Exposition et histoire des principales découvertes scientifiques modernes, Volume 1

Front Cover
Langlois et Leclercq, 1855 - Balloons - 865 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 65 - La manière d'amollir les os et de faire cuire toutes sortes de viandes, en fort peu de temps et à peu de frais, avec une description de la machine dont il faut se servir pour cet effet, ses propriétés et ses usages, confirmés par plusieurs expériences, nouvellement inventée par M.
Page 360 - ... j'ai peine à croire que la nature , qui n'est point animée, ni sensible, soit susceptible d'horreur, puisque les passions présupposent une âme capable de les ressentir ; et j'incline bien plus à imputer tous ces effets à la pesanteur et pression de l'air, parce que je ne les considère que comme des cas particuliers d'une proposition universelle de l'Équilibre des liqueurs, qui doit faire la plus- grande partie du Traité que j'ai promis.
Page 154 - ... il était entouré d'une petite réunion de littérateurs du Nord. Là je vis et j'entendis ce que je ne verrai et n'entendrai plus jamais. Dans la quatre-vingt-unième année de son âge, le vieillard, alerte, aimable, bienveillant, prenait un vif intérêt ;'i toutes les questions : sa science était à la disposition de qui la réclamait.
Page 238 - L'habitant de New- York demanda alors le prix du passage, et six dollars furent comptés pour ce prix. Fulton demeurait immobile et silencieux, contemplai) I . comme absorbé dans ses pensées, l'argent déposé dans sa main. Le passager craignit d'avoir commis quelque méprise. « Mais n'est-ce pas là ce que vous m'avez demandé?
Page 361 - ... vaisseaux, le vif-argent, les tuyaux et beaucoup d'autres choses nécessaires, et d'entreprendre ces voyages pénibles autant de fois qu'il le faudrait pour rencontrer au haut de ces montagnes le temps serein et commode, qui ne s'y voit que peu souvent...
Page 229 - Le 21 thermidor, on a fait l'épreuve d'une invention nouvelle, dont le succès complet et brillant aura les suites les plus utiles pour le commerce et la navigation intérieure de la France. Depuis deux ou trois mois, on voyait au pied du quai de la pompe à feu...
Page 144 - Watt, qu'on voyait, il ya peu d'années, à Manchester, dans la filature de coton d'un mécanicien de grand talent, M. Lee, une pendule mise en action par la machine à vapeur de l'établissement, et qui marchait sans trop de désavantage à côté d'une pendule ordinaire à ressort. Le régulateur de Watt et un emploi bien entendu des volants, voilà le secret véritable de...
Page 82 - Si j'étais assez heureux pour que vos affaires vous appelassent dans l'une ou l'autre des deux villes dans le temps que j'y passerai, je m'y ferais une extrême satisfaction d'y entendre et d'y profiter de vos bons avis en voyant notre bateau, et de vous supplier de bouche de me continuer la même bienveillance...
Page 238 - Ce recueil raconte qu'étant entré dans le bateau pour y régler le prix de son passage, l'habitant de New- York n'y trouva qu'un homme occupé à écrire dans la cabine : c'était Fulton. « ïV cillez-vous pas, lui dit-il, redescendre à New- York avec votre bateau? • — Oui, répondit Fulton, je vais essayer d'y parvenir.
Page 229 - L'auteur, ayant réparé le dommage, obtint la plus flatteuse récompense de ses soins et de son talent. j> A six heures du soir, aidé seulement de trois personnes, il mil en mouvement son bateau et deux autres attachés derrière, et pendant une heure et demie, il procura aux curieux le spectacle étrange d'un bateau mû par des roues comme un chariot, ces roues armées de volants ou rames plates, mues elles-mêmes par une pompe à feu. » En le suivant le long du quai, sa vitesse...

Bibliographic information