Page images
PDF
EPUB

ARCHIVES GÉNÉRALES

DE MÉDECINE.

7

45-701

CHEZ

DE

MÉDECINE;

JOURNAL

PUBLIÉ

PAR UNE SOCIÉTÉ DE MÉDECINS,

COMPOSÉE DE MEMBRES DE L'ACADÉMIE ROYALE DE MÉDECINE,
DE PROFESSEURS, DE MÉDECINS ET DE CHIRURGIENS DES
HÔPITAUX CIVILS ET MILITAIRES, etc.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

A PARIS,

BÉCHET jeune, Libraire de l'Académie Royale de Médecine,
place de l'École de Médecine, no 4 ;

MIGNERET, Imprimeur-Libraire, rue du Dragon, no 20.

www

:

:

9

Les Auteurs qui jusqu'ici ont fourni des travaux aux ARCHIVES, O se sont engagés à en fournir, sont MM. ADELON, profess. à la Fac. de Méd.; ANDRAL fils, prof. à la Fac. ; BabinET, prof. de phys.: BECLARD, prof. à la Fac.: BLACHE, D. M.: BIETT, méd. de l'hôpital Saint-Louis BILLARD, D. M. BLANDIN, chir. du Bureau cent. des hôpit. BOUILLAUD, D.-M. BOUSQUET, memb. de l'Acad. : BRESCHET, chir ordinaire de l'Hôtel-Dieu BRICHETEAU, memb. de l'Acad. CHOMEL, prof. à la Fae. J. CLOQUET, chir. de l'hôp. St.-Louis H. CLOQUET, memb. de l'Ac.: COSTER, D.-M. : COUTANCEAU mné, du Val-de-Grâce: CRUVEILHIER, professeur à la Fac. : CULLERIER, chir. de l'hôp. des Vénér. DANCE, agrégé à la Fac. : DEFERMON, D.-M.: DESMOULINS, D.-M. DESOR MEAUX, prof. à la Fac.: DEZFIMERIS: P. DUBO13, chir. de la Maison de Santé : Dudan, D.-M. de la Fac. de Wurtzbourg: DUMERIL, memb. de l'Inst.; DuruxTRFN, chirurg. en chef de l'Hôtel-Dieu; EDWARDS, D.-M. : ESQUIROL, med. en chef de la maison d'Alienés de Charenton: FERRUS, méd. de Bicêtre: FLOURENS, D.-M., FODERA, D.-M. FOUQUIER, prof. à la Fac. GENEST, D. M., chef de clin. à l'Hôtel-Dieu : GEOFFROYSAINT-HILAIRE, membre de l'Institut. GEORGET, memb de l'Acad. : GERDY, chirurg, de la Pitié : GoUPIL, D.-M. attaché à l'hôp. milit. de Strasbourg: GUERSENT, méd. de l'hôp. des Enfans: DE HUMBOLDT, membre de l'Institut: HUSSON, méd. de l'Hôtel-Dieu : ITARD, méd. de l'Institution des sourds-muets JULIA FONTEKELLEE, prof. de chimie: LAENNEC, prof. à la Fac.: LAGNEAU memb. de l'Acad. LALLEMAND, prof. à la Faculté de Montpellier: LANDRÉ-BEAUVAIS, Doyen de la Fac. LERIDOIS, D.-M. : LISFRANC, chirurg. en chef de l'hôpital de la Pitié: LONDE, memb. de l'Acad. Louis, memb. de l'Acad. : MARC, membre de l'Acad. : MARJOLIN, prof. à la Fac. MARTINI, D.-M. : MENIÈRE, D.-M. : MIRAULT, D.-M. MURAT, chirurg. en chef de Bicêtre: OLLIVIER, memb. de l'Acad. ORFILA, prof. à la Fac.; OUDET, D.-M. Dentiste, memb. de l'Acad. : PINEL, membre de l'Institut : PINEL fils, D.-M. RAIGE-Delorme, D.-M.. KATIER, D.-M. : Rayer, méd. de l'hôp. Saint-Antoine RCHARD, prof. de botanique RICHERAND, prof. à la Fac. RICHOND, D-M., aide-major à l'hôpital milit. de Strasbourg: ROCHE, memb. de l'Acad. : ROCHOUX, memb. de l'Ac. : RULLIER, méd. de la Charité: ROSTAN, med. de la Salpêtrière : Roux, prof à la Fac.: SANSON, clur. en second de l'Hôtel-Dieu : SCOUTETTEN, D.-M. attache à l'hôpit. milit. de Metz SEGALAS, memb. de l'Acad. SERRES, chef des travaux anatomiques des hôpitaux civils de Paris: TROUSSEAU, agrégé à la Faculté: VAVASSEUR, D.-M. : VELPEAU, agrégé à la Faculté, chir. du Bureau central des hôpitaux, etc. etc.

:

:

:

[ocr errors]

:

[ocr errors]

MÉMOIRES

ET

OBSERVATIONS.

SEPTEMBRE 1829.

Aperçu des découvertes faites en anatomie pathologique durant les trente années qui viennent de s'écouler, et de leur influence sur les progrès de la connaissance et du traitement des maladies; par J. E. DEZEIMeris. (III. article.)

De l'Apoplexie.

Il a été question plusieurs fois dans l'article précédent, sur l'inflammation du cerveau et les principales altérations. qu'elle entraîne à sa suite, de la perte plus ou moins complète du sentiment, et de la paralysie partielle ou générale. Nous avons donc traité, au moins en partie, de ce que tous les nosologistes du dernier siècle, et un bon nombre de ceux qui vivent encore, désignent sous le nom d'apoplexie. Nous ne voulons parler en ce moment que de l'hémorrhagie intersticielle du cerveau (1). Ce n'est pas

(1) Est-il nécessaire de faire remarquer combien est impropre le nom d'apoplexie, pris dans cette acception particulière, et combien il est ridicule quand on l'emploie pour désigner une altération analogue dans un autre organe que le cerveau? Nous avons dû nous en servir, parce que, dans les sciences, la nomenclature est elle-même

« PreviousContinue »