven,
To me committed, and by me exposed.

But rise ; let us no more contend, nor blame Each other, blamed enough elsewhere ; but strive In offices of love, how we may lighten Each other's burden, in our share of woe ; Since this day's death denounced, if aught I see, Will prove no sudden, but a slow-paced evil ; A long day's dying, to augment our pain ; And to our seed (O hapless seed !) derived.

To whom thus Eve, recovering heart, replied :

Adam, by sad experiment I know
How little weight my words with thee can find,
Found so erroneous ; thence by just event
Found so unfortunate : nevertheless,
Restored by thee, vile as I am, to place

« entière de DIEU dont tu ne sens encore que la « moindre partie, toi qui supportes si mal mon « déplaisir?Si les prières pouvaient changer les « décrets du Très-Haut, je me hâterais de me « rendre, avant toi, à cette place de notre juge« ment; je me ferais entendre avec plus de force « afin que ma tête fût seule visitée de Dieu, qu'il « pardonnât ta fragilité, ton sexe plus infirme à « moi confié, par moi exposé.

« Mais lève-toi; ne disputons plus, ne nous :

« blâmons plus mutuellement, nous assez blâ« més ailleurs! Efforçons-nous par les soins de* « l'amour, d'alléger l'un pour l'autre en le par« tageant, le poids du malheur, puisque ce jour « de la mort dénoncée (comme je l'entrevois) « n'arrivera pas soudain ; mais il viendra comme « un mal au pas tardif, comme un jour qui « meurt longuement afin d'augmenter notre mi« sère; misère transmise à notre race : ô race in« fortunée ! »

Eve reprenant cœur, répliqua :

« Adam, je sais par une triste expérience, le

« peu de poids que peuvent avoir auprès de toi

« mes paroles trouvées si pleines d'erreur, et de

« là, par un juste évènement, trouvées si fatales;

« néanmoins, tout indigne que je suis, puisque tu II. \ 2 I

Of new acceptance, hopeful to regain
Thy love, the sole contentment of my heart,
Living or dying, from thee I will not hide
What thoughts in my unquiet breast are risen,
Tending to some relief of our extremes,
Or end ; though sharp and sad, yet tolerable,
As in our evils, and of easier choice.

If care of our descent perplex us most, Which must be born to certain woe, devour'd . oBy Death at last ; and miserable it is, To be to others cause of misery, Our own begotten, and of our loins to bring Into this cursed world a woful race, That after wretched life must be at last Food for so foul a monster ; in thy power It lies, yet ere conception, to prevent The race unblest, to being yet unbegot. Childless thou art, childless remain : so Death Shall be deceived his glut, and with us two Be forced to satisfy his ravenous maw.

But ifthou judge it hard and difficult, Conversing, looking, loving, to abstain From love's due rites, nuptial embraces sweet ;

« PreviousContinue »