Page images
PDF
EPUB

CORRESPONDANCE

DE LOUIS XIV
AVEC M. AMELOT, SON AMBASSADEUR EN ESPAGNE

1705-1709 Publié par M. le baron de GIRARDOT. Puris, 1864, 2 vol. in-8. 6)

Extrait de la Revue des races latines. (Tiré å 200 exemplaires.)

M. le baron de Girardot a également publié, en 1863, la correspondance de Louis XIV avec le marquis Amelot, son ambassadeur un Porlugal, pendaut les années 1685-1688. Elle forme un beau vol. in-8, dont il vous reste quelques exemplaires.

Papier vélin...... 6 » | Papier vergé fort.... 10 ,

BIBLIOGRAPHIE ANECDOTIQUE

DU JEU DES ÉCHECS l'ar Jean Gay. Paris, 1864, un vol. de 300 pages, format Charpentier, sur papier vergé.

7 50 Tiré à 260 exemplaires numérotés.

NOTICE SUR CHEVRIER Notice historique et bibliographique sur Chevrier, par M. Gillet, associé correspondant de l'Académie de Stanislas. Nancy, 1864, in-8.

Extrait des Mémoires de l'Académie de Stanislas,—Tiré à 100 exemplaires numérotés. (Voyez sur ce livre le comple rendu, Bulletin du Bouquiniste, no 489.)

CATALOGUE GENTILSHOMMES

[graphic]

DES

Qui ont pris part ou envoyé leur procuration aus

Assemblées de la noblesse pour l'élection des députés aux états généraux de 1789, publiés d'après les procès-verbaux ofticiels par MM. L. DE LA ROQUE

et ÉD. DE BARTHÉLEMY, Chaque province, formant une brochure in-8, est da pris

de 2 fr.

VIENT DE PARAITRE :
ORLÉANAIS,—BLAISOIS, BEAUCE, VENDOMOIS 1 livraison . . .

En vente : Dauphiné.- Lyonnais, Forez, Beaujolais.- Provence et principauté d'Orange.—Languedoc.- Armagnac et Quercy.—Bourgogne.- FrancheComté. – Lorraine et Nuché de Bar (2 livr.). — Picardie. — Champagne. Auvergne.-Roussillon.— Foix, Comminges. - Marcbe et Limousin.—Touraine et Berry. — Périgord, Aunis, Saintonge et Angoumois.-Normandie (2 livr.) Anjou et Pays Saumurois.—Maine, Perche, Tbimerais.—Poitou.

[ocr errors]

Paris.--Imprimé chez Bonaventure et Ducessois, 55, quai des Augustins.

BULLETIN

DU

Bouquiniste

Paraissant le 1" et le 15 de chaque mois.

[merged small][merged small][graphic][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

CHEZ AUG. AUBRY, LIBRAIRE, RUE DAUPHINE 16
Et chez les principaux libraires de la France et de l'Etranget,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

for décembre 1864. – État des ventes de livres. - VARIÉTÉS BIBLIOGRAPHIQUES.-L'abbé Valentin Dufour. Les Drapeaux des Invalides (Souvenirs de 1844), par A. Lallemand. - P. BLANCHEMAIN. La vie et le rêve (Poésies), par E. de Montlaur. — P. L. Jacob, bibliophile. Chroniques de Saint-Mathurin de Larchant, par E. Bellier de la Chavignerie. — Ch. E. Ruelle. Description et ordre du Camp du drap d'or, publ. par M. G. Brunet. - P. BLANCHENAIN. Le Chien courani, poëme de J. Passerat. La Chasse, poëme de A. Perrault.-- CATALOGUE DE LIVRES EN VENTE AUS PRIX MARQUÉS. Thèses de littérature. Beaux ouvrages imprimés à Parme par Bodoni. Ouvrages divers anciens et modernes, rares ou curieux. - Livres sur les provinces et villes de France. - PUBLICATIONS NOUVELLES. Décembre, contes. -Deux visites à Nicolas de Flue.-Lettres trouvées.-L'histoire de France en Russie.- Élat des nobles du Poitou. — Mémoires pour servir à l'histoire du département de l'Eure.- Histoire du diocèse de Paris, par l'abbé Lebeuf. --La France pontificale (Gallia christiana).--Diocèse de Paris et de Reims, publ. par H. Fisquet, etc.

ÉTAT DES VENTES DE LIVRES

(Salle Silvestre, rue des Bons-Enfants.) 21. nov.-5 déc.--Livres de la bibliothèque de fen M. C. B. Hase. Langues

orientales, archéologie, littérature, etc. Mo Delbergue-Cormont, commis

saire-priseur.-A. Labitte, libraire. per déc. — Lettres autographes et livres modernes. M. Baudry, commis

saire-priseur.-Charavay, libraire. fer_12 déc. — Collection de livres sur les sciences naturelles, provenant du

cabinet de M. Am. B***. Me Fournel, commissaire-priseur.-J. F. Delion,

libraire. 2-8 déc.-Au Mans. Livres de feu M. Lenormand de Lourmel. Lecomte,

livraire, au Mans. 5-9 déc. Livres rares et précieux, imprimés et manuscrits, de la biblio

thèque de M. C.... tte. Me Delbergue-Cormont, commissaire-priseur .

Mme Bachelin-Deflorenne, libraire. 5-10 déc. --- A Lyon. Livres rares, précieux et singuliers. Boullieux, libraire,

à Lyon.

En distribution :
CATALOGUE D'UNE GRANDE COLLECTION

DE LIVRES ANCIENS ET MODERNES, SUR LES ARTS EN GÉNÉRAL,
Peinture, architecture, gravure, sculpture, théalre, musique, équitation, cle.

