Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Is hard ; for who himself beginning knew ?
Desire with thee still longer to converse
Induced me.

As new waked from soundest sleep, Soft on the flowery herb I found me laid, In balmy sweat ; which with his beams the sun Soon dried, and on the reeking moisture fed. Straight toward heaven my wondering eyes I turn'd, And gazed awhile the ample sky; till, raised By quick instinctive motion, up I sprung ^As thitherward endeavouring, and upright Stood on my feet :

About me round I saw Hill, dale, and shady woods, and sunny plains, And liquid lapse of murmuring streams; by these Creatures that lived and moved, and walk'd or flew : Birds on the branches warbling , all things smiled ; With fragance and with joymy heart o'erflow'd.

Myself I then perused, and limb by limb Survey'd, and sometimes went, and sometimes ran With supple joints, as lively vigour led : But who I was, or where, or from what cause,

« maine commença, est difficile, car qui connut « soi-même son commencement ? Le désir de « converser plus long-temps encore avec toi, « m'induit à parler. « Comme nouvellement éveillé du plus pro(( fond sommeil, je me trouvai couché mollement sur l'herbe fleurie, dans une sueur « embaumée, que par ses rayons le soleil sécha « en se nourrissant de la fumante humidité. Droit vers le ciel, je tournai mes yeux étonnés, et contemplai quelque temps le firmament spacieux, jusqu'à ce que levé par une rapide et instinctive impulsion, je bondis, comme m'efforçant d'atteindre là, et je me tins debout « sur mes pieds. « Autour de moi, j'aperçus une colline, une vallée, des bois ombreux, des plaines rayon« nantes au soleil, et une liquide chute de ruisseaux murmurans; dans ces lieux j'aperçus des créatures qui vivaient et se mouvaient, qui marchaient ou volaient, des oiseaux gazouillant « sur les branches : tout souriait; mon cœur était « noyé de joie et de parfum. « Je me parcours alors moi-même, et membre « à membre, je m'examine, et quelquefois je « marche, et quelquefois je cours avec des join« tures flexibles, selon qu'une vigueur animée me « conduit : mais qui j'étais, où j'étais, par quelle

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Knew not : to speak I tried, and forthwith spake ;
My tongue obey'd, and readily could name
Whate'er I saw.

Thou sun, said I, fair light,
And thou enlighten'd earth, so fresh and gay,
Ye hills, and dales, ye rivers, woods, and plains,
And ye that live and move, fair creatures, tell,
Tell, if ye saw, how I came thus, how here ?
Not of myself; by some great Maker then,
In goodness and in power pre-eminent :
Tell me, how may I know him, how adore ;
From whom I have that thus I move and live, .
And feel that I am happier than I know ?

While thus I call'd, and stray'd I knew not whither, From where I first drew air, and first beheld This happy light; when answer none return'd, On a green shady bank, profuse of flowers, Pensive I sat me down : there gentle sleep First found me, and with soft oppression seized My drowsed sense ; untroubled, though I thought I then was passing to my former state Insensible, and forthwith to dissolve :

When suddenly stood at my head a dream, Whose inward apparition gently moved

« cause j'étais, je ne le savais pas. J'essayai de « parler, et sur-le-champ je parlai; ma langue « obéit et put nommer promptement tout ce que « Je voyais. « Toi, soleil, dis-je, belle lumière! et toi, terre « éclairée, si fraîche et si riante! vous, collines et « vallées, vous, rivières, bois et plaines, et vous, « qui vivez etvous mouvez, belles créatures, dites, « dites, si vous l'avez vu, comment suis-je ainsi « venu, comment suis-je ici ? Ce n'est de moi« même ; c'est donc par quelque grand créateur « prééminent en bonté et en pouvoir. Dites-moi « comment je puis le connaître, comment l'a« dorer celui par qui je me meus, je vis, et sens « que je suis plus heureux que je ne le sais ? « Pendant que j'appelais de la sorte et que je « m'égarais je ne sais où, loin du lieu où j'avais « d'abord respiré l'air et vu d'abord cette lu« mière fortunée, comme aucune réponse ne m'é

[ocr errors]

tait faite, je m'assis pensif sur un banc vert, ombragé et prodigue de fleurs. Là, un agréable sommeil s'emparade moi pour la première fois,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

et accabla d'une douce oppression mes sens as

[ocr errors]

soupis, non troublés, bien qu'alors je me figu

rasse repasser à mon premier état d'insensi

bilité et me dissoudre. « Quand soudain à ma tête, se tint un songe

dont l'apparition intérieure inclina doucement

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

My fancy to believe I yet had being,
And lived : one came, methought, of shape divine,
And said :-

Thy mansion wants thee, Adam; rise, First man, ofmen innumerable ordain'd First father ! call'd by thee, I come thy guide To the garden ofbliss, thy seat prepared.

Sa saying, by the hand he took me raised, And over fields and waters, as in air Smooth sliding without step, last led me up A woody mountain ; whose high top was plain, A circuit wide enclosed, with goodliest trees Planted, with walks and bowers ; that what I saw Of earth before scarce pleasant seem'd. Each tree Loaden with fairest fruit that hung to the eye Tempting, stirr'd in me sudden appetite To pluck and eat ; whereat I waked, and found Before mine eyes all real, as the dream Had lively shadow'd : here had new begun My wandering, had not He, who was my guide Up hither, from among the trees appear'd, Presence Divine. Rejoicing, but with awe,

« PreviousContinue »