Clément XIII. et Clément XIV.

Front Cover
Julien, Lanier, 1854 - Papacy - 574 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 483 - Nos igitur ipsos exponentes specialibus favoribus et gratiis prosequi volentes, et eorum singulares personas a quibusvis excommunicationis suspensionis et interdicti aliisque ecclesiasticis sententiis censuris et poenis a jure vel ab homine quavis occasione vel causa latis si quibus quomodolibet innodati...
Page 403 - ... du collége où ils demeuraient, eu égard cependant aux revenus de ces maisons et aux charges qui leur sont attachées. Mais les profès déjà admis aux ordres sacrés, et qui, dans la crainte de n'avoir pas de quoi vivre honnêtement , soit par le défaut ou la modicité de leur pension, soit par l'embarras de se procurer une retraite , ou qui, à cause de leur grand âge et de leurs infirmités . ou par quelque autre motif juste et raisonnable , ne jugeront point à propos de quitter les...
Page 191 - Dieu ne plaise, il pouvait arriver qu'il nous fût ordonné par notre Général quelque chose de contraire à cette présente déclaration, persuadés que nous ne pourrions y déférer sans péché, nous regarderions ces ordres comme illégitimes, nuls de plein droit, et auxquels même nous ne pourrions, ni ne devrions obéir, en vertu des règles de l'obéissance au Général, telle qu'elle est prescrite par nos Constitutions...
Page 366 - ... de sentiments et de vues avec les cardinaux espagnols et siciliens, qui auront, de leur côté, les ordres les plus formels de leurs cours respectives, de se conduire de concert, soit conjointement, soit séparément , et dans la plus intime confiance , avec les cardinaux français...
Page 17 - ... de ce projet ; je les lui exposai en détail; mais, ayant pris la liberté d'ajouter que ce serait une époque de gloire pour son règne,, le pontife religieux interrompit ce discours profane , et, joignant les mains vers le ciel, il me dit, presque les larmes aux yeux : Ce n'est pas la gloire qui nous touche ; c'est le bien de nos peuples que nous cherchons.
Page 467 - Par sa place , par sa dignité dans l'Eglise et ses lumières , votre excellence appréciera bien mieux que moi l'étendue du mal qui en résulte pour la religion. Le seul moyen d'y remédier efficacement et constamment était de confier l'éducation de la jeunesse à un corps pieux, éclairé et permanent. Par quels encouragements et quelles récompenses pourrions-nous espérer d'attirer dans la Russie-Blanche un nombre suffisant d'hommes instruits pour remplir des vues aussi sages? Il n'y avait...
Page 190 - ... les ouvrages de quelques théologiens de notre compagnie qui ont adopté cette doctrine, mais encore dans quelque autre auteur ou théologien que ce soit ; « 2° Que nous enseignerons, dans nos leçons de théologie publiques ou particulières, la doctrine établie par le clergé de France dans les quatre propositions de l'assemblée de 1682, et que nous n'enseignerons jamais rien qui y soit contraire...
Page 366 - Les vœux sincères et constants du Roi sont que la barque de saint Pierre soit confiée à un pilote assez éclairé pour sentir la nécessité dont il est que le chef de l'Église entretienne la plus parfaite correspondance avec tous les souverains qui professent la foi romaine et assez sage pour éviter toute démarche inconsidérée d'un zèle indiscret et outré, et pour diriger sa conduite par les règles de modération, de prudence et de douceur qui sont également conformes à la religion...
Page 190 - Louis-le-Grand, supérieur du noviciat, et autres jésuites proies, même des premiers vœux, résidant dans lesdites maisons, renouvelant, en tant que de besoin, les déclarations déjà données par les jésuites de France en 1626 , 1713, et 1757 , déclarons...
Page 475 - Ce fut cette suppression qui entraîna le renversement de toute éducation chrétienne, à laquelle ou en substitua une tout athée qui ébranla l'Église et l'État jusque dans leurs fondements. La destruction de cette illustre Société fut suivie de celle des institutions les plus respectables et les plus saintes. Elles tombèrent avec celle qui avait été leur plus ferme appui. Qu'il me soit...

Bibliographic information