GRANDS LIVRES A FIGURES, Ouvrages d'archéologie, de littérature et d'histoire, biographies d'artistes et

d'amateurs célèbres, etc., composant les bibliothèques de MM. W. D. et le comte de

Vente rue des Bons-Enfants, 28,

les 12, 13, 14, 15, 16 et 17 décembre, par le ministère de M° Avril, commissaire-priseur, assisté par M. Aug. AUBRY, libraire.

Ce catalogue, contenant 1200 no, sera adressé aux amateurs qui en feront la demande

M. Aubry remplira les commissions des personnes qui ne pourraient y sasister,

[ocr errors]
[graphic][merged small]

LES DRAPEAUX DES INVALIDES (Souvenirs de 4814), par Aug. LALLEMAND, archiviste honoraire aux Archives de l'Empire ?

Quand les événements publics contemporains offrent tant d'incertitude, est-il étonnant que l'histoire présente tant d'énigmes? Un fait qui intéressé au plus haut point nos souvenirs militaires s'opéra au milieu des désastres de 1814, et aujourd'hui, quand on veut l'expliquer, on se trouve en face des affirmations les plus contradictoires, sans qu'on puisse soupçonner la bonne foi de personne. Témoin oculaire, ayant longtemps habité les Invalides et à même de consulter des officiers supérieurs de l'Hôtel, M. Lallemand a voulu expliquer ce mystère historique. Il a rassemblé les textes, les autorités, il les compare, les discute, les oppose à d'autres autorités officielles et s'il n'est pas arrivé à une démonstration complète, il est bien près de la vérité. Si simple que paraisse au premier abord ce fait, il prend des proportions inattendues ; ce ne sont pas seulement de glorieux souvenirs conquis pendant vingťans sur les champs de bataille de Jemmapes, de Fleurus, d'Arcole, d'Aboukir, d'Austerlitz, de Wagram, ce qui serait déjà une perte immense et une blessure qui atteindrait tous ceux qui y avaient eu part ; avec ces reliques se trouvèrent détruits les souvenirs non moins glorieux d'un autre âge, les trophées de Rocroy, de Denain, de Fontenoy, qui, pour rappeler les triomphes d'un autre régime, n'avaient pas moins été payés avec du sang français. Que dirait le tapissier de Notre-Dame, de retrouver la métropole sans parure et l'église des Invalides dépouillée de ses faisceaux, car la cathédrale a été spoliée comme les Invalides? 16 à 1,800 drapeaux, selon les uns, 1,417 selon d'autres, 15 à 1,600 selon un certificat que l'on voit aux archives des Invalides, auraient péri dans cet auto-da-fé, mais nous n'avons pas tout dit, dans ce désastre, disparurent des objets aussi

Broch, in-12, sur pap. fort. Paris, Aubry, 1864.

» 60

précieux pour les alliés que glorieux pour nous ; les insignes du grand Frédéric: son épée, son écharpe, son grand cordon de l'Aigle noir, son hausse-col, ainsi que les drapeaux que portait sa garde pendant la guerre de Sept ans, et qui, déposés d'abord aux Tuileries, furent placés dans une tribune en planches, sous l'orgue de l'église des Invalides, avec les drapeaux d'Iéna. Ceci se passait en 1807. Sept années après, sous l'empire d'une panique inexplicable, tout fut détruit, brisé, cousumé, autant qu'on peut le croire, sans qu'on sache sur qui faire retomber la responsabilité d'un tel acte, car les ordres ont dû être verbaux, puisqu'on n'en trouve aucun écrit. Qui pourra et osera suspecter le dévouement et la bravoure du maréchal Sérurier, alors gouverneur de l'Hôtel? A-t-il provoqué cette mesure? a-t-il été devancé ou mal compris ? a-t-il reculé devant la responsabilité qui lui incombait? n'a-t-il pas mieux aimé détruire ces trophées que d'avoir la douleur de les voir retomber, par la nécessité de la guerre, entre les mains des alliés ? Libre à chacun de penser ce qu'il voudra, d'adopter l'opinion qui lui agréera, cependant, si on voulait dire que le vieux maréchal a été conseillé par la peur, -et on sait que tel qui brave la mitraille dans le combat, peut manquer du courage civique, – on peut répondre que le gouverneur des Invalides resta fidèlement à son poste. Comment alors expliquer cette mesure extrême, quand il était si facile de brûler les moins précieux de ces drapeaux et de cacher les autres, ou de les mettre, comme au Musée d'artillerie, dans des fourgons, et de les envoyer au delà de la Loire, ou de les faire disparaître comme à l'Hôtel de ville, au Corps Législatif et au Sénat, où il suffit du dévouement individuel pour faire ce miracle? Qui ne sait qu'alors, les soldats cachaient leurs aigles et leurs étendards dans leurs gibernes, n'ignorant pas qu'ils trouveraient des hampes partout; quand on vit des régiments presque entiers, conserver la cocarde tricolore jusqu'en 1815, pendant la première Restauration, du consentement tacite des chefs ? « Je trouve cette idée de destruction si malheureuse, dit M. Lallemand (et nous partageons parfaitement son avis), que je voudrais ne laisser retomber le blâme que sur ceux qui en furent vraiment coupables.» Malheureusement, si on ne peut nier le fait, les coupables sont restés inconnus. Les cendres furent jetées dans la Seine en face des Invalides, une pièce officielle citée plus haut en fait foi; mais, à différentes époques on retira du fleuve des lances et des sabots, avec des débris de cuivre et d'or, car une grande partie de ces étendards, ou drapeaux, étaient brodés et galonnés en or, ce qui, au rapport de M. Lallemand, constituait une somme de plus de 16,000 francs que l'on confia aux flots,

« PreviousContinue